Stéphane Robidas à 62 matchs de son rêve

Stéphane Robidas doit s'armer de patience avant d'espère... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

Stéphane Robidas doit s'armer de patience avant d'espère un retour au jeu.

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Tout était parfait. Le timing était idéal. Le rêve.

Stéphane Robidas avait tout calculé, à l'aube de la présente saison dans la LNH.

Le 3 mars 2016, le jour même de sa fête, le Sherbrookois aurait célébré son 39e anniversaire de naissance en disputant son 1000e match en carrière dans la LNH, alors que ses Maple Leafs accueilleraient le Wild du Minnesota. Un match qu'il aurait disputé en présence de ses enfants, libres grâce à la relâche scolaire du début mars au Québec.

Une situation impossible de coïncidences qui devra cependant attendre.

La blessure subie par Stéphane Robidas ne guérit pas. Si vous fréquentez un tant soit peu les arénas de la région sherbrookoise récemment, vous aurez certainement remarqué le défenseur sherbrookois qui, à défaut de pouvoir jouer, accompagne ses enfants à leurs activités sportives.

Et depuis quelques semaines, il enfile les patins et donne un coup de pouce lors des entraînements de l'équipe pee-wee AAA des Harfangs, dont fait partie son garçon Justin.

Rien de trop intense, mais suffisamment pour faire autre chose.

« Ça ne progresse pas trop, ma blessure. Quand je passe trop de temps assis, j'ai de la difficulté à me relever par la suite. C'est long. J'ai demandé la permission aux Maple Leafs de pouvoir aller sur la glace avec l'équipe à mon gars et on m'a dit oui. Ça me permet de me garder dans le bain. »

Robidas écoule actuellement la deuxième année d'un contrat prévu pour trois ans, avec les Leafs. Lorsqu'il dit qu'il ne sait pas ce que l'avenir lui réserve, on peut lire la déception sur son visage.

Il ne sait toujours pas quand, et si, il pourra revenir au jeu. « Tant que je suis sur la liste des blessés, les Leafs ne peuvent racheter mon contrat. Tout ce que j'espère, c'est être de retour en santé. C'est ma priorité. »

Québec, de père en fils

C'est donc avec un peu de nostalgie que Stéphane Robidas accompagne son fils Justin au Tournoi international de hockey pee-wee de Québec, depuis la semaine dernière.

Justin, perçu comme l'un des meilleurs joueurs catégorie AAA pour cette 57e édition, et son équipe des Harfangs ont remporté leur premier match jeudi dernier contre les Knights de la République tchèque et ils affrontent mardi les Eagles de Burlington.

Robidas a participé à ce même tournoi, à deux reprises; en 1991, il était accompagné de Christian Dubé (Rangers de New York), Éric Bélanger (Kings de Los Angeles, Oilers d'Edmonton), entre autres, une formation dirigée par Mario Durocher, actuel pilote des Foreurs de Val d'Or.

« En 1991, on avait perdu 1-0 contre Charlesbourg, avant d'aller jouer à Bernières. En 1990, à ma première année, je me rappelle qu'on avait joué seulement un seul match au Colisée, on avait perdu 6-0 contre Mississauga; notre match était après celui entre les petits Canadiens et les petits Nordiques, le match d'ouverture officielle du tournoi, les gradins étaient pleins, c'était vraiment impressionnant », s'est rappelé Robidas.

Par contre, le père et le fils n'évoluent pas à la même position; si Stéphane est un défenseur depuis toujours, Justin veut faire sa marque comme attaquant. Ce qu'il réussit très bien jusqu'ici.

« Il a sa personnalité, il aime jouer à l'attaque. Je crois qu'il veut qu'il y ait une différence nette entre lui et moi, pour ne pas qu'il y ait de comparaisons possibles. Il fait ses affaires et c'est parfait comme ça. On parle de hockey, à l'occasion, mais je ne lui mets pas de pression. Je lui ai toujours offert de faire d'autres sports, mais il adore le hockey. C'est un environnement qu'il connaît. »

Depuis qu'il est tout jeune, Justin baigne dans l'environnement hockey de son père; il était à Montréal lors du match des étoiles, en 2009, quand son père a été invité à y participer pour la seule et unique fois. Les vestiaires de la LNH, Justin connaît.

Justin Robidas a participé au tournoi de Québec, l'an dernier.

« Justin est chanceux, il aura joué dans l'ancien Colisée et le Centre Vidéotron. C'est vraiment beau comme building. Il va s'en souvenir longtemps. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer