Une défensive décimée chez le Phoenix

L'entraîneur Stéphane Julien doit faire des pieds et... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

L'entraîneur Stéphane Julien doit faire des pieds et des mains pour envoyer une défensive complète sur le jeu soir après soir.

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Avec les blessures à Jérémy Roy et Thomas Grégoire, le Phoenix doit faire preuve d'une grande originalité afin de compléter son unité défensive puisque les candidats pour pourvoir les postes libres se font de plus en plus rares.

Christopher Izzo, qui évolue à Chambly dans la Ligue de hockey junior du Québec, rend présentement de précieux services à la troupe sherbrookoise. Mais vendredi à Rimouski, il pourrait s'agir de son dernier match cette saison dans l'uniforme bleu et crème puisque son équipe d'origine amorcera bientôt ses séries éliminatoires.

« Il y a toujours l'option des joueurs du midget AAA, mais l'écart est grand entre les deux niveaux de jeu, rappelle l'entraîneur des Oiseaux, Stéphane Julien. Les séries sont terminées pour Vincent Lampron et les Estacades de Trois-Rivières, donc il pourrait arriver en renfort. Mais est-ce vraiment le scénario idéal? Il n'a pas encore joué un seul match dans la LHJMQ et le calibre est encore plus élevé à la veille des éliminatoires. »

Sans l'acquisition de Nathanael Halbert, le Phoenix aurait d'ailleurs un problème encore plus grave entre les mains. Et heureusement pour les Sherbrookois, le capitaine Carl Neill et le vétéran Julien Bahl semblent en grande forme.

Skylar Strumas rend aussi de fiers services et obtient plus de temps de glace qu'à la normale. Matt Sartoris, un jeune défenseur en développement, doit aussi être envoyé dans l'action dans des situations plus dangereuses. L'option d'utiliser Chad Pietroniro a même déjà été analysée. C'est pour tout dire...

« On devra peut-être évoluer à cinq défenseurs à quelques reprises d'ici la fin de la saison », explique Stéphane Julien

Jérémy Roy de retour

Parti lundi à San Jose afin de permettre aux médecins des Sharks de mieux l'évaluer, Jérémy Roy était déjà de retour mercredi.

« Les médecins des Sharks n'ont rien décelé de nouveau. Notre équipe médicale avait bien fait son travail et il ne reste qu'à patienter. Jérémy poursuit sa guérison et c'est lui qui décidera de la date de retour au jeu. Est-ce qu'il reviendra avant la fin de la saison? On ne le sait pas. Dès que sa jambe ne le fera plus souffrir, on le reverra avec nous », précise Stéphane Julien.

L'important pour le Phoenix, c'est de pouvoir compter sur lui et tous les autres joueurs en séries éliminatoires.

« Thomas Grégoire pourrait être de retour dès la première ronde, lui qui est ennuyé par une blessure à la jambe également. La bonne nouvelle, c'est que je suis quand même assez satisfait du travail de Christopher Izzo », renchérit l'entraîneur.

Un match piège contre l'Océanic

Le Phoenix tentera de ne pas tomber dans le piège de l'Océanic vendredi à Rimouski.

« Depuis la fin de la période de transactions, l'Océanic a connu sa part de difficulté, mais réussit quand même à ajouter quelques victoires malgré le départ de certains joueurs. Le fait de monter à Rimouski le matin même peut aussi nous nuire. L'Océanic forme une équipe bien structurée et préparée. Chaque rencontre face à Rimouski a été serrée cette saison », estime Julien.

La bande à Serge Beausoleil se trouve actuellement au 7e rang du classement général. Une victoire du Phoenix lui permettrait de dépasser les Voltigeurs de Drummondville au 13e rang si ces derniers n'ajoutent aucun point à leur banque d'ici samedi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer