Les Cougars puisent encore chez les Harfangs

Les Cougars du Collège Champlain ont une fois... (Spectre Média, Maxime Picard)

Agrandir

Les Cougars du Collège Champlain ont une fois de plus pigé dans la cour des Harfangs pour leur recrutement; Félix Lussier-Roy, Benjamin Rhéaume, Thomas Bolduc et Maxime Yargeau débarqueront à Champlain pour la saison 2016.

Spectre Média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le succès des dernières années des Cougars du Collège Champlain s'explique d'abord et avant tout par le recrutement auprès des meilleurs talents en catégorie juvénile.

Et l'équipe de Jean-François Joncas, qui a connu une saison régulière parfaite, avant de couronner le tout en remportant le Bol d'Or, connaît encore une fois une période de recrutement fort prometteuse.

L'équipe de football collégial division 1 s'est ainsi assurée les services de quatre joueurs des Harfangs de l'école secondaire du Triolet pour la prochaine saison. Les Harfangs évoluent en division 1 du football scolaire juvénile.

Le quart-arrière Thomas Bolduc, les receveurs de passes Benjamin Rhéaume et Maxime Yargeau et le porteur de ballon Félix Lussier-Roy ont tous choisi Champlain pour leur entrée au collégial.

Et tous ont été parmi les joueurs ayant cumulé les meilleures statistiques à leurs positions respectives, en 2015.

Bolduc, le fils de l'ancien receveur de passes des Alouettes de Montréal André, qui est actuellement adjoint au coordonnateur offensif avec les Alouettes, a terminé premier pour les gains aériens avec 1993 verges et 12 passes de touché.

Rhéaume, son complice de toujours, a capté 56 passes (1er) pour 828 verges (2e) et sept passes de touché (2e), alors que Yargeau a capté 27 ballons pour 252 verges et un touché.

Quant au porteur de ballon Lussier-Roy, le frère cadet de Cédric, ancien secondeur vedette des Cougars maintenant avec le Rouge et Or de l'Université Laval, il fut l'un des meilleurs demis en division 1 avec 126 portées pour 916 verges et 11 touchés et ce, même s'il a raté quelques rencontres.

Les Harfangs ont terminé à égalité au quatrième rang du classement en division 1 avant de s'incliner en quart de finale 24-20 contre Saint-Jean Eudes.

Un naturel

« C'est l'un des programmes d'excellence en région, il est bien dirigé par Mathieu Lefaivre et son équipe, les jeunes sont bien encadrés, à tous les niveaux, ils nous arrivent avec une bonne base. Et recruter dans notre cour des joueurs de talent, à long terme, ça développe un sentiment d'appartenance », a indiqué M. Joncas.

« Thomas a dominé sa ligue l'an dernier et je retiens surtout son taux de passes complétées (57 %). Il a une bonne tête de football, et une bonne génétique aussi! Ce qui est intéressant, c'est qu'avec la graduation de Michael Arruda, le poste de partant est libre; on ne pousse rien, mais le poste est à gagner. C'est une bonne année pour arriver chez nous. »

Joncas et André Bolduc se connaissent bien, puisqu'ils avaient souvent à discuter tous les deux à l'époque où Bolduc était entraîneur-chef du Vert & Or de l'Université de Sherbrooke.

Avec l'arrivée de Félix Lussier-Roy, Joncas est sûr d'avoir mis la main sur un futur joueur universitaire.

« C'est un super athlète, doué d'une très bonne accélération, c'est un compétiteur. Je suis convaincu qu'il va contribuer rapidement à notre équipe, il est déjà très mature. Il a des chances de dominer et si tout se passe bien, il a des chances d'être l'un des meilleurs au Québec. »

Quant à la venue de Rhéaume et de Yargeau, Joncas confirme qu'il avait besoin de recruter au moins quatre receveurs qui pourraient voir du terrain rapidement.

« On ne peut pas passer à côté de Benjamin, il a capté 56 passes cette année, il a été productif, ça ne ment pas. Thomas et lui jouent ensemble depuis trois ans déjà et cette chimie est importante entre un quart et un receveur. Quant à Maxime, il sera très dur à stopper en couverture homme à homme, c'est un gars qui a fait l'équipe du Québec. »

« Ce sont tous des gars qui mangent du foot et c'est ce qu'on aime, travailler avec des passionnés qui sont motivés à en apprendre plus. »

Shawn Boucher (demi défensif de Trois-Rivières), Charles DeMontigny (ligne offensive, Trois-Rivières), Omar Layini (receveur, Rebels de la Montée) et Sergeo Mushigo (ligne offensive Montréal) se sont aussi ajoutés.

Thomas Bolduc avoue avoir suscité l'intérêt de plusieurs... (Archives, La Tribune) - image 2.0

Agrandir

Thomas Bolduc avoue avoir suscité l'intérêt de plusieurs équipes en division 1 du football collégial, avant de se rallier à l'option qui pour lui, était la plus évidente.

Archives, La Tribune

Suivre les traces de son père?

« On se lançait souvent le ballon ensemble lorsque j'étais jeune; j'ai ainsi développé de bonnes mains, mais je crois que c'est aussi lors de ces moments que j'ai aussi appris à bien lancer le ballon. »

Avoir un paternel qui a joué comme receveur de passes chez les pros, a fortiori avec les Alouettes de Montréal et les Eskimos d'Edmonton, peut receler plusieurs avantages. Dont celui de développer un bon bras, précis.

« J'ai touché très jeune à un ballon de football, ça c'est certain. Et lorsque j'ai commencé au football civil, avec les Bulldogs de Sherbrooke, il y avait une place au poste de quart et j'ai accepté. Papa et moi, on discute de foot quand on peut, nos saisons se déroulent pas mal en même temps; on communiquait par message texte, dans ce temps-là, car il était souvent à l'extérieur avec l'équipe. Mais quand il pouvait être à la maison un vendredi soir et que je jouais le lendemain, on faisait du film ensemble, il me parlait de certaines tendances à observer, de faire attention à tel type de couverture. Il a l'oeil! J'avais aussi d'excellents entraîneurs avec les Harfangs pour m'aider, par contre », a dit Thomas Bolduc.

« Mon père m'a suggéré de me concentrer sur ma saison avant de me casser la tête à savoir où je jouerais l'an prochain. Dans tout le processus, j'ai été libre à 100 %. Il a été présent et il m'a appuyé dans tout ça. C'est important. »

Ce dernier avoue avoir suscité l'intérêt de plusieurs équipes en division 1 du football collégial, avant de se rallier à l'option qui pour lui, était la plus évidente.

« J'ai eu de bonnes discussions avec le CNDF, avec le Vieux-Montréal, avec Garneau, mais depuis le début, je penchais vers les Cougars. La visite des installations a confirmé ma décision. Et c'est seulement à huit minutes de voiture de la maison! Avoir une équipe de division 1, qui vient de connaître une saison parfaite, tout près de chez toi, tu n'hésites pas longtemps! »

« Les entraînements commencent en janvier, le timing est parfait pour moi. Et l'opportunité d'avoir du temps de jeu dès ma première saison est aussi très bonne, alors tout militait pour les Cougars. »

Thomas Bolduc est aussi content que son bon ami Benjamin Rhéaume fasse le saut lui aussi avec les Cougars.

« C'est pas mal grâce à lui que j'ai eu d'aussi bonnes statistiques. On joue ensemble depuis qu'on a 13 ans! C'est aussi très motivant de voir qu'on sera plusieurs Harfangs chez les Cougars, ça va contribuer à développer une belle chimie. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer