Les amateurs et Châteauguay gagnants

Alex D'Orio devrait être mis nettement plus à... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Alex D'Orio devrait être mis nettement plus à l'épreuve devant le filet magogois lors de cette ronde quart de finale contre les Grenadiers de Châteauguay que ce ne fut le cas face au Blizzard du Séminaire St-François. Mais peut-il remporter le duel face à Kyle Jessiman?

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MAGOG) COMMENTAIRE / De toutes les séries en ronde quart de finale de la Ligue midget AAA du Québec, il est logique de penser que celle entre les Grenadiers de Châteauguay et les Cantonniers de Magog pourrait être la plus chaudement disputée.

Au classement final de la saison régulière, les Grenadiers ont devancé les Magogois par quatre maigres points. Les deux formations ont croisé le fer à sept reprises, Châteauguay ayant le meilleur avec quatre victoires, contre trois revers.

Tant qu'à y être, finissons-en avec les chiffres. Les Grenadiers ont l'avantage partout : 162 buts marqués contre 153, 127 buts alloués contre 136, 21 pour cent de réussite en avantage numérique contre 17 pour cent pour les Cantonniers. Finalement, Châteauguay a 86 pour cent d'efficacité en infériorité numérique, comparativement à 82 pour cent pour leurs rivaux.

Aussi bien dire que c'est difficile de parier contre les Grenadiers. Encore plus quand on sait qu'il s'agit des champions défendants du circuit Denis Baillargé. De cette édition championne en 2015, il reste encore quelques joueurs au sein de la troupe de Steve Hartley, dont le gardien Kyle Jessiman, proclamé joueur par excellence des dernières séries. Celui-ci avait entrepris la saison avec le Cap-Breton dans la LHJMQ avant de revenir à Châteauguay après les Fêtes.

Cependant, à l'autre bout de la patinoire, Alex D'Orio n'a absolument rien à envier à Jessiman. D'ailleurs, le gardien des Grenadiers a conservé un pourcentage d'arrêts de seulement ,871 dans le premier tour éliminatoire, contre ,930 pour D'Orio.

Des similitudes

À certains égards, Cantonniers et Grenadiers présentent plusieurs similitudes. Les deux équipes travaillent bien en unité de cinq, mais les défenseurs des Grenadiers sont plus enclins à prendre des risques pour appuyer l'attaque. Aucune faiblesse devant les buts d'un côté comme de l'autre. Les deux entraîneurs ne sont pas des adeptes non plus du jeu défensif à outrance pour protéger une avance d'un ou deux buts. Les deux équipes aiment passer du temps en territoire ennemi. Ça va faire différent du Blizzard du Séminaire St-François qui se regroupait à cinq à leur ligne bleue pour attendre les Cantonniers et les empêcher de manoeuvrer. Pour le spectacle proprement dit, les amateurs seront gagnants. Ce sera le genre de série où une équipe pourrait rebondir après un revers de 5-1 la veille.

Parce qu'ils ont du vécu dans les séries et qu'ils savent comment gagner, votre humble serviteur choisit les Grenadiers pour disposer des Cantonniers dans une série qui atteindra le maximum de cinq rencontres.

Désolé pour les supporteurs des Cantonniers, mais ça s'arrête ici pour leurs favoris.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer