Une finale digne de ce nom

Le jeu offert par les Lions du Lac-Saint-Louis... (Spectre Média, Maxime Picard)

Agrandir

Le jeu offert par les Lions du Lac-Saint-Louis et les Cantonniers de Magog en donne pour leur argent aux amateurs de hockey qui assistent à la finale de la Ligue de hockey midget AAA du Québec.

Spectre Média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MAGOG) COMMENTAIRE / Les Lions du Lac St-Louis et les Cantonniers de Magog en donnent pour leur argent aux amateurs de hockey qui suivent la finale quatre de sept de la Ligue de développement midget AAA du Québec.

Que ce soit lors du premier match remporté 4-3 par les Lions ou le deuxième qui s'est soldé 2-1 en faveur des Magogois, je ne connais pas un amateur qui soit demeuré sur son appétit. Deux parties dont l'issue a été décidée en toute fin de troisième période et surtout du jeu intense comme seul le midget AAA peut nous offrir. Je n'essaie pas de vous endormir avec mes paroles élogieuses envers le produit midget. Croyez-moi, les chances sont minces que vous tombiez dans les bras de Morphée lorsque vous prenez place dans les gradins pour assister à une partie du circuit Denis Baillargé et encore moins dans cette finale loin d'être décevante ma foi.

À Magog comme partout ailleurs, les foules augmentent quand l'équipe atteint la finale. La présence des Cantonniers en finale de la ligue cette année a rapatrié bon nombre de sportifs de Magog et la région que je n'avais pas vus depuis belle lurette à un match midget AAA.

Il y a une dizaine d'années et plus, les commentaires les plus fréquents qui résonnaient à mes oreilles tournaient autour du jeu physique. Les amateurs étaient estomaqués devant le nombre de mises en échec qui se distribuaient dans le midget AAA. Dix ans plus tard, le discours a changé et maintenant c'est la rapidité des joueurs et la vitesse d'exécution qui émerveillent les amateurs, surtout ceux qui reviennent au bercail. Quant à l'intensité déployée par les joueurs, pas besoin d'être un grand connaisseur pour réaliser que le mot ralentir ne fait pas partie du vocabulaire de ces jeunes de 15 , 16 et 17 ans. Et je ne vous parle même pas de la qualité du jeu offert par les équipes, dans ce cas-ci les Lions et les Cantonniers, dirigées par des entraîneurs chevronnés.

Comment expliquer tout cela? À 15 , 16 et 17 ans, les joueurs midget AAA ont faim. Ils n'ont rien devant eux et veulent tous être repêchés par la LHJMQ. Ne cherchez pas plus loin.

Retour sur la finale

Qu'on ne me dise plus que Châteauguay pour certains et Antoine-Girouard pour d'autres sont les équipes les plus rapides de la ligue. Désolé, mais personne n'arrive à la cheville des Lions à ce chapitre. Affaire classée. Le capitaine Adam Capannelli et Gabriel Fortier, pour ne nommer que ceux-là, volent littéralement sur la glace. Ces deux joueurs sont toutefois en quête d'un premier but dans cette finale.

*****

Les joueurs des Lions démontrent des signes d'impatience et de frustration quand ça ne fonctionne pas à leur goût sur la glace. Comme le dit l'expression consacrée, pas certain qu'ils ont l'habitude d'avoir un joueur dans leur pantalon durant tout un match.

*****

Le trio d'énergie des Cantonniers composé de Jordan Chabot, Tristan Kleine-Fournier et Jakob Sinclair dérange beaucoup depuis le début de la finale avec son échec avant soutenu et du jeu physique bien dosé.

*****

À ceux qui se demandent pourquoi une semaine entre les joutes 2 et 3, ça s'explique par un mot : études. Beaucoup de parties ont été disputées en semaine dans les rondes précédentes. Qu'on le veuille ou non, la concentration à l'école devient plus ardue. Comme la Coupe Telus débutera seulement le 18 avril, cela laisse trois fins de semaine pour présenter la finale du circuit Baillargé avec un seul match un soir de semaine qui sera le mardi 5 avril à Magog.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer