Les Cougars remportent le Bol d'Or

L'attaque des Cougars, menée par son quart Michael... (Courtoisie RSEQ)

Agrandir

L'attaque des Cougars, menée par son quart Michael Arruda, a inscrit 43 points pour remporter son second Bol d'Or en trois ans.

Courtoisie RSEQ

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU) La meilleure défensive du RSEQ en division 1 a poursuivi son travail exceptionnel, le quart-arrière Michael Arruda a joué comme celui qui avait été nommé joueur par excellence du circuit en 2014, et les Cougars du Collège Champlain ont mis la main sur un deuxième Bol d'Or en trois ans, samedi, en défaisant le Notre-Dame du Cégep Notre-Dame-de-Foy (CNDF) 43-22 au Stade Alphonse-Desjardins.

La troupe de Jean-François Joncas a concrétisé du même coup une saison parfaite, enchaînant 11 victoires en autant de matchs en 2015.

« Il fallait jouer notre meilleur match de l'année et c'est ce qui s'est produit sur les trois phases de jeu. À l'attaque, on a fait les gros jeux et pris soin du ballon. En défense, on a causé des revirements en plus de placer l'offensive en bonne position et on a bien fait sur les unités spéciales », a déclaré l'entraîneur-chef des Cougars après la victoire des siens.

« C'était un match de séries et on a capitalisé sur chacune des erreurs qu'ils ont faites », s'est-il réjoui.

Faux départ

Après avoir pris les devants 6-0 dès leur première séquence à l'attaque sur une course de quatre verges de Luca Perrier - le placement a été bloqué - à la suite d'une interception réalisée aux dépens de Michael Arruda, le CNDF n'a jamais été en mesure de maintenir le rythme imposé par les Cougars, se butant plutôt à une défensive qui l'aura limité à un total de 83 verges au sol au cours de ce match ultime du football collégial.

Loin d'être abattue, l'attaque expérimentée du Collège Champlain est plutôt revenue à la charge dès la séquence suivante, alors que le receveur Guillaume Conraud-Arès a réalisé tout un attrapé dans la zone des buts sur une passe de 23 verges de son pivot pour lancer les siens en avant pour de bon.

« Je n'ai jamais vu le joueur et il a fait tout un jeu sur son interception, a admis Michael Arruda, mais il était hors de question de s'en faire avec ça et de baisser les bras. Ça arrive et on a fait les gros jeux par la suite pour nous donner notre élan et l'emporter. »

Les deuxième et troisième quarts se sont avérés fatals pour le CNDF où les Cougars ont inscrit 28 points pendant qu'ils n'en concédaient que deux sur une tentative de dégagement échouée de leur zone des buts pour mettre lentement mais sûrement le Bol d'Or hors de portée de leurs rivaux de Québec, qui tentaient de le remporter pour une première fois en division 1.

« C'est incroyable de gagner le Bol d'Or. On est arrivés à court de peu l'an dernier et on avait seulement la victoire en tête aujourd'hui et c'est fait! C'est incroyable! » soulignait le joueur du match Thomas Bertrand-Hudon, qui a inscrit deux majeurs sur des courses de 45 et 68 verges.

Chez le CNDF, l'attaque au sol n'a jamais été en mesure de s'imposer. Les porteurs de ballon Alexis Côté, Gloire Muganda et Luca Perrier, qui avaient cumulé 233 verges et cinq touchés contre les Spartiates du Vieux-Montréal en demi-finale, ont dû se contenter de 62 verges de gain.

« On n'a pas été capable de courir le ballon et ça nous a empêchés de maintenir le rythme de l'attaque explosive des Cougars. On a été victimes de revirements et leurs meneurs ont fait la différence », constatait l'entraîneur-chef du CNDF, Marc-André Dion.

Avec l'issue du match littéralement déjà connue au quatrième quart, Patrick Serre, sur une passe de 22 verges,  et Vincent Forbes, sur une course de neuf verges, ont chacun inscrit un touché pour sauver l'honneur du CNDF, mais c'était trop peu, trop tard.

« On va tout faire pour revenir ici l'an prochain », promettait toutefois Marc-André Dion, dont l'équipe a joint la première division en 2012.

La cerise sur le sundae

Muets comme des carpes à propos de la possibilité de réaliser une saison parfaite au cours des deux dernières semaines, les joueurs des Cougars ont enfin accepté d'en parler samedi, au terme d'une 11e victoire en autant de matchs en 2015.

« En 2008, les Cougars avaient une saison parfaite jusqu'au Bol d'Or et ils l'ont perdu, ils n'ont pas été capables de finir, expliquait le porteur de ballon Thomas Bertrand-Hudon. Cette fois, on a gagné pour eux et pour tous les anciens Cougars. »

Les mots « incroyable » et « spécial » revenaient fréquemment sur les lèvres des Cougars pour décrire après-coup un résultat qui n'avait jamais été envisagé ou planifié.

« C'est incroyable. C'est certain que ce n'était pas un but en amorçant la saison, mais je pense que notre esprit d'équipe était incroyable et c'est ce qui nous a permis de le réaliser. Peu importe les moments durs, l'équipe se regroupait et ça été la clé pour nous», soulignait le receveur étoile Marc-Antoine Pivin.

« C'est très gros, admettait enfin l'entraîneur-chef Jean-François Joncas. On n'y pensait pas, mais c'est arrivé et c'est quelque chose dont on va réaliser l'importance seulement avec du recul, au cours des prochaines semaines. Ce n'est pas quelque chose qui est arrivé souvent. Pour l'instant, on est content d'avoir remporter le Bol d'Or, mais dans deux ou trois semaines, on va se rendre compte que c'était spécial. C'est un groupe de jeunes qui a fait preuve de beaucoup de caractère tout au long de l'année et je suis très fier d'eux. »

De son côté, le quart-arrière Michael Arruda n'avait d'yeux que pour le trophée que ses coéquipiers et lui venaient de gagner.

« C'est spécial, parce que ça n'arrive pas souvent, mais ce n'est que la cerise sur le sundae. Après la défaite de l'an dernier en finale, il fallait absolument le gagner cette année et on l'a fait. »

« On va s'en souvenir longtemps! assurait tout de même le demi défensif Adam Auclair. Avec la défaite de l'an passé, les anciens n'arrêtaient pas de nous encourager en répétant qu'on allait gagner cette année. Chaque semaine, c'était comme une poussée dans le dos. On a fini invaincu même avec 42 recrues, c'est de bon augure pour les années futures! » Charles Beaudoin

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer