Le butin de venaison détale!

Les chasseurs de chevreuil ont connu une saison... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Les chasseurs de chevreuil ont connu une saison creuse en Estrie avec une baisse de 14 pour cent de la récolte, à l'image de ce qui s'est passé dans l'ensemble du Québec.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Luc Larochelle</p>
Luc Larochelle
La Tribune

(SHERBROOKE) Maigre automne pour les chasseurs de chevreuil de la région, dont la récolte a chuté de 14 pour cent par rapport à 2014.

Les 12 748 cerfs de Virginie abattus dans les trois zones de chasse de l'Estrie au cours des mois de septembre, octobre et novembre représentent le plus mauvais résultat depuis la saison 2011, qui avait suivi un hiver très rigoureux ayant décimé le cheptel.

« C'est l'automne anormalement doux qui est cette fois venu changer la donne. Ni le froid ni la neige ne compliquait l'accès des cerfs à leurs sites naturels de nourriture. Les appâts des chasseurs étaient moins fréquentés », estime le biologiste Éric Jaccard, responsable de la grande faune pour l'Estrie et la Montérégie.

Les mêmes facteurs expliqueraient la baisse de 17 pour cent de la récolte de cerfs à l'échelle de la province.

Revenons dans la région, la chute est particulièrement brutale dans la zone 6 nord (de Richmond vers Drummondville) où elle atteint 23 pour cent. Dans ce cas, ce résultat est même pire qu'il qu'y a cinq ans.

« C'est le signal le plus évident que nous recevons de la dernière saison de chasse. Après plusieurs années de pression pour réduire le cheptel qui était trop élevé sur ce territoire, nous chercherons dorénavant à le stabiliser comme nous l'avons fait dans les zones 4 et 6 sud », affirme M. Jaccard.

Le recul sur un an est de 14 pour cent dans la zone 4. Le résultat des 4952 bêtes récoltées en 2015 est sous la moyenne de cinq ans (5209).

Les chasseurs de la zone 4 ont toutefois su profiter des conditions plus favorables durant la post-saison à la poudre noire puisque l'écart n'a été que de 6 pour cent dans ce segment. Autre élément sous surveillance dans la zone 4 : la pression exercée sur les mâles durant la période à la poudre noire n'a pas été excessive cette année non plus.

Les chasseurs fréquentant la zone 6 sud sont ceux dont le butin de venaison a été le moins réduit. La baisse n'est que de 8 pour cent. Les 5297 cerfs enregistrés l'automne dernier dans cette zone donne un résultat se situant dans la moyenne de cinq ans (5158).

Les récoltes ayant atteint jusqu'à 20 000 cerfs de Virginie en Estrie, du temps où l'on comptait jusqu'à 10 bêtes/km², les chasseurs ne reverront plus ça puisque la densité a depuis été réduite de moitié par les gestionnaires fauniques.

Quand on se réfère à la récolte moyenne de la période 2011-2015 pour les trois zones de l'Estrie, qui est de 13 500 bêtes, les résultats de la dernière saison sont un peu moins décevants.

« Nous sommes en deçà de cette moyenne cette année, certains automnes nous allons grimper au-dessus. Mais ce chiffre nous situe par rapport à ce que devraient être les attentes réalistes des chasseurs en fonction des paramètres d'aujourd'hui », croit M. Jaccard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer