• La Tribune > 
  • Sports 
  • > Inspirations 2015 : Les leçons de Jérémy Gagnon-Laparé 

Inspirations 2015 : Les leçons de Jérémy Gagnon-Laparé

Après une année riche en apprentissages de toutes... (La Presse, archives)

Agrandir

Après une année riche en apprentissages de toutes sortes, Jérémy Gagnon-Laparé souhaite qu'ils lui servent à voir plus de minutes sur le terrain en 2016.

La Presse, archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Personnalités inspirantes / Une finale en Ligue des Champions de la CONCACAF, une poussée irrésistible en fin de saison et en séries éliminatoires en MLS, l'arrivée du légendaire Didier Drogba, Jérémy Gagnon-Laparé s'est trouvé aux premières loges pour voir les succès de l'Impact de Montréal en 2015.

Pour 2016, le Magogois espère avoir la chance d'être sur le terrain pour y contribuer davantage.

« C'est sûr qu'avec des joueurs un peu plus vieillissants à mon poste, je vais essayer de montrer à l'équipe que ça pourrait être moi le remplaçant, c'est quelque chose que je souhaiterais pour l'année qui s'en vient, souligne le milieu de terrain qui lutte pour les postes occupés par les vétérans Patrice Bernier, Marco Donadel et Nigel Reo-Coker. Quand tu travailles bien, que tu es patient, les choses finissent par arriver. Le temps de jeu c'est quelque chose de concret que je pourrais souhaiter pour l'an prochain. »

Au dire de l'athlète de 20 ans, 2015 aura été l'année où il a appris à être un professionnel, lui qui n'a disputé que 18 minutes étalées sur deux matchs après avoir goûté à cinq matchs et plus de 270 minutes sur le terrain l'année précédente.

« Ç'a été une année ou j'ai dû apprendre à m'améliorer sans nécessairement avoir de récompense au bout. J'ai dû me concentrer sur les entraînements, essayer d'apprendre des autres joueurs sur quoi je devais travailler plus. Si ça n'a pas été une année d'éclosion, ça n'a pas été une année perdue. Ç'a été une année d'apprentissages. »

Et une année de beaux souvenirs, comme le but marqué par Andrés Roméro en finale de la CONCACAF contre le Honduras, qui donnait les devants 1-0 à l'Impact.

« Quand on marque le premier but à Montréal c'est assez spécial et à 1-0 il n'y avait pas de raisons de ne pas y croire. Avec les autres joueurs dans la loge il y avait tellement d'émoti

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer