• La Tribune > 
  • Sports 
  • > Jeux de la Francophonie: les chances de Sherbrooke augmentent 

Jeux de la Francophonie: les chances de Sherbrooke augmentent

Les chances de Sherbrooke d'obtenir les Jeux de la Francophonie de 2021... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Les chances de Sherbrooke d'obtenir les Jeux de la Francophonie de 2021 viennent d'augmenter. À coup sûr, l'événement d'envergure internationale se tiendra au Canada puisque La Guadeloupe a retiré sa candidature, selon France Info. Il ne reste donc que les candidatures de Sherbrooke et de Moncton-Dieppe.

Le président du conseil régional de Guadeloupe, Ary Chalus, aurait envoyé un message au premier ministre pour lui demande le retrait de la candidature, selon un communiqué envoyé par le ministère des Sports que cite France Info.

« Considérant qu'il ne peut y avoir de candidature sans le soutien du territoire qui l'accueille, l'État prend acte de la position de la nouvelle majorité régionale et retirera la candidature de la France à cet événement », rapporte la source française.

Le maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny, se dit surpris de ce désistement, mais mentionne que la Ville de Sherbrooke ne modifiera pas sa stratégie pour autant. « Pour nous, ça ne change pas grand-chose. Nous avons un pitch à faire le 1er mars à Abidjan et c'est ce que nous sommes en train de préparer. Nous ne le faisions pas contre la Guadeloupe ou contre Moncton. Nous voulons faire la meilleure présentation pour Sherbrooke et la stratégie ne changera pas. »

Les chances de Sherbrooke, mathématiquement, passent quand même de 33 % à 50 %. « C'est vrai, mais aussitôt que nous sommes deux en lice, nous n'avons pas le choix d'avoir le meilleur dossier. Nous ne sommes pas plus confiants, parce que si nous ne sommes pas bons, nous n'aurons pas les jeux. Il ne faut surtout pas penser que ce sera plus facile. Il faut convaincre le comité de sélection. »

Rappelons que Sherbrooke avait décidé de présenter sa candidature après le désistement de la Belgique. La France devient donc au moins le deuxième État à se retirer. Doit-on y voir des considérations financières qui pourraient inquiéter les citoyens des villes toujours finalistes? « Les Jeux de la francophonie sont somme toute assez modestes en comparaison avec les Jeux du Commonwealth et les Jeux olympiques. Je ne sais pas sur quel facteur repose le retrait de La Guadeloupe, mais il faut aussi voir la nature de la candidature. Nous, nous y allons parce que nous avons déjà les infrastructures, entre autres à cause des Jeux du Canada. »

M. Sévigny continue de croire aux chances de Sherbrooke. « Peu importe ce qui s'est passé aujourd'hui (mercredi), j'ai bon espoir que nous avons toutes les qualités pour présenter cet événement d'envergure internationale. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer