« On alignait un groupe de gagnants »

Le gardien Maxime Daigneault accepte le trophée Clément-Fillion... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Le gardien Maxime Daigneault accepte le trophée Clément-Fillion attribué au joueur par excellence des séries.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MAGOG) Mario Durocher et Stéphane Waite sont catégoriques. Le championnat des séries éliminatoires de la Ligue midget AAA du Québec par les Cantonniers de Magog en 2000 fait toujours partie de leurs plus beaux souvenirs dans le monde du hockey.

Durocher, qui a été entraîneur-chef des Cantonniers durant trois campagnes, en était déjà à sa seconde participation à la finale de la ligue en 2000. « L'année 2000 fut la bonne. Nous avions été du côté des perdants deux ans plus tôt. Ce fut une année extraordinaire avec une bande d'amis à la tête de l'équipe. Diriger avec Martin Bernard, Judes Vallée et Stéphane Waite a été une expérience enivrante. Même si nous étions des chums, nous ne craignions pas d'échanger et de faire valoir nos points de vue », se remémore Durocher.

Jamais à court d'idées, Durocher avait fait des démarches afin que le commentateur sportif Mario Langlois, natif de Magog, soit nommé président d'honneur de l'équipe et il s'était arrangé aussi pour que ses joueurs rencontrent Jacques Demers, bague de la Coupe Stanley 1993 au doigt, pour un discours de motivation.

« Les joueurs étaient réceptifs à tout ce qu'on leur enseignait et organisions pour eux. On alignait un groupe de gagnants qui avaient connu passablement de succès dans les rangs inférieurs. Ils ont amené ça avec eux dans le midget AAA. On avait eu progression constante à tous les niveaux durant la saison, même sur le plan physique », a affirmé Durocher au bout de la ligne tout en souhaitant bonne chance aux Magogois pour leur prochaine finale.

En finale contre Charles-Lemoyne, le pilote actuel des Foreurs de Val-d'Or se souvient que toutes les parties avaient été serrées. « Ce fut plus expéditif que les deux rondes précédentes, mais chaque partie avait été âprement disputée. Nos deux séries précédentes qui avaient nécessité sept parties nous avaient permis de nous souder encore davantage. Cette conquête fait partie de mes plus beaux souvenirs. »

Stéphane Waite

Même son de cloche chez Stéphane Waite. « Je regarde encore la photo d'équipe et je me dis que c'est impossible que ça fasse déjà 16 ans. Notre équipe n'était pas la plus talentueuse, mais aucune autre équipe ne nous arrivait à la cheville en ce qui a trait au caractère et à la détermination de nos joueurs. Le concept d'équipe était très fort. À ce que j'ai entendu dire, ce serait l'identité des Cantonniers cette saison. Alors, ils peuvent y croire », soutient Waite qui avait fait des miracles avec deux gardiens rejetés par d'autres équipes : Martin Audet et Maxime Daigneault.

Waite s'est même permis d'ajouter que la Coupe Air Canada (Coupe Telus aujourd'hui) est le trophée le plus difficile à gagner au hockey, même avant la Coupe Stanley, lui qui s'y connaît en la matière. « Pensez seulement au nombre d'équipes midget AAA qui existent au pays. Chaque année tout le monde part sur le même pied. La route est longue, croyez-moi. »

Waite a quand même livré ce message aux joueurs actuels des Cantonniers. « Ne sautez pas d'étape et concentrez-vous sur votre prochaine finale. »

Partager

À lire aussi

  • Le gros lot de 2000 des Cantonniers

    Sports

    Le gros lot de 2000 des Cantonniers

    Comme si les Cantonniers de Magog avaient gagné le gros lot. C'est exactement de cette façon que les joueurs, dirigeants et amateurs des Cantonniers... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer