La première étoile à Joël Bouchard

Joël Bouchard (à gauche)  affirme qu'il a des chums dans la... (Archives, La Presse)

Agrandir

Joël Bouchard (à gauche)  affirme qu'il a des chums dans la LNH qui ont des gars qui sont pourris au hockey et qu'ils s'en moquent. Que ça va en prendre davantage pour dramatiser parce que leurs enfants sont d'abord et avant tout de bons kids et que la vie suit son cours.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) Commentaire / Joël Bouchard, grand manitou de l'Armada de Blainville-Boisbriand dans la LHJMQ, ancien hockeyeur professionnel et membre du groupe de gestion du Programme d'excellence de Hockey Canada, mérite la première étoile de la semaine.

Les propos de Bouchard dans le documentaire Parents inc. qui a été diffusé au petit écran au début de la semaine sont du pur délice lorsqu'il affirme qu'il a des chums dans la LNH qui ont des gars qui sont pourris au hockey et qu'ils s'en moquent. Que ça va en prendre davantage pour dramatiser parce que leurs enfants sont d'abord et avant tout de bons kids et que la vie suit son cours.

D'ailleurs, je vous défie de trouver un ancien hockeyeur professionnel qui met de la pression sur son enfant dans la pratique de son sport. Bien sûr, ils vont vouloir leur donner les meilleurs outils possible afin qu'ils progressent, mais ce qu'ils veulent par-dessus tout, c'est qu'ils s'amusent. La pression de performer, ils l'ont vécue et ils veulent éviter ça à leur progéniture. Allez donc demander à Félix Potvin, Stéphane Robidas, Jocelyn Thibault et combien d'autres.

Le message de Bouchard ne vaut pas seulement pour les parents, mais aussi pour les entraîneurs qui se prennent un peu trop au sérieux et ces gourous qui sévissent dans le monde du hockey mineur et qui tentent toujours de se donner le beau rôle en s'attribuant tous les mérites pour les succès d'un joueur. La notion du plaisir existe peu ou pas pour ces gens-là et c'est bien dommage. En plus, ils sont aussi des prophètes de malheurs quand ils s'expriment sur l'avenir du hockey québécois et canadien. Des frustrés du hockey que je vous dis.

En passant, il faudrait cesser de croire qu'un hockeyeur professionnel va donner le crédit à un seul de ses entraîneurs pour avoir atteint son objectif de jouer sous la grande tente. Seulement pour accéder à la LHJMQ, un hockeyeur junior aura possiblement joué sous les ordres de cinq ou six entraîneurs minimum. Et chacun aura eu son mot à dire dans son développement. L'ex-Cantonnier Mathieu Perreault brille chez les Jets de Winnipeg. Pensez-vous qu'il va donner le crédit seulement à Martin Bernard qui l'a dirigé à Magog?

C'est comme ceux qui crient haut et fort que le Canada doit maintenant s'inspirer de la Finlande, médaillée d'or du Championnat mondial junior 2016, pour développer ses hockeyeurs. Disiez-vous la même chose il y a un an quand la Finlande a été écartée du podium? Virez-vous votre chapeau de bord si la Finlande échoue en 2017, ce qui est loin d'être impossible? Auparavant, la Russie était la saveur du jour et maintenant on regarde quel pays monte sur la marche la plus haute du Championnat mondial junior et voilà, c'est le modèle à imiter.

Est-ce qu'il y en a encore qui n'ont pas compris que les joueurs au talent naturel et exceptionnel, et surtout les gardiens élites, font les bons systèmes et les bons entraîneurs?

Bravo au hockey mineur de Magog

Je m'en voudrais de ne pas féliciter l'Association du hockey mineur de Magog (AHMM) pour leur façon de gérer la crise qui a fait trembler les murs de l'aréna de Magog lorsqu'un joueur midget A de leur organisation a fait référence à la tragédie ferroviaire de Lac-Mégantic en demandant à un joueur de cette municipalité si ses parents étaient morts dans cet accident. Au lieu de décerner uniquement une suspension en nombre de parties, l'AHMM a emprunté le chemin de la rééducation et de la réadaptation en exigeant une lettre d'excuses au joueur fautif et en l'obligeant à faire du bénévolat. Gageons que la leçon sera retenue. L'AHMM vient de créer un précédent qui, je l'espère, fera réfléchir d'autres organisations. La méthode forte n'est pas toujours la meilleure solution.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer