Pas d'excuses pour Félix Meunier

Félix Potvin... (Archives La Tribune, Maxime Picard)

Agrandir

Félix Potvin

Archives La Tribune, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MAGOG) Félix Meunier ne cherche pas de faux-fuyants. Reconnu pour ses talents offensifs, l'attaquant des Cantonniers de Magog n'est pas satisfait de sa première moitié de saison.

Pourtant, celui qui appartient aux Tigres de Victoriaville dans la LHJMQ occupe le deuxième échelon des pointeurs de l'équipe avec 21 points, dont 11 buts, en 21 rencontres. « Plusieurs se contenteraient d'un point par match, mais pas moi. L'an dernier, à ma première saison dans la ligue et dans une équipe composée en majorité de recrues de 15 ans, j'ai amassé 30 points en 41 parties et c'était correct. Mais cette année, je suis capable de mieux. Je m'impatiente parfois, mais la pire chose à faire serait de me décourager », a confié Meunier.

Est-ce que celui qui est issu du programme des Harfangs du Triolet attache plus d'importance à sa fiche personnelle qu'aux succès de l'équipe? « Pas du tout, répond-il du tac au tac. Mais si ma production est à la hausse, c'est toute l'équipe qui en profitera. Les deux vont de pair. »

Force est d'admettre que Meunier ne craint pas de se mettre de la pression sur les épaules. « Ma place est dans les 15 meilleurs marqueurs de la ligue. C'est ce que je vise et je suis confiant d'y arriver. »

JOUEUR MARQUÉ

Très habile avec la rondelle et possédant un tir foudroyant, Félix Meunier est définitivement un joueur marqué par ses adversaires. « On me laisse peu d'espace et les chances de marquer ne viennent pas facilement. Mais ça fait partie du jeu et c'est à moi de trouver des solutions », d'enchaîner Meunier qui ne néglige pas son jeu défensif pour autant.

« J'essaie d'être responsable quand nous ne sommes pas en possession de la rondelle. Je ne suis pas un joueur unidimensionnel. Ça ne peut pas fonctionner si je pense seulement à noircir la feuille de pointage », estime celui qui, comme le reste de ses coéquipiers, a commencé à espacer ses visites au banc des punitions.

Félix Potvin, entraîneur des Cantonniers, avoue qu'il discute avec son vétéran pour essayer de l'aider à retrouver sa touche magique autour du filet adverse. « Pas chaque jour, car les discussions ont quand même leur limite. C'est au joueur de répondre à un moment donné par des actions concrètes. Ça reste entre lui et moi, mais Félix sait exactement ce qu'il a à faire pour se démarquer et devenir un joueur encore plus dangereux pour l'adversaire. Félix est définitivement un de nos joueurs-clés. Il fait assurément partie du plan de match de l'entraîneur adverse. Il devra composer avec ça toute la saison », prévient Potvin.

Vendredi soir, les Cantonniers rendront visite aux Gaulois du Collège Antoine-Girouard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer