Pas d'urgence chez les Cantonniers

Même si sa formation a perdu ses quatre... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Même si sa formation a perdu ses quatre derniers matchs, l'entraîneur-chef des Cantonniers, Félix Potvin soutient que ses adolescents ne lésinent pas sur l'effort pour se sortir la tête de l'eau, ce qui est rassurant.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) C'est loin d'être l'état d'urgence chez les Cantonniers de Magog, eux qui sont en quête d'une première victoire en novembre après quatre revers d'affilée. La formation magogoise tentera de renouer avec le succès en visitant samedi les Vikings de St-Eustache avant de recevoir les Gaulois du Collège Antoine-Girouard dimanche après-midi.

Félix Potvin, entraîneur-chef des Magogois, a même l'impression que cette série de quatre défaites fausse la réalité au sein de sa troupe. « Les gens reviennent toujours avec notre revers de 12-2 le premier novembre contre Charles-Lemoyne. Depuis, oui on a perdu, mais par des pointages serrés contre d'excellentes équipes de notre section. Nous avons connu 10 mauvaises minutes mercredi contre Charles-Lemoyne et ce fut suffisant pour nous priver de la victoire. On avait disputé notre meilleure période de l'année lors de l'engagement initial et nous sommes revenus forts au dernier vingt. L'effort est là et les joueurs sont les premiers conscients qu'ils doivent en faire encore davantage pour se sortir la tête de l'eau. Dans le cas contraire je serais inquiet, mais les gars ont la bonne attitude », soutient Potvin.

Unités spéciales

Chose certaine, les unités spéciales en arrachent depuis quelque temps avec l'infériorité numérique qui est en déroute et le jeu de puissance qui bat de l'aile. « C'est un fait que ça nous fait mal. On fonctionne un peu en montagnes russes avec parfois des bonnes et des mauvaises performances qui se succèdent avec nos unités spéciales. C'est plus pénible dernièrement, je ne peux le nier. Les unités spéciales font souvent toute la différence entre une bonne et une médiocre saison. Il faut se ressaisir et on va y parvenir », d'enchaîner Félix Potvin.

Comble de malheur pour les adolescents de Félix Potvin, ceux-ci croisent le fer samedi à St-Eustache avec une équipe qui ne perd pas souvent à la maison. La bonne nouvelle, s'il en est une, est que les Cantonniers sont les seuls à avoir vaincu les Vikings devant leurs partisans. Cela se passait le 9 octobre dernier.

Et on connaît l'excellence du Collège Antoine-Girouard, en ville dimanche, peut-être l'équipe la plus rapide du circuit. À plus 23, les Gaulois affichent aussi le meilleur différentiel du circuit Baillargé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer