Du succès pour Tousignant en Europe

Le Sherbrookois Mathieu Tousignant a fait le grand... (Photo fournie)

Agrandir

Le Sherbrookois Mathieu Tousignant a fait le grand saut vers l'Europe et l'attaquant connaît sa part de succèsen Allemagne.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le changement d'air aura été bénéfique pour le Sherbrookois Mathieu Tousignant. Après six saisons passées dans la Ligue américaine de hockey, l'attaquant a décidé de traverser l'océan Atlantique pour tenter le coup en Europe, là où il espérait jouer un rôle différent de celui d'agitateur.

Maintenant âgé de 25 ans, Mathieu Tousignant a obtenu un contrat avec les Tower Stars de Ravensburg dans le circuit DEL division 2 en Allemagne. Tousignant s'est rapidement fait un nom grâce à son excellent début de saison.

En 18 parties, il a déjà marqué 14 buts en plus d'obtenir 12 mentions d'aide. Jamais il n'aura été aussi productif depuis son départ de Chicoutimi en 2009, alors qu'il évoluait dans la LHJMQ.

« J'ai refusé des offres provenant de quelques équipes évoluant dans différentes ligues et j'avais entendu de bonnes choses sur le hockey professionnel en Allemagne. Mon but maintenant est d'atteindre la division 1 en Europe. En quittant le club-école des Flames de Calgary, je laissais derrière moi le rêve de jouer dans la LNH, mais sait-on jamais, peut-être que l'occasion se présentera de nouveau », indique le jeune athlète de 25 ans.

Après avoir obtenu 136 minutes de pénalité et 158 l'année précédente dans la Ligue américaine de hockey, Tousignant se réjouit de pouvoir mettre l'accent sur d'autres aptitudes.

« Tout est différent ici. On joue un peu partout en Europe comme en Autriche, en Italie et en Suisse. Le style de jeu ne ressemble pas à celui pratiqué en Amérique du Nord et ça me permet d'améliorer d'autres facettes. Après plus de 360 parties dans la Ligue américaine, j'étais prêt pour un autre défi et ça se passe très bien pour moi jusqu'à maintenant », poursuit-il.

Tout n'était pas inconnu pour lui dans le circuit DEL. Son entraîneur Danny Nault est québécois et s'est déjà retrouvé derrière le banc d'une équipe de la LHJMQ à Val-d'Or et Cap-Breton.

Son bon ami Frédérik Cabana évolue lui aussi dans la même ligue, tout comme de nombreux Québécois.

« Fred m'a parlé quelques fois de son expérience en Allemagne, mais ce n'est pas lui qui m'a convaincu de faire le grand saut », assure-t-il.

Un conseil pour les plus jeunes

Mathieu Tousignant ne regrette pas du tout son choix aujourd'hui. En étant bien traité et en vivant aisément en Europe, il conseille à tous les jeunes hockeyeurs de ne jamais hésiter à regarder vers les différents circuits européens afin de poursuivre leur carrière.

« Je ne pensais pas que le calibre était aussi élevé, même dans la division 2, confie Tousignant. Ce que je peux suggérer aux autres hockeyeurs d'ici qui aimeraient jouer en Europe, c'est d'écouter leur coeur. Moi, j'aimais l'idée de vivre en Europe et je n'avais pas d'attaches en Amérique. Il est important d'ouvrir ses horizons et il n'y a pas que le hockey nord-américain qui mène vers la LNH ou qui permet de bien vivre. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer