De l'aide pour Michel Therrien

Pendant que le Lightning retrouve son aplomb, le... (Archives, La Presse)

Agrandir

Pendant que le Lightning retrouve son aplomb, le talentueux Québécois Jonathan Drouin, lui, a de la difficulté à se faire justice dans la Ligue américaine.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc-Antoine Godin
La Presse

(MONTRÉAL) Ils sont nombreux à prétendre qu'avant de congédier Michel Therrien, le DG Marc Bergevin doit d'abord lui donner de nouvelles munitions en attaque.

Ne nous trompons pas : ce ne sont pas Tomas Plekanec, Lars Eller, Dale Weise ou Alexei Emelin qui permettront de trouver le chaînon manquant. Les meilleures monnaies d'échange ont pour nom Alex Galchenyuk, Nathan Beaulieu, Michael McCarron et, dans une moindre mesure, Nikita Scherbak et Noah Juulsen.

Bergevin osera-t-il amputer sa formation de talent brut pour modifier son noyau? S'il hésite, il pourrait se rabattre sur des joueurs de location de moins grande envergure qui, à tout le moins, marqueraient quelques buts et pourraient aider le CH à se tailler une place en séries.

Selon le site generalfanager.com, le Canadien pourrait ajouter l'équivalent de 8,5 millions en salaires à la date limite des transactions. Il détient par ailleurs tous ses choix en vue du prochain repêchage.

JONATHAN DROUIN (Tampa) - Pendant que le Lightning retrouve son aplomb, le talentueux Québécois, lui, a de la difficulté à se faire justice dans la Ligue américaine. Après avoir inscrit deux buts à son premier match avec le Crunch de Syracuse, il a été limité à une mention d'aide à ses cinq derniers matchs. Le vice-président aux opérations hockey du Canadien, Rick Dudley, a assisté à ses deux derniers matchs et l'intérêt du Tricolore semble bien réel. Mais même avec la demande d'échange formulée publiquement par l'agent de Drouin, le DG Steve Yzerman ne négocie pas en position de faiblesse. Surtout pas face au CH qui est pressé de se donner un électrochoc. C'est bien tentant de penser à une potentielle vedette francophone, mais le risque existe que le Tricolore perde des plumes au lieu d'en gagner dans ce dossier-là.

KYLE OKPOSO (Islanders de New York) - Okposo a le profil idéal pour le Canadien, mais sa situation est embêtante pour les Islanders. Ceux-ci pourraient perdre leur meilleur ailier gauche sur le marché des joueurs autonomes l'été prochain, sauf qu'ils ont un nouveau propriétaire, ils viennent d'emménager à Brooklyn et doivent absolument faire les séries. Choisiront-ils de le garder jusqu'à la fin et de le perdre sans rien obtenir en retour? Par le passé, on pouvait dire qu'Okposo entretenait une bonne chimie avec John Tavares; or, le centre vedette est tout aussi déréglé que Sidney Crosby cette saison. Il n'est pas impossible que les Islanders échangent Okposo, mais il ne faudra pas que ça affaiblisse l'équipe d'ici la fin du calendrier. N'oublions pas que le DG Garth Snow a aussi le dossier Travis Hamonic à régler...

ANDREW LADD (Winnipeg) - Les Jets doivent faire signer un nouveau contrat au jeune défenseur Jacob Trouba et espèrent aussi réembaucher Ladd ainsi que le gros Dustin Byfuglien, qui seront tous les deux joueurs autonomes sans compensation à la fin de la saison. Il semble désormais acquis que les Jets ne pourront pas retenir les deux. Ladd, un ailier gauche de 30 ans qui a récolté deux buts et sept points à ses 18 derniers matchs, a remporté la Coupe Stanley à deux reprises et Marc Bergevin l'a bien connu à Chicago. En vertu de son contrat, le capitaine des Jets peut refuser un échange dans 15 destinations de la ligue. À noter que les Jets sont présentement à court d'attaquants puisque Scheifele, Stafford et Lowry sont blessés, mais les trois doivent revenir au jeu prochainement.

DUSTIN BYFUGLIEN (Winnipeg) - Au fil des années, le polyvalent colosse a démontré qu'il était un joueur d'impact, en attaque comme en défense. À Montréal, il changerait quelque peu l'ADN de l'équipe et ajouterait une bonne dose d'imprévisibilité. Cela dit, Byfuglien, qui représentera les Jets au match des Étoiles, serait à la recherche d'un contrat d'au moins cinq ans. On imagine mal le CH faire appel à lui pour autre chose que la fin de la saison. Les Jets forment une bonne équipe, mais jouent dans une division tellement forte que les chances qu'ils participent aux séries éliminatoires sont minces.

RYAN NUGENT-HOPKINS (Edmonton) - Le nom de Jordan Eberle a souvent été évoqué dans les rumeurs de transactions. Or, selon Mark Spector, de Sportsnet, les Oilers auraient offert Nugent-Hopkins aux Predators de Nashville en retour du défenseur Seth Jones. Bref, ils seraient prêts à envisager l'avenir sans lui. Le Nuge risque d'être déplacé à l'aile au retour de Connor McDavid, tout juste après la pause du match des Étoiles. Le premier choix universel de 2011 n'a pas beaucoup progressé depuis sa saison recrue. En fait, avec deux buts et 15 points à ses 29 derniers matchs, c'est à se demander s'il ne régresse pas... Mais même s'il est frêle, Nugent-Hopkins demeure un joueur de centre avec beaucoup de potentiel.

MIKKEL BOEDKER (Arizona) - On croyait la saison des Coyotes en péril à la suite de la perte du gardien Mike Smith. Or, le Québécois Louis Domingue s'impose devant le filet, tant et si bien que l'Arizona est au coeur de la course! Voilà qui pourrait influencer les plans à l'égard de Boedker, qui sera joueur autonome sans compensation à la fin de l'année. Le Danois de 26 ans, qui peut jouer autant à l'aile gauche qu'à droite, était le meilleur marqueur parmi les attaquants de son équipe (12 buts, 33 points) avant le match d'hier, ayant récolté un but et dix points à ses 11 derniers matchs.

JIRI HUDLER (Calgary) - Le vétéran tchèque est capable de mettre des points au tableau, surtout lorsqu'il est bien entouré. On lui avait confié la responsabilité de faire progresser Sam Bennett et Markus Granlund cette saison, mais sa production en a souffert. Il finira loin de son sommet de 71 points de la saison dernière, atteint en jouant avec Johnny Gaudreau et Sean Monahan. Il vient de revenir d'une absence de trois matchs en raison d'une blessure à l'aine. Les Flames doutent de pouvoir lui faire signer un nouveau contrat. Ils pourraient se donner encore une semaine, au retour de la pause des Étoiles, avant de déterminer s'ils seront vendeurs ou non.

ZEMGUS GIRGENSONS (Buffalo) - Le Letton de 22 ans, actuellement ennuyé par une blessure au haut du corps qui est réévaluée quotidiennement, n'a que huit points en 40 matchs cette saison. Toute une différence par rapport aux 15 buts et 30 points en 61 matchs de l'an dernier! C'est pourtant un attaquant polyvalent, costaud et déterminé qui a un certain flair offensif. Le DG Tim Murray doit s'interroger à propos de cet ancien premier choix (14e au total) en 2012. Valorisé par l'ancienne administration, Girgensons était le premier centre des Sabres sous Ted Nolan. Il doit désormais se contenter d'un rôle plus effacé à l'intérieur du système rigide de Dan Bylsma. Les Sabres poursuivent leur reconstruction et peuvent encore cette année lorgner le premier choix au repêchage. Or, ils n'ont pas vraiment de gros espoirs à l'extérieur de la LNH et une aide immédiate n'est pas aussi cruciale que pour d'autres formations.

RADIM VRBATA (Vancouver) - Celui qui, à l'origine, était perçu comme un complément intéressant des frères Sedin patine désormais avec les jeunes Sven Baertschi et Bo Horvat. Il a récolté un but et trois points à ses dix derniers matchs. Il faudra voir si la situation change prochainement chez les Canucks puisque Henrik Sedin s'est blessé à une épaule, dimanche soir, et il risque de rater quelques matchs. Déjà que ça ne s'annonçait pas facile pour les hommes de Willie Desjardins de demeurer dans le portrait des séries, voilà qui n'aidera pas. On s'attend encore à ce que Vrbata fasse partie des joueurs qui changeront d'adresse d'ici la date limite des transactions.

JAROME IGINLA (Colorado) - Rendu à 38 ans, ce n'est plus l'Iginla d'antan, mais il demeure quand même le troisième buteur de son équipe (12). Et regardons les choses en face : le Canadien n'a pas beaucoup d'options à l'aile droite. Iginla détient une clause de non-mouvement qui complique les choses, et son contrat, valide pour une autre saison, gruge 5,3 millions de la masse salariale. Ça semble bien peu probable, mais si Iginla était disposé à lever les feutres, ça ne coûterait pas la lune pour l'obtenir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer