Les Cantonniers en sept parties

L'équipe qui triomphera entre les Cantonniers et les... (Archives, La Tribune)

Agrandir

L'équipe qui triomphera entre les Cantonniers et les Lions en finale de la Ligue midget AAA du Québec prendra le chemin du Nouveau-Brunswick à l'occasion de la présentation de la Coupe Telus qui sera disputée du 18 au 24 avril dans la municipalité de Quispamsis.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MAGOG) Aussi bien se le dire d'entrée de jeu. La 40e finale de la Ligue de développement midget AAA du Québec qui s'amorcera vendredi soir à l'aréna de Magog en est une qui était imprévisible il y a à peine quelques semaines.

Si on s'attarde seulement aux chiffres de la saison régulière, un affrontement entre les équipes de cinquième position (Magog) et onzième position (Lac St-Louis) n'était probablement pas la finale souhaitée par les amateurs, les dépisteurs et peut-être même parmi les hautes instances de la ligue qui aiment bien avoir la meilleure équipe possible pour défendre leurs couleurs à la Coupe Telus. Je tiens à préciser qu'il y a un monde de différence entre avoir un souhait et un parti pris. Les dirigeants de la ligue sont totalement neutres, vous pouvez me croire sur parole.

Revenons à nos antagonistes de la finale. Surtout pour vous dire que depuis la dernière semaine de février, il se trouve que les Lions et les Cantonniers sont effectivement les deux meilleures formations de la ligue et par beaucoup.

Les Lions ont entrepris leurs trois séries sur des patinoires étrangères et force est d'admettre qu'ils y sont très à l'aise. Chemin faisant vers la finale quatre de sept, les protégés de Jon Goyens n'ont fait qu'une bouchée des Élites de Jonquière en quart de finale et du Phénix d'Esther-Blondin en demi-finale. Il faut surtout se rappeler que Jonquière et Esther-Blondin occupaient les deux premières positions au classement général au terme du calendrier régulier. Fascinant comme parcours.

Les Cantonniers ne sont pas en reste pour avoir éliminé les champions en titre, les Grenadiers de Châteauguay et les champions du Challenge CCM, les Gaulois d'Antoine-Girouard, deux équipes pas moins dominantes que Jonquière et Esther-Blondin.

Le vrai visage des Lions

On peut quand même s'interroger à savoir quelle mouche a piqué le Lac St-Louis depuis le jour 1 des séries? La réponse est entre les poteaux et l'éclosion de certains joueurs au moment où ça compte le plus. Ici, on peut immédiatement parler de la recrue Mathias Laferrière qui totalise 19 points, dont sept buts, en 11 rencontres. En 45 joutes en saison régulière, Laferrière s'était contenté de huit buts.

L'autre métamorphose, c'est le vétéran gardien de 17 ans Sandro Silvestre qui est au sommet de son art après une saison couci-couça comme en témoignent ses statistiques personnelles : pourcentage d'efficacité de .893 et moyenne de buts alloués de 3.22. Dans les séries, Silvestre accorde un but de moins par match (moyenne de 2.34) et a augmenté son taux d'efficacité à .922.

Finalement, si les séries prenaient fin aujourd'hui, le rapide et spectaculaire Adam Capannelli serait probablement proclamé le joueur par excellence des séries avec 21 points en 11 parties, dont 12 buts. Les Lions, c'est beaucoup de talent individuel. Retenez bien aussi les noms de Gabriel Fortier et Azarro Tinling.

Un noeud

Or, contre Magog, les Lions, qui ont perdu quatre de leurs six duels contre les adolescents de Félix Potvin en saison régulière, frapperont un noeud. Les Cantonniers sont huilés au quart de tour. Tout est bien calculé et les 18 patineurs sont responsables en défensive. Frustrant de se mesurer aux Cantonniers par les temps qui courent. Tout ça sans que Félix Potvin tire sur la corde pour empêcher ses joueurs de se lancer en attaque. Bien au contraire. Et puis, les Cantonniers se tiennent loin du banc des punitions dans les séries. Les Lions déploieront moins souvent leur attaque à cinq qui a été impitoyable dans les autres séries.

J'aime moins l'idée que les Cantonniers entreprennent la finale avec un seul gardien régulier (Justin Blanchette) en uniforme. Les collisions avec le gardien risquent d'être plus fréquentes.

La série sera longue, épuisante, mais le 10 avril, lors du septième match de la finale, le capitaine Christopher Benoît et ses coéquipiers feront le tour de la glace à l'aréna de Magog avec la Coupe Jimmy-Ferrari au bout des bras.

En terrain connu

Place à la 40e finale de la Ligue de développement midget AAA du Québec. Les Lions du Lac St-Louis et les Cantonniers de Magog seront les acteurs de cette finale au meilleur de sept qui prendra son envol ce soir sur le coup de 19 heures à l'aréna de Magog.

Les Lions en seront à une deuxième présence consécutive en finale du circuit Denis Baillargé. Il y a un an, les Lions avaient essuyé un balayage en quatre rencontres devant les Grenadiers de Châteauguay. Ils tenteront de faire amende honorable en 2015 après cette humiliation en quatre parties.

Quelques joueurs de l'équipe en seront donc à une deuxième finale d'affilée et cette expérience pourrait certainement leur servir contre Magog. « De toute façon, nous connaissons très bien l'équipe qui tentera comme nous de rapatrier la Coupe Jimmy-Ferrari. Châteauguay était une équipe extrêmement rapide et Antoine-Girouard comptait sur une offensive explosive. Et comme le Séminaire St-François, ils sont capables de faire du bon boulot en défensive quand la situation l'exige. Les Lions, c'est un peu un mélange de Châteauguay et Antoine-Girouard. On a du pain sur la planche, mais on a les éléments pour rivaliser avec eux », confie Félix Potvin dont l'équipe a conservé un record de 4-2 contre le Lac St-Louis en saison régulière.

Discipline

Depuis le début des séries, les Lions ont fait payer cher l'indiscipline de leurs adversaires avec 17 buts en avantage numérique en seulement 11 rencontres. « Il faudra éviter le banc des punitions. Nous le savons très bien et nos joueurs font bien sur ce plan jusqu'ici. Les Lions se servent beaucoup de leur jeu de puissance pour imposer leur tempo. Nous ne sommes pas en finale par chance. Ça nous prend un copier-coller de nos séries précédentes si nous voulons poursuivre dans la même veine », a expliqué le pilote magogois.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer