Fabriquer des champions de Crossfit

Nicolas Viens, Andrick Fournier et Simon Paquette sont... (Spectre Média, Maxime Picard)

Agrandir

Nicolas Viens, Andrick Fournier et Simon Paquette sont en voie de se qualifier pour les régionaux des championnats du monde de Crossfit, la dernière étape avant la finale qui se tiendra en Californie.

Spectre Média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ismael Toulouse
La Tribune

(SHERBROOKE) À croire que l'Usine Crossfit de Sherbrooke détient la formule gagnante. Après les succès de Camille Leblanc-Bazinet, sacrée championne du monde au Crossfit Games de 2014, voilà que l'histoire pourrait se répéter cette année.

La première phase de qualification en vue des Crossfit Games se terminait lundi. Aux dernières nouvelles, Simon Paquette, Nicolas Viens et Andrick Fournier étaient en bonne voie d'avancer à l'étape des régionaux puisque les trois se trouvaient dans le top 20 des 6000 inscrits de la région Canada-Est.

Pour se qualifier en vue des régionaux, les participants doivent effectuer les cinq entrainements prescrits de la phase Open et doivent soumettre leurs résultats sous forme de vidéo sur le site web de l'organisation. L'épreuve est connue chaque jeudi soir et la date limite de participation est le lundi suivant. Les athlètes disposent donc de quatre jours pour enregistrer leur meilleure performance. Ils peuvent refaire l'entrainement autant de fois que désiré.

Andrick Fournier, étudiant en enseignement en éducation physique, songeait justement à recommencer la dernière épreuve pour améliorer son temps.

« On n'a aucune idée de ce que les autres font, les gens sont rendus vraiment bons, il faut tout donner surtout que c'est le dernier. »

Mais il faut compter près de 48 heures entre les essais pour permettre au corps de récupérer parce que l'effort demandé est quasi surhumain.

« À un certain moment, tu ne penses plus à rien. Tu te retrouves dans ce qu'on appelle la Dark Place. C'est comme si tu perdais la mémoire, tu n'entends plus la musique ou les gens qui te crient après », explique Nicolas Viens tout juste après son épreuve.

D'année en année, le sport gagne en popularité et le niveau devient plus relevé. Tellement que certains athlètes se qualifient pour d'autres compétitions connexes au Crossfit, comme Nicolas Viens qui sera des prochains championnats canadiens d'haltérophilie.

Simon Paquette, qui avait terminé 26e au monde en 2013, s'en rend bien compte.

« La compétition est de plus en plus féroce, les athlètes s'améliorent, les charges augmentent, il y a de nouveaux mouvements. Les chiffres ne veulent plus dire grand-chose, le gagnant de l'an dernier était classé 76e au monde. »

L'Usine Crossfit de Sherbrooke pourrait être le seul gymnase dans l'est du Canada à envoyer trois athlètes aux régionaux. Comment expliquer que Sherbrooke produise autant d'aspirants champions?

« Je crois que c'est parce que les trois s'entrainent ensemble. Ils se poussent les uns les autres. Le fait d'avoir un vétéran comme Simon Paquette dans le trio ça tire les autres vers le haut », pointe l'entraineur Félix-Antoine Savoie.

Et la suite s'annonce encore plus reluisante pour le gym de Sherbrooke.

« On a trois ou quatre autres personnes dans le top 100, on pourrait envoyer six personnes aux régionaux l'an prochain selon moi », avance Félix-Antoine Savoie.

Les résultats officiels seront connus mercredi, mais dès ce matin, il sera possible de voir si les trois Sherbrookois seront en mesure de se qualifier. Les régionaux se tiendront à Albanie, New York, du 27 au 29 mai.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer