Futures de Sherbrooke : Stefan Kozlov champion

L'Américain Stefan Kozlov a vaincu le Britannique Lloyd... (Spectre média, Julien Chamberland)

Agrandir

L'Américain Stefan Kozlov a vaincu le Britannique Lloyd Glasspool 4-6, 6-4 et 6-4 dimanche pour devenir le nouveau champion du Futures de Sherbrooke.

Spectre média, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Stefan Kozlov est devenu le nouveau champion du Futures Subaru de Sherbrooke dimanche.

Le tombeur de Filip Peliwo en demi-finale a triomphé 6-4, 4-6 et 4-6 après plus de deux heures et demie de jeu sur le Britannique Lloyd Glasspool, qui avait quant à lui défait le Québécois Félix Auger-Aliassime la veille.

Kozlov a rapidement montré de quel bois il comptait se chauffer en brisant le puissant serveur d'entrée de jeu dans le match avec une précision chirurgicale en coup droit. Même s'il a ultimement échappé la première manche, son niveau de jeu n'a cessé d'augmenter par la suite et Glasspool n'a pas été en mesure de le suivre.

« C'est un excellent joueur et l'un des plus puissants serveurs que j'ai eu à affronter. Je n'ai pas pu faire grand-chose en première manche, mais plus le match avançait, mieux je me sentais, a déclaré l'Américain de 18 ans après sa victoire. C'était tout un match, vraiment difficile, et j'ai tout donné. J'ai été un peu chanceux, mais en troisième manche, j'avais vraiment atteint mon rythme. »

La sixième tête de série a cependant dû se faire violence par moment pour mettre la main sur la bourse de 2100 $, lui qui s'est fait avertir à deux reprises pour du jeu lent et qui a également reçu un avertissement pour un geste antisportif en première manche.

« Les finales sont toujours difficiles et ce sont des matchs très émotifs, mais je me suis ressaisi et je suis très heureux du résultat. Le public était fantastique et c'était une belle victoire », indique Kozlov, qui remportait du même coup son troisième titre Futures.

Du côté de Glasspool, si son service s'était montré son meilleur allié contre Auger-Aliassime samedi, il s'est montré sous un jour plus sombre dimanche. Peinant à s'imposer à ce chapitre, l'athlète de 22 ans a disputé 129 points avec la balle en main, comparativement à 88 pour son adversaire.

« J'ai commencé à me sentir fatigué vers la fin et mes jambes étaient de moins en moins impliquées dans mon service et j'étais du même coup beaucoup moins efficace, a mentionné Glasspool, qui devait se rendre au Challenger de Drummondville pour y disputer un premier match seulement deux heures après sa finale. Il a joué les gros points mieux que moi. Il y a des points que j'aurais dû gagner et je ne l'ai pas fait. Il mérite sa victoire. »

Pas le scénario rêvé, mais presque

Ce n'était pas le scénario rêvé, mais c'était tout comme pour les organisateurs du Futures de Sherbrooke.

Même si la finale du tournoi mettait aux prises un Britannique et un Américain dimanche, les sièges vides n'étaient pas légion pour être aux premières loges de la victoire de Stefan Kozlov.

« Il faut être honnête et dire qu'on a rêvé un petit peu à une finale canadienne entre Filip Peliwo et Félix Auger-Aliassime samedi avant les demi-finales, mais tant que le tennis s'exprime, c'est l'important, et les deux joueurs qu'on avait en finale nous ont donné du tennis spectaculaire », mentionne le président du comité organisateur du Futures et président de Tennis Sherbrooke, François Villeneuve.

« C'est certain que dame Nature joue toujours contre nous quand il fait beau comme c'était le cas en fin de semaine avec le temps printanier, mais sans pouvoir chiffrer l'achalandage en ce moment, on a eu de très belles foules. Avec les deux demi-finales qui mettaient en vedette des Canadiens samedi, c'était quasiment plein et on a également été agréablement surpris par l'achalandage qu'il y a eu en pleine semaine. C'était presque plein certains soirs de semaine. »

Nouvel aménagement réussi

Le choix de retirer les grosses estrades et de disposer des chaises des deux côtés du terrain a aussi été le bon, se réjouit également M. Villeneuve.

« Nous sommes très satisfaits du tournoi et des aménagements. On a eu beaucoup de gens qui nous ont félicités. Avec le tableau indicateur, la disposition de plus petites estrades, mais de chaque côté, les gens se sentaient dans le match. Ça faisait une belle ambiance. »

Ce dernier était particulièrement heureux de la présence de Félix Auger-Aliassime et espère bien le revoir en 2017, lui qui est appelé à monter le classement en flèche au cours des prochaines années.

« On va pouvoir se dire qu'on l'a vu jouer ici. Tout comme Kozlov, qui fera peut-être partie des dix meilleurs joueurs au monde dans quelques années. C'est une chance de voir des vedettes montantes du tennis d'aussi près pour un aussi faible prix. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer