Que l'équipe sur papier se présente!

De l'aveu même de l'entraîneur-chef Stéphane Julien, si... (Archives, La Tribune)

Agrandir

De l'aveu même de l'entraîneur-chef Stéphane Julien, si sa formation veut causer une surprise contre les Cataractes de Shawinigan, les vétérans de l'équipe et le gardien devront se lever.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Enfin, cette quatrième saison régulière de la courte histoire du Phoenix de Sherbrooke est terminée.

Une saison qui devait être la saison de « Ensemble vers la conquête! », qui devait présenter une équipe à maturité, qui laissait miroiter une place dans les cinq premiers au classement de la LHJMQ à l'issue de la saison régulière.

Sur papier, l'alignement du Phoenix était porteur d'espoirs.

Au contraire, le Phoenix n'a jamais été dans le coup en 2015-16. Il a offert des prestations en montagnes russes, peu inspirées, gênantes par bouts ou géniales à quelques reprises et ce, malgré l'électrochoc imposé en décembre 2015 avec le congédiement de l'entraîneur-chef Judes Vallée et du directeur général Patrick Charbonneau.

L'arrivée de Stéphane Julien et de Jocelyn Thibault n'a clairement pas eu les résultats escomptés. Non seulement l'équipe n'a-t-elle pu combler ses besoins à court terme lors de la période de transactions qui a suivi ce grand coup de balai, mais elle a offert du jeu encore plus en dents de scie par la suite; comme si c'était possible.

L'arrivée des vétérans Anthony Chapados et Nath Halbert, quoique positive à certains égards, n'a visiblement pu infuser cette dose de leadership tant espérée.

Une saison difficile, aussi, pour les partisans. Malgré la tempête, malgré les attentes réalistes placées en ce club « très fort sur papier » et les résultats décevants qui s'en suivirent, les amateurs furent de la partie. Comme en témoignent les 3452 personnes qui ont assisté au dernier match de la saison régulière, samedi dernier au Palais des sports, contre les Tigres de Victoriaville.

Certes, les blessures n'ont pas ménagé le Phoenix; Kay Schweri, Daniel Audette, Thomas Grégoire et, surtout, Jérémy Roy ont tous passé du temps sur la touche, fragilisant ainsi l'équipe en exposant son manque évident de profondeur. Les tribulations liées au comportement de Trevor Stacey et aux suspensions qui en ont découlé furent aussi un facteur important de distraction.

Enfin, si le jeune gardien Evan Fitzpatrick a relativement bien fait dans les circonstances - on lui a demandé d'être le gardien partant alors qu'il n'a que 17 ans - , il n'a pas toujours eu l'appui de ses coéquipiers devant lui pour lui sauver la mise. Comme docteur Jekyll et M. Hyde, le Terre-Neuvien était capable du meilleur comme du pire.

En raison de tous ces facteurs, le Phoenix de Sherbrooke a terminé la saison régulière 2015-16 au 15e rang du classement général de la LHJMQ avec une famélique récolte de 57 points.

À titre comparatif, la formation sherbrookoise a terminé 8e au classement en 2014-15 avec 78 points. À la deuxième saison de son histoire, elle fut exclue des séries, terminant 18e au cumulatif, avec 41 points. Et à sa saison initiale (2012-13), le Phoenix a conclu au 15e rang, avec une production de 51 points.

Disons-le, ce fut une saison décevante, non seulement pour les amateurs, mais également pour les joueurs, le personnel et l'organisation, chez qui la situation devait être encore plus frustrante.

Shawinigan d'entrée de jeu

Et en première ronde, un duel contre les Cataractes de Shawinigan est au menu, dès vendredi. Shawinigan fut fort active lors de la période des transactions et elle a bouclé son calendrier régulier au deuxième rang du classement, avec une récolte de 93 points.

Rappelons que ces deux clubs étaient dirigés par Martin Bernard et Judes Vallée en début de saison. Les deux Sherbrookois, bons amis de surcroît, regarderont la série devant leur écran d'ordinateur. Triste ironie du sort.

À première vue, et compte tenu du déroulement diamétralement opposé de la saison du Phoenix et de celle des Cataractes, il y a bien peu de monde pour accorder, ne serait-ce qu'un iota de chances au Phoenix.

Après tout, comment espérer une victoire d'une formation qui a gagné seulement deux matchs sur les patinoires extérieures en 2016 (et neuf au total pour toute la saison)? Seuls Baie-Comeau (cinq victoires) et Halifax (huit victoires) ont fait pire la saison dernière. Et ces deux équipes ont été exclues des séries éliminatoires.

Sherbrooke et Shawinigan se sont affrontés à cinq reprises cette saison et la formation de la Mauricie a remporté quatre de ces cinq duels avec un avantage de 20-15 au chapitre des buts marqués.

La présence des Anthony Beauvillier, Dmytro Timashov, Alexis Daoust, du meilleur défenseur offensif au pays Samuel Girard et de l'expérimenté portier Philippe Cadorette, sont autant de maux de tête pour le Phoenix.

Quel visage présentera le Phoenix?

Mais voilà, affronter les Cataractes est probablement la meilleure nouvelle chez la troupe de Stéphane Julien depuis un bout; plutôt que de se frotter au voyagement harassant accompagnant un duel contre une formation des Maritimes ou de l'Abitibi, la proximité sera à coup sûr un facteur atténuant.

Tout de même, les Cataractes représentent un adversaire qui, malgré les succès et les additions du temps des Fêtes, a jugé bon de congédier son entraîneur.

Qu'à cela ne tienne, l'équipe de la Mauricie part largement favorite pour ce duel à première vue inégal.

Est-ce que la formation sherbrookoise, si forte sur papier avant le début de la saison, pourra se racheter en séries éliminatoires? Est-ce que Jérémy Roy sera de retour pour aider l'équipe?

Comme l'a mentionné l'entraîneur-chef Stéphane Julien à mon collègue Jérôme Gaudreau, à l'issue de la défaite de samedi contre les Tigres : « pour espérer être l'équipe Cendrillon, ça prend un gardien en feu et des vétérans qui répondent à l'appel. »

Que l'équipe bonne sur papier se lève!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer