Pas de traumatisme

Les deux dernières victimes des Magogois sont les... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Les deux dernières victimes des Magogois sont les Grenadiers de Châteauguay et les Gaulois d'Antoine-Girouard, qui étaient respectivement les champions en titre du circuit Baillargé et les champions du Challenge CCM disputé au mois de décembre.  Ce n'est pas rien!

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MAGOG) COMMENTAIRE / Êtes-vous sidérés par la présence des Cantonniers de Magog dans la 40e finale de l'histoire de la Ligue midget AAA du Québec? Si vous répondez par l'affirmative en vous fiant seulement sur la cinquième position de l'équipe en saison régulière, on ne vous fera pas les gros yeux de penser ainsi. Mais si vous avez eu le bonheur de suivre les Magogois dans les séries, vous n'êtes assurément pas traumatisés de savoir qu'ils sont à quatre victoires de la coupe Jimmy-Ferrari.

Parce que les adolescents de Félix Potvin sont fumants dans ces séries. Surtout depuis la ronde quart de finale après un premier passage plus ardu contre le Blizzard du Séminaire St-François en huitième de finale.

Si vous l'avez oublié, les deux dernières victimes des Magogois ont pour nom les Grenadiers de Châteauguay et les Gaulois d'Antoine-Girouard, qui étaient respectivement les champions en titre du circuit Baillargé et les champions du Challenge CCM disputé au mois de décembre. C'est loin d'être anodin.

Comment expliquer cette soudaine transformation? Tout d'abord, je ne vous apprends rien en vous disant que tous les entraîneurs ont comme ambition d'amener leur équipe au sommet lorsque ça compte, c'est-à-dire dans les séries. C'est exactement ce qui se produit chez les Cantonniers. Non seulement ces derniers ont eu besoin de seulement une joute de plus que le minimum de six pour faire le grand nettoyage contre Châteauguay et Antoine-Girouard, ils ont aussi déclassé leurs rivaux 34-13 au chapitre des buts marqués. Une domination qui ne peut même pas être contestée. Défensivement parlant, les Cantonniers sont intraitables face aux meilleurs pointeurs des équipes adverses. William Lemay, Félix Bibeau, Mathieu Desgagnés, William Lemay-Champagne et David Noël sont cinq dangereux marqueurs que les Magogois ont eu à affronter et maîtriser depuis le début des séries. Ces cinq patineurs avaient totalisé 108 buts en saison régulière. Face aux Cantonniers en séries, ils en ont réussi un seul. Une statistique ahurissante qui en dit long sur l'engagement des 20 joueurs.

Du grand art

Sur la glace, la confiance des joueurs est inébranlable. Les porte-couleurs de la formation magogoise n'ont même pas été secoués lorsque leur gardien vedette Alex D'Orio a été mis hors de combat au premier vingt du troisième match de la série contre les Gaulois et que Justin Blanchette, 15 ans seulement, est venu à la rescousse. Ça fait quelques joueurs qui me disent qu'ils comptent sur le meilleur tandem de gardiens de la ligue. Leurs propos ne sonnent pas faux, croyez-moi. Force est d'admettre que les événements leur donnent entièrement raison.

On pourrait aussi avancer leur rage de gagner indiscutable et une exécution qui frôle la perfection. Certains amateurs me soulignaient que le gardien Zachary Bouthillier des Gaulois, un des meilleurs du circuit Baillargé, avait été ordinaire contre Magog. La vérité, c'est que le pauvre n'y pouvait rien devant les pièces d'anthologie qui se déroulaient sous ses yeux. Les ho! et les ha! fusaient dans les gradins devant les chefs d'oeuvre signés par les joueurs locaux. Le but de Félix Meunier savamment orchestré par Jakob Breault et Olivier Mathieu samedi dernier est le genre de jeu qui serait diffusé dans les jeux de l'année au petit écran. Tic, Tac et Toe et c'était dans le fond du filet.

On peut ajouter également que les Cantonniers gâtent leurs partisans depuis le début des hostilités. Ils ont gagné chacune de leurs séries sur leur glace et quel spectacle ils offrent! Le meilleur en région par les temps qui courent et n'y voyez pas du chauvinisme de ma part. Tout ça pour 7 $!

Je vous parlerai des Lions du Lac St-Louis dans les prochains jours, mais juste pour s'amuser, avez-vous réalisé que si les Cantonniers mettaient la main sur le trophée tant convoité, cela voudrait dire qu'ils auraient éliminé trois équipes de leur division (Tacks), la plus puissante de la ligue, dans ces séries? Quel parcours ce serait!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer