Bol d'Or: les Cougars sont confiants

Le receveur de passes des Cougars Marc-Antoine Pivin... (La Tribune, Charles Beaudoin)

Agrandir

Le receveur de passes des Cougars Marc-Antoine Pivin croit que son équipe a les atouts pour rivaliser avec l'attaque du CNDF, deuxième meilleure du RSEQ à ce chapitre, ce que tentera de contredire le secondeur de Notre-Dame Jean-Philippe Hudon samedi.

La Tribune, Charles Beaudoin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU) C'est avec la confiance d'une équipe qui a vaincu son dernier adversaire par plus de 50 points, mais avec la prudence de celle à qui a échappé le Bol d'Or de peu l'an dernier que les Cougars s'apprêtent à affronter le Notre-Dame, en finale de première division du football collégial samedi.

Malgré la double couverture affectée par les Élans de Garneau au receveur étoile Marc-Antoine Pivin samedi dernier, les Cougars ont explosé en attaque et remporté leur match de demi-finale de façon éclatante, au compte de 59-7, ce qui fait croire au principal intéressé que Champlain a les atouts pour rivaliser avec la deuxième meilleure attaque du Réseau du sport étudiant du Québec, qui a inscrit un total de 342 points en 2015 en plus d'avoir le dessus 46-10 sur les toujours compétitifs Spartiates du Vieux-Montréal en demi-finale.

« En attaque, maintenant que tout le monde est revenu en santé, on a beaucoup de munitions, explique Marc-Antoine Pivin, qui totalise plus de 1000 verges et sept majeurs en neuf matchs cette saison. On a des gars qui peuvent contribuer un peu partout; un bon quart-arrière, un bon groupe de receveurs, de bons coureurs de ballon et une bonne ligne offensive. On est très équilibré. »

Ce qui ne signifie pas pour autant qu'on lésine à l'entraînement chez les Cougars, eux qui ont encore en mémoire la défaite en troisième prolongation en finale de 2014.

« L'an passé, c'est comme si on avait perdu six fois, se souvient le porteur de ballon Philippe Lessard-Vézina. Je ne souhaite pas ça à personne. En ce moment, dans nos têtes, on est 0-0 et on se prépare en conséquence. L'équipe qui l'emporte samedi gagne le championnat et c'est à ça qu'on pense et rien d'autre. »

«Grosse attaque au sol»

Pour l'entraîneur-chef Jean-François Joncas, la 11e victoire des siens en autant de matchs dépendra notamment de l'attention que portera sa défensive à Alexis Côté, Gloire Muganda et Luca Perrier chez le CNDF. Les trois porteurs de ballon de Notre-Dame ont cumulé 233 verges et cinq touchés contre les Spartiates la semaine dernière.

« C'est une grosse attaque, une grosse ligne offensive, mais surtout une grosse attaque au sol, explique Joncas. Ils ont un quart-arrière d'expérience qui fait de bonnes lectures. Et tout part de là pour eux et je pense que si on est capable de contrôler l'attaque au sol et de se retrouver dans des troisièmes essais et long, on peut avoir un certain succès défensivement. C'est un très grand défi qui nous attend samedi. »

Le secondeur Sam Brodrique assure cependant que ses coéquipiers de l'unité défensive et lui sont prêts à le relever.

« Le CNDF, c'est la meilleure équipe avec nous et ceux qui vont faire le moins d'erreurs vont repartir avec le Bol d'Or. On se prépare très fort. C'est notre dernière semaine de pratique et l'intensité est à son maximum », indique le vétéran de troisième année.

« C'est le Bol d'Or, il n'y aucune raison pour les deux équipes de ne pas sortir fort », résume Joncas.

Un revers formateur

Tout allait pour le mieux pour le Collège Notre-Dame-de-Foy (CNDF) en 2015... jusqu'au moment où il a croisé la route du Collège Champlain.

Avec une fiche immaculée de six victoires et aucun revers au moment d'affronter les Cougars cette saison, le Notre-Dame s'est fait ramener sur terre sur son propre terrain en s'inclinant 41-25 en octobre. La défaite a secoué les colonnes du temple chez le CNDF, de l'aveu même de l'entraîneur-chef Marc-André Dion, dont l'équipe a finalement terminé au deuxième rang avec sept victoires et deux revers.

« Quand on joué contre eux, nous étions deux équipes invaincues et on a frappé un mur », admet-il d'emblée.

Sauf que ce revers pourrait s'avérer salvateur au stade Alphonse-Desjardins samedi contre ces mêmes Cougars, croit Marc-André Dion. Ses joueurs, assure-t-il, ont appris une bonne leçon.

« Ce match-là a été une gifle qui a fait en sorte qu'on s'est replacé. On a travaillé encore plus fort et on a ajusté certaines choses. Maintenant, on sait qu'on peut perdre, on n'est pas au-dessus de nos affaires et on fait attention aux détails. »

« Au début de la saison, on n'avait pas peur de perdre. Perdre contre les Cougars nous a fait réaliser qu'on n'était pas invincibles et qu'on ne pouvait pas prendre personne à la légère. Cette semaine, on s'est donc assuré d'avoir la meilleure semaine d'entraînement de notre vie pour arriver prêt pour ce match-là », confirme le receveur de passe Jérémy Sauvageau, auteur de six majeurs en 2015.

Si le CNDF remporte son match samedi, il s'agira du premier Bol d'Or de l'histoire du programme en première division, un fait d'armes dont aimeraient se vanter ses porte-couleurs.

« Toute la classe de recrutement qu'on est, on s'est toujours dit qu'on aimerait marquer l'histoire de notre collège lorsqu'il est arrivé en division1 en 2012. C'est une motivation supplémentaire, c'est certain », mentionne le secondeur Jean-Philippe Hudon.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer