Un top 5 redoutable

CHRONIQUE / Il suffit de parler aux entraîneurs de la LHJMQ pour comprendre... (123RF)

Agrandir

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) CHRONIQUE / Il suffit de parler aux entraîneurs de la LHJMQ pour comprendre qu'aucune équipe ne souhaite affronter les cinq meilleures formations du circuit en première ronde des séries éliminatoires.

Il est en fait plutôt rare de voir autant d'organisations s'améliorer de cette façon à la limite de la période de transactions. Les Huskies de Rouyn-Noranda, les Cataractes de Shawinigan, les Foreurs de Val-d'Or et les Olympiques de Gatineau ont récemment ajouté d'importants éléments à leur alignement.

Vous vous rappelez pourtant de la saison 2014-2015? Seulement deux équipes avaient apporté des corrections considérables : les Remparts de Québec et l'Océanic de Rimouski.

Cette fois, plusieurs joueurs d'impact ont changé d'adresse en rejoignant différents clubs. On n'a qu'à penser au nouveau membre des Huskies Timo Meier ou encore à Philippe Cadorette, Dmytro Timashov et Danny Moynihan à Shawinigan pour ne nommer que ceux-là.

Mais qui veut vraiment se mesurer à Conor Garland et aux Wildcats de Moncton, même si ces derniers n'ont pas été très actifs sur le marché? Garland domine complètement le circuit grâce à ses 98 points. Son plus proche aspirant, Alexis D'Aoust des Cataractes, suit avec 68 points...

Même les Screaming Eagles du Cap-Breton seront à surveiller malgré leur 8e rang, entre autres grâce à l'acquisition de Michaël Joly.

C'est donc dire que les Mooseheads d'Halifax, le Phoenix de Sherbrooke, le Titan d'Acadie-Bathurst, l'Armada de Blainville-Boisbriand, les Islanders de Charlottetown et même les Voltigeurs de Drummondville se battent pour ne pas terminer entre les rangs 16 et 12. Les Saguenéens de Chicoutimi et les Tigres de Victoriaville n'ont pas les outils pour rivaliser longtemps face aux cinq puissances du circuit Courteau à première vue.

Notons que seulement 2 équipes sur 18 n'accèdent pas aux séries dans la LHJMQ.

Le fameux 10e rang

Dans le meilleur des mondes, les formations de bas de classement visent la 10e position ou mieux encore, ce qui les mènerait par exemple vers une série contre l'Océanic de Rimouski, un club moins redoutable que les autres meneurs dans la LHJMQ. Et ce, si rien ne bouge au classement, ce qui serait surprenant, avouons-le.

C'est là que tous les entraîneurs se rendent compte que chaque victoire ou chaque défaite peut faire la différence. Puisque ces deux petits points échappés forceraient une équipe à affronter un rival bien plus imposant, ce qui augmenterait ses chances d'être éliminée dès la première ronde.

En moyenne, chaque club doit encore disputer 22 parties. Le dernier blitz sera crucial.

La pression se trouve sur toutes ces formations trainant de la patte. Surtout le Phoenix, qui avait promis mer et monde à ses amateurs avant le début de la campagne. Et pourtant, il flirte avec une exclusion des séries.

Comme dit l'adage, ça passe ou ça casse dans les prochaines semaines.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer