Une ville, un club

Le soccer à Sherbrooke était autrefois l'affaire de... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Le soccer à Sherbrooke était autrefois l'affaire de trois clubs; dès 2017, il n'y aura qu'un seul et même club sherbrookois.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Il n'y aura qu'un seul et même club de soccer à Sherbrooke en 2017.

C'est cette conclusion qui fut retenue à l'issue du lac-à-l'épaule qui s'est déroulé le week-end dernier à Sherbrooke, réunissant des intervenant de la Ville de Sherbrooke, de Fédération de soccer du Québec, de Soccer Estrie et des trois clubs sherbrookois, soit le Dynamik, le Sprint et les Verts.

Cette décision met donc fin à l'existence controversée de Soccer Sherbrooke, mis sur pied il y a huit ans, afin d'agir à titre de répondant auprès de la Ville de Sherbrooke, et de support administratif pour les trois clubs qui furent créés dans la même foulée, fusionnant ainsi les sept zones de soccer qui gérait alors jusque là le soccer sherbrookois.

Le statu quo sera par contre de mise pour 2016 et, parallèlement au déroulement normal de la saison, un comité de transition sera mis sur pied afin de gérer la transformation vers un seul club. L'objectif est d'être prêt pour la mi-octobre 2016 afin d'être opérationnel à temps pour 2017.

Il y a donc fort à parier que les trois noms disparaîtront pour faire place à un tout nouveau nom pour ce nouveau club qui regroupera désormais les quelque 4500 joueurs du grand Sherbrooke.

La difficulté à obtenir une vision commune claire et une direction de développement uniformes sont, entre autres, les principaux motifs ayant motivé cette décision.

Ce sont les clubs eux-mêmes qui ont relancé la Ville de Sherbrooke afin de trouver une situation à cette impasse qui enlisait littéralement le soccer sherbrookois.

« On était arrivés dans une impasse, c'était rendu une vraie farce, les réunions de Soccer Sherbrooke, c'était l'enfer. Soccer Sherbrooke était une entité inefficace avec un mandat pas clair. C'était devenu un site de conflit », a indiqué Ghislain Houle à La Tribune, lundi.

Ce dernier est à la présidence de Soccer Sherbrooke depuis un peu plus d'un an. Pendant les quatre ou cinq années précédentes, cette chaise était vide. Houle est également président du club le Sprint.

Si les trois clubs cohabitaient tous dans les mêmes locaux, au Complexe multisports Roland-Dussault, ils étaient loin de partager les mêmes visions.

Points épineux

Les problèmes financiers éprouvés par les Verts il y a quelques années, la démission en bloc de sa direction, les difficultés de gestion des terrains, étaient, entre autres, des points épineux entre les clubs.

Le Dynamik et les Verts s'étaient rapprochés, tandis que le Sprint faisait plutôt cavalier seul.

Également, l'offre de services de chaque club n'était pas identique, ce que déplorait fortement la Ville.

Devant l'impasse, 21 personnes se sont rencontrées la fin de semaine dernière pour en arriver à une solution.

Trois scénarios furent proposés au vote : le statu quo avec trois clubs sans Soccer Sherbrooke à sa tête, la création de deux clubs distincts et la création d'un club distinct. La proposition pour un seul club l'a emporté avec 13 voix, contre sept pour le statu quo et un seul vote pour la création de deux clubs.

Cette décision aura cependant des répercussions. Si trois clubs de 1500 joueurs avaient été créés à l'époque, c'était pour répondre à des règles de la Fédération de soccer du Québec.

Pénalité à prévoir

Si ces représentants se sont montrés ouverts à discuter du cas de Sherbrooke, il y a fort à parier que les pénalités encourues pour le non-respect des règles auront des conséquences.

« Il se peut que l'on ne puisse pas avoir de nouvelles équipes AAA avant trois ans, par exemple », a dit Ghislain Houle.

« On voulait que la solution vienne des clubs. Soccer Sherbrooke fonctionnait très difficilement. Je crois qu'on fait un pas dans la bonne direction et que ce n'est pas un constat d'échec. Il y avait sept ou huit clubs au départ, ça prend du temps à tout arrimer », a dit le président du comité du sport et du plein air Vincent Boutin.

« Ces scénarios de fusion se discutent depuis plusieurs années. Et maintenant que la décision est prise, il sera important de garder les gens mobilisés et de rapidement mettre le processus en branle », a dit le président du Dynamik, Nicolas Croteau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer