Aliassime et Peliwo en quart de finale

Le Canadien Filip Peliwo continue son aventure sherbrookoise... (Spectre Média, Julien Chamberland)

Agrandir

Le Canadien Filip Peliwo continue son aventure sherbrookoise grâce à une victoire jeudi contre l'Américain Alex Kuznetsov.

Spectre Média, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Jusqu'à présent, il n'y a pas meilleur scénario pour les organisateurs de la 11e édition du Tournoi Futures Subaru de Sherbrooke.

Félix Auger Aliassime a complètement bousculé le vétéran... (Spectre Média, Julien Chamberland) - image 1.0

Agrandir

Félix Auger Aliassime a complètement bousculé le vétéran joueur britannique Daniel Smethurst jeudi en soirée.

Spectre Média, Julien Chamberland

Non seulement les spectateurs sont au rendez-vous, mais les prestations des jeunes joueurs canadiens jusqu'ici laissent entrevoir une fin de tournoi des plus endiablées.

En tête de liste, Filip Peliwo et Félix Auger-Aliassime, qui ont soulevé la foule grâce à des matchs hauts en couleur et des victoires convaincantes, eux qui se retrouvent vendredi au troisième tour.

Jeudi, quelques heures après avoir appris le retrait de la tête de série numéro un du tournoi, Frank Dancevic à cause d'une blessure, le jeune Peliwo a goûté à une certaine revanche en battant l'Américain Alex Kuznetsov en deux manches de 6-3 et 7-6 (4) pour ainsi continuer son aventure sherbrookoise.

Une douce revanche, car l'Américain avait justement vaincu Peliwo, cette fois au premier tour, à Gatineau, en route vers le titre quelques rondes plus tard.

Et en soirée, devant une importante foule, le jeune prodige Félix Auger-Aliassime a complètement bousculé le vétéran joueur britannique Daniel Smethurst (489e au monde) et en ne lui donnant absolument aucune chance, en route vers un écrasant gain en deux manches de 6-1 et 6-1.

Avec le retrait de Dancevic, le haut du tableau principal pourrait rapidement être dominé par Auger-Aliassime, alors qu'à l'inverse, le bas du tableau est tout aussi à la portée de Peliwo.

Est-ce que les deux jeunes raquettes canadiennes pourraient se retrouver en finale dimanche? Voilà qui serait à coup sûr un scénario de rêve non seulement pour les organisateurs, mais aussi pour les amateurs.

 «Une très grosse victoire»

« C'est une très grosse victoire pour moi; lors de notre match à Gatineau, j'ai mené deux fois par un bris, mais je n'ai pas pu conclure. Aujourd'hui (jeudi), j'ai sauvé plusieurs points de bris à 2-3 au deuxième et j'ai pu m'accrocher. L'an dernier, c'était le genre de matchs que j'avais la mauvaise habitude de perdre. »

Peliwo, qui était sur l'équipe de réserve du Canada pour la Coupe Davis, est heureux de pouvoir livrer de bons matchs de manière consécutive, ce qu'il n'a pas été en mesure de faire depuis le début de l'année, dit-il.

« Je devais obtenir un laissez-passer pour accéder au tableau principal à Sherbrooke, mais comme j'été sorti tôt à Gatineau, mes entraîneurs m'ont suggéré de faire les qualifications. Ce fut une bonne décision, j'avais besoin de jouer des matchs et de me remettre en selle. »

Peliwo affrontera Edward Corrie à 18 h vendredi.

Mais le match que tout le monde attendait ne débutait pas avant 18 h; et le moins que l'on puisse dire, c'est que les gens qui ont tardé avant d'arriver au Centre récréatif Rock Forest ont raté une véritable clinique de tennis.

Félix Auger-Aliassime fut littéralement sans pitié pour son opposant Smethurst, pourtant pas le dernier venu à Sherbrooke, ayant déjà même remporté des tournois Futures dans le passé (12 titres en carrière pour l'athlète de 25 ans) et qui s'est déjà classé 234e au monde.

Auger-Aliassime l'a expulsé en 62 minutes dans un duel à sens unique.

En 20 minutes, c'était déjà 5-0 pour le Québecois au premier set et on pouvait lire le désarroi sur le visage du Britannique lors des changements de points.

«Un autre pas vers l'avant»

« C'est un de mes meilleurs matchs cette année, ça fait du bien de gagner des matchs comme ça, c'est un autre pas vers l'avant. »

« Avant un match, on ne s'attend jamais à ce que ce soit facile, on doit être prêt au pire. Si je joue bien, tant mieux. Il y a des journées comme ça, je me sentais très bien physiquement, mes coups étaient solides, j'étais aussi bien au service, et je lui ai mis de la pression sur les retours. On essaie de jouer comme ça chaque jour, mais ce n'est pas toujours possible! » a dit le jeune homme de 15 ans.

« Si je peux avoir un match plus facile, tant mieux. On veut toujours passer le moins de temps sur le terrain; on espère ce genre de matchs, mais ça n'arrive pas toujours. »

« J'aime ça jouer ici, à la maison, l'ambiance était bonne, je crois que les gens ont apprécié. »

« Pour le reste, je ne regarde pas le tableau plus qu'il ne faut. Je sais que Dancevic s'est retiré, mais je ne regarde personne de haut. Il (Mico Santiago, son adversaire vendredi à 13 h), a fait sa place ici à travers les qualifications. Je m'attends à avoir une grosse bagarre vendredi. Il faut éviter de regarder trop loin. »

Tant Peliwo qu'Auger-Aliassime disputeront donc un premier quart de finale depuis le début de leurs saisons respectives.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer