Un premier Bol d'Or pour les Filons

Dans un duel opposant deux équipes invaincues jusque... (Collaboration spéciale, Claire Dubreuil)

Agrandir

Dans un duel opposant deux équipes invaincues jusque là, les Filons de Thetford Mines ont remporté le premier championnat de leur histoire samedi avec un gain de 30-28 sur les Griffons de l'Outaouais.

Collaboration spéciale, Claire Dubreuil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre Nadeau
La Tribune

(THETFORD MINES) Grâce à leur victoire de 30-28 samedi soir sur les Griffons de l'Outaouais, les Filons de Thetford Mines ont remporté le premier Bol d'Or de leur histoire et sont devenus les nouveaux monarques de la troisième division du football collégial au Québec. « On est vraiment content. C'est l'aboutissement d'un grand travail. On a cru en nos chances, on a travaillé fort et on a récolté », a mentionné l'entraîneur-chef Diego Ratelle.

Un match qui a été dicté par les unités spéciales qui ont marqué 14 des 30 points de l'équipe. Paolo Sargeni, élu le joueur du match, a marqué le premier majeur de la rencontre en retournant un botté de dégagement sur 34 verges. Puis Louis Anchaintre a porté le score 23-1 en recouvrant un ballon échappé sur le botté de reprise de la seconde demie. « J'ai eu un coup de chance. Le joueur a échappé le ballon et je l'ai attrapé », a avoué humblement celui qui a couru les 21 verges restantes pour traverser la zone des buts.

Les Griffons n'ont jamais abandonné et ont inscrit quatre touchés dans cette deuxième demie dont deux dans les quatre dernières minutes. « C'est un match où nous avons eu des hauts et des bas. On savait que c'était une bonne équipe. Oui ils ont marqué deux fois, mais on menait 30-15. Notre expérience de l'an dernier nous a aidés parce qu'on n'a pas perdu le contrôle » , de dire Diego Ratelle.

L'attaque des Griffons a été très équilibrée avec 442 verges de gains, dont 216 au sol et 226 dans la voie des airs. Celle des Filons a été plus unidimensionnelle avec 354 verges, dont 278 par la course. Pierre Giovanni Medjeber a été le plus utilisé avec 24 portées pour 167 verges et un touché. « Pour moi c'est un accomplissement personnel et je compte travailler encore plus fort pour me rendre le plus loin possible au football », a mentionné celui qui accumulé 454 verges et cinq touchés en trois matchs éliminatoires.

L'autre porteur de ballon, Anthony Deschamps, à qui il reste une année d'éligibilité au football collégial, mais qui devrait s'aligner avec l'Université McGill l'an prochain, était euphorique après ce gain. « J'ai joué des finales dans ma vie et c'est la première fois que j'en gagne une. C'est incroyable tout le travail qu'on a fait en équipe. »

Les Filons terminent une saison parfaite avec 11 victoires à leur fiche.

Affectée par les attentats à Paris

Les attentats survenus à Paris ont par ailleurs eu des répercussions sur l'équipe de football collégiale, qui compte dans ses rangs pas moins de 22 joueurs d'origine française.

Pendant tout le match, le drapeau bleu-blanc-rouge de la France a flotté à côté de celui de l'équipe en guise de solidarité. Même s'ils étaient loin des leurs, les jeunes joueurs ont été affectés par ce qui s'est passé dans leur pays.

C'est le cas de Freeman Maitrel.

« J'étais chez moi et j'apprends qu'il y a eu des attentats à Paris alors que j'habite tout près. J'ai tenté à plusieurs reprises d'appeler ma famille pour savoir si tout le monde allait bien. Quand j'ai pu les rejoindre, heureusement personne n'avait été touché. Par contre, j'ai un ami qui a perdu un ami dans l'attentat. »

Paolo Sargeni, qui habite Paris, a vécu des moments d'angoisse.

« J'étais inquiet pour ma famille. Ç'a été difficile à vivre. Je n'ai presque pas dormi de la nuit, mais une fois que j'ai su que tout le monde était en bonne santé et en sécurité, j'ai pu parvenir oublier un peu et me préparer pour mon match. »

Même si les joueurs résident loin de Paris, ils se sentaient tous concernés.

« Je n'étais pas touché personnellement parce que j'habite loin de Paris, mais je connais des gens qui sont touchés et forcément, ça nous choque d'apprendre ça.», a mentionné Louis Anchaintre.

Comme tous ses coéquipiers, Pierre-Giovanni Medjeber a lui aussi été très touché par cette tragédie.

« Plus indirectement parce qu'on n'était pas sur place, mais on a eu très peur. On est tous avec les familles qui ont été touchées par ce drame. On est triste parce que c'est arrivé chez nous, mais aussi triste parce qu'on sait que ça n'arrive pas seulement en France, mais partout dans le monde. »

« Ça nous a tous affectés directement parce qu'on est Français et ça été une motivation de se dire qu'on représente notre pays à l'étranger et si on a pu donner une lueur d'espoir en gagnant ce match de football, je suis très heureux », de dire Anthony Deschamps.

Partager

À lire aussi

  • Le Bol d'or échappe de peu aux Griffons

    Football

    Le Bol d'or échappe de peu aux Griffons

    Les Griffons du Cégep de l'Outaouais sont passés bien près de compléter leur saison parfaite samedi soir, mais ils ont finalement dû s'avouer vaincus... »

  • Un dernier défi pour les Griffons

    Football

    Un dernier défi pour les Griffons

    Ça passe ou ça casse pour les Griffons du Cégep de l'Outaouais ainsi que les Filons de Thetford Mines, en ce samedi de mi-novembre. »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer