• La Tribune > 
  • Sports 
  • > Coupe Riders : gagner une fois c'est bien, mais deux c'est mieux 

Coupe Riders : gagner une fois c'est bien, mais deux c'est mieux

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) La jeune Sherbrookoise Jeanne Chouinard a pris un peu tout le monde par surprise l'an dernier en remportant le volet féminin de la Coupe Riders, présentée alors pour la première fois à Sherbrooke.

Car logiquement, avec sa victoire, elle aurait dû automatiquement recevoir une invitation pour le Championnat du monde Red Bull Crashed Ice d'Edmonton, disputé dans les semaines suivantes.

Mais voilà; âgée de 16 ans à l'hiver 2015, Chouinard n'était pas admissible à cette compétition réservée aux participants de 18 ans et plus selon les lois albertaines, en accord avec le fait que le commanditaire principal était une compagnie de bières.

Une victoire douce-amère pour la jeune fille, qui veut malgré tout faire fi de cette situation cette année, elle qui n'a toujours pas atteint la majorité.

L'an dernier, ce sont 16 femmes qui ont participé à la Coupe Riders contre 126 hommes.

Jeanne Chouinard débarque tout de même à Sherbrooke forte d'une troisième place à la Coupe Riders disputée récemment à Bathurst; elle y a terminé derrière les deux filles qui sont classées un et deux au classement général.

C'est donc dire qu'elle est montée sur le podium à ses deux seules courses à vie en Coupe Riders.

Jeanne ressent-elle la pression de récidiver cette année?

« L'an dernier, je suis arrivée un peu à la dernière minute, sans pratique, pas d'attente. Cette année, j'ai des attentes, je veux faire la finale. J'essaie de ne pas me mettre trop de pression, là je me suis mis le défi de me rendre en finale et après on verra », a-t-elle indiqué mercredi matin à La Tribune, dans le cadre d'une descente d'essai destinée à certaines personnalités de la région.

Le conseiller municipal Vincent Boutin, le député fédéral de Sherbrooke (NPD) Pierre-Luc Dusseault et Nicolas Taillefer, du Demi-marathon de Sherbrooke, ont entre autres dévalé la piste glacée de 407m qui est désormais installée dans la piste numéro quatre du mont Bellevue, contrairement à la piste numéro 5 l'an dernier.

« L'an dernier, c'était la première édition ici, et il n'y avait pas vraiment de niveaux techniques. On descendait, c'est tout, c'était davantage du « downhill ». Là, ils ont ajouté des modules, des plateaux, des virages plus serrés, c'est beaucoup plus technique », a ajouté Jeanne Chouinard.

« Ma  stratégie est de prendre ma vitesse dans la portion descente, car je crois que la plupart des filles vont probablement mettre les freins. Moi, c'est là que je vais prendre ma vitesse. »

Joueuse de hockey au Collège Stanstead, Jeanne Chouinard a été initiée au ice cross downhill par son père Jean-Guy, qui a participé aux courses Red Bull Crashed ice pendant huit ans.

Une froide fin de semaine

Les organisateurs de cette deuxième édition sont bénis des Dieux; après les douces dernières semaines qui ont laissé craindre le pire pour la qualité de la glace, voilà que Dame Nature annonce des températures avoisinant les -28 degrés Celcius pour samedi.

 « On est chanceux côté température. La chaleur nous a cependant fait mal la semaine dernière et nous a forcés à fermer la piste pour le volet récréatif », a indiqué Christian Papillon, le concepteur de la piste.

« On va avoir une piste rapide, en très bonne condition et les « riders » sont très contents jusqu'à présent. Ce sera un bon défi, beaucoup de patin en haut, on les exténue et on les pousse en bas avec des virages en S assez serrés, ce qui fait travailler tous les aspects du sport. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer