Coupe Davis : papa Murray veut le refaire

Le Britannique Andy Murray tentera de rééditer son... (Associated Press)

Agrandir

Le Britannique Andy Murray tentera de rééditer son exploit de l'an dernier, où il avait mené la Grande-Bretagne à un premier sacre en 79 ans à la Coupe Davis.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ludovic LUPPINO
Agence France-Presse
Agence France-Presse

Andy Murray, qui a porté à bout de bras l'équipe de Grande-Bretagne en 2015, lui permettant de mettre fin à 79 ans de disette en Coupe Davis en novembre, ambitionne malgré sa récente paternité de conserver le Saladier d'argent, à l'heure de recevoir le Japon à partir de vendredi.

Ce premier tour à Birmingham sonnera comme une rentrée scolaire pour ce récent papa, no 2 mondial, qui n'a plus disputé le moindre match depuis la finale perdue à l'Open d'Australie - la cinquième - contre le roi de Melbourne Novak Djokovic, le 31 janvier.

Entre temps, son épouse Kim a mis au monde leur premier enfant - le 7 février - une petite fille prénommée Sophia. Le nouveau papa est si comblé que retrouver les courts le rend un peu triste.

« Lorsque je suis éloigné de ma fille, ne serait-ce qu'un jour, je le vis mal. Je veux être présent le plus possible », a-t-il confié lundi au quotidien The Guardian.

La passion du tennis l'obligera à concilier les deux comme l'ont fait avant lui Roger Federer et Novak Djokovic. Y aura-t-il aussi un effet bénéfique sur le jeu de Murray?

Pour l'instant, l'intéressé s'est surtout senti « vraiment très motivé » à l'entraînement, ajoutant que le fait de devenir père « permet de relativiser les défaites. »

« Je veux surtout que ma fille soit fière de son père en voyant ce que j'ai réalisé. Mais s'il n'y a pas d'évolution positive sur mon jeu, ce ne sera pas la fin du monde », a assuré Murray dans les colonnes du journal anglais.

Il devrait avoir des éléments de réponse lors de cette saison riche où il tentera de reconquérir Wimbledon (28 juin-10 juillet) et de conserver la médaille d'or olympique à Rio (5-21 août).

Marathon estival

Entre les deux, il y a aura potentiellement un quart de finale de Coupe Davis (15-17 juillet), a priori sur les terres serbes si la bande de Novak Djokovic écarte le Kazakhstan ce week-end. Un vrai marathon estival en somme.

Mais l'Écossais a fait étalage de ses incroyables ressources lors de la dernière campagne. Une semaine après une sévère défaite en demi-finale de Wimbledon contre Roger Federer, il avait digéré sa frustration pour anéantir presque à lui seul la France, finaliste sortante, en quart de finale sur la pelouse du Queen's. Il avait renouvelé ses travaux herculéens en demi-finale en Australie et en finale en Belgique, en remportant à chaque fois ses deux simples ainsi que le double aux côtés de son frère aîné Jamie.

Alors, jouer potentiellement sur trois surfaces différentes l'été prochain en moins d'un mois - le gazon à Wimbledon, la terre battue (peut-être) en Coupe Davis et le dur aux JO - ne lui fait pas peur s'il parvient à se ménager en amont.

« C'était important d'avoir un peu de repos ces dernières semaines. Après Monte-Carlo (10-17 avril), je reprendrai une semaine à dix jours sans tennis. »

Hewitt capitaine et joueur?

D'ici là, Murray aura l'occasion de dérouiller la machine contre les Nippons emmenés par le coriace Kei Nishikori, 6e mondial. Le duel Grande-Bretagne - Japon s'annonce comme le plus alléchant de ce premier tour où les forfaits sont nombreux.

La Suisse, championne en 2014, jouera sans Federer (genou), ni Stan Wawrinka (renoncement) contre l'Italie, elle-même privée de Fabio Fognini, touché aux abdominaux. Sans Milos Raonic (adducteur) et le spécialiste du double Daniel Nestor (raisons familiales), le Canada sera aussi décimé en Guadeloupe contre la France de nouveau dirigée par Yannick Noah, capitaine victorieux des éditions 1991 et 1996.

Le jeune retraité Lleyton Hewitt (35 ans) fera lui ses premiers pas de capitaine de l'Australie à domicile contre les États-Unis qui restent sur deux éliminations consécutives d'entrée. Avec le forfait de Nick Kyrgios, malade et souffrant du dos, il pourrait même reprendre du service lors du double samedi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer