Le Canadien met la main sur un «travaillant»

Phillip Danault... (Archives)

Agrandir

Phillip Danault

Archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Avec l'ajout de Phillip Danault, le Canadien vient de mettre la main sur un « travaillant » qui « continuera grandement de s'améliorer », selon Yanic Perreault.

En entrevue à La Tribune vendredi, l'entraîneur au développement des joueurs chez les Blackhawks de Chicago se disait attristé de voir partir Danault, avec qui il travaille depuis que la formation de l'Illinois en a fait un choix de première ronde en 2011.

« Ça fait tout le temps quelque chose quand un joueur que tu côtoies depuis un bon moment s'en va, mais ça va lui donner une belle opportunité. C'est un travaillant qui est toujours parmi les premiers sur la patinoire. Il apporte beaucoup d'énergie et il connaissait une bonne saison. À Chicago, il remplissait le rôle de Marcus Krüger, qui s'est blessé. Ça lui a donné la chance de jouer sur une base plus régulière et il faisait de l'excellent travail sur le troisième trio. »

« C'est un bon passeur, mais il jouait contre les gros trios adverses et portait beaucoup d'attention à sa défensive, c'est certain. Il est très responsable défensivement et fait les bons jeux. »

Danault a appris la nouvelle en fin de soirée vendredi. D'après ce que lui a dit Stan Bowman, Bergevin tenait absolument à recevoir Danault en retour de Dale Weise et Thomas Fleischman. Les Hawks lui ont offert plusieurs autres joueurs, mais rien n'y faisait. Il faut dire que Marc Bergevin est la principale raison de la venue de Phillip Danault dans la ville des vents. Alors qu'il était l'adjoint de Bowman, il avait fortement insisté pour que les Hawks repêchent le Victoriavillois au premier tour.

«Sous le choc»

« Il est sous le choc. Ça frappe d'être échangé alors que tu évolues pour l'une des équipes favorites pour remporter la coupe Stanley. Il était stupéfait lorsqu'on lui a appris la nouvelle, mais il est tout de même content à l'idée d'enfiler les couleurs de l'équipe de la région », a indiqué son père Alain. Phillip étant indisponible pour s'adresser aux médias parce qu'il était en rencontre avec son agent, Stéphane Fiset, et le directeur général du Tricolore, Marc Bergevin.

Yanic Perreault, qui a porté les couleurs du Canadien de Montréal entre 2001 et 2004, était également ravi que Phillip Danault ait la chance d'évoluer chez lui, au Québec.

« Ça va lui coûter plus cher de billets par partie par exemple! » souligne le Sherbrookois en riant.

« Ce qui est plaisant, c'est que tu as beaucoup de membres de ta famille et d'amis qui viennent te voir jouer. C'est motivant et tu n'as pas besoin de motivation supplémentaire. Depuis que je le connais, il s'est amélioré chaque année et il n'a pas fini de progresser. Il continuera grandement de s'améliorer. Je suis convaincu que s'il travaille fort, qu'il se concentre sur ce qu'il a à faire, tout va bien se passer pour lui. »

Chicago en quête de profondeur

De leur côté Dale Weise et Tomas Fleischman viendront grossir les rangs d'une équipe qui prend les moyens d'obtenir un quatrième sacre en sept saisons.

Chaque année, les dirigeants à Chicago tentent d'ajouter un peu de profondeur quand arrive la période des échanges, explique Yanic Perrault. C'était le cas avec Kimmo Timonen et Antoine Vermette l'an dernier et c'est un peu la même chose cette année avec plus de profondeur à l'attaque, avec l'ajout d'Andrew Ladd également. L'équipe donne quand même de bons espoirs et des choix au repêchage, parce qu'elle est consciente que le noyau est bon, que ce sont de bonnes années et qu'il faut mettre les chances de notre côté maintenant. Pour traverser quatre rondes en séries, il te faut absolument de la profondeur», résume l'auteur de 516 points en 859 rencontres dans la LNH. Avec Yanick Poisson

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer