Soccer féminin : le Vert & Or dominé 5-1

La joueuse du Vert et Or Frédérique Surprenant... (La Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

La joueuse du Vert et Or Frédérique Surprenant ne réussit pas à arrêter Mélissa Roy.

La Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le Vert & Or faisait face à une équipe qui n'a pas perdu depuis l'automne 2014 en finale provinciale de soccer féminin et la logique a été respectée au PEP's de l'Université Laval, où Sherbrooke s'est incliné au compte de 5 à 1 contre le Rouge et Or.

Insérée dans le match à la 35e minute de jeu, la milieu de terrain recrue Laurie Couture-Dallaire (42e, 61e et 79e minute) s'est chargée de mettre le match hors de portée avec un tour du chapeau pendant que la défensive du Rouge et Or n'a jamais permis aux Sherbrookoises de s'installer dans son territoire. Les Rouges ont dominé 11 à 4 au chapitre des tirs cadrés en plus de frapper les poteaux à quelques reprises.

« C'est ce qui s'appelle prendre une bonne fessée pour remettre les idées en place », était d'avis l'entraîneur-chef du camp sherbrookois Alfred Picariello après la rencontre.

« On a laissé beaucoup d'énergie dans le match de vendredi contre les Carabins de l'Université de Montréal, où ç'a été très difficile à tous les niveaux, tant dans l'intensité qu'émotionnellement et il y a eu une grosse baisse de concentration aujourd'hui, sans doute liée aussi au fait qu'on avait déjà un pied dans l'avion pour aller à Vancouver. »

Une analyse que partageaient ses joueuses.

« On a voulu marquer dès le départ et on a peut-être laissé plus d'espace dans les corridors, ce qui leur a permis de faire un but rapidement, et le deuxième but, juste avant la mi-temps, a fait très mal. On a laissé un peu de notre âme à Montréal et on avait les jambes mortes au retour de la demie. Ça fait dur comme pointage », a quant à elle déploré l'attaquante Marie-Ève Jacques.

Il s'agit d'un deuxième titre provincial consécutif pour le Rouge et Or de l'Université Laval, qui retournera aux Championnats canadiens par la grande porte. Les deux formations étaient déjà assurées de participer au tournoi national, qui se déroulera à Vancouver, du 12 au 15 novembre.

« On a entrepris le match prudemment, tout comme Sherbrooke. On a eu deux chances qui nous ont permis de marquer et à 2-0 ça devenait difficile pour elles de remonter. Après on a pu gérer le match pour conserver le ballon et éviter les blessures », a déclaré le pilote du Rouge & Or, Helder Duarte.

La joueuse du match refusait de son côté de s'emballer à propos de sa performance, insistant sur le fait que c'est la victoire dont les gens vont se rappeler.

« J'ai marqué trois buts, mais ce n'est pas l'important dans le match. L'important, c'était de gagner. Mes coéquipières ont fait des jeux exceptionnels sur tous mes buts et ce qu'on va retenir au final, c'est la victoire », mentionnait humblement Couture-Dallaire.

Léa Chastenay, qui a profité d'un coup franc à la 18e minute, et Kim Tremblay, dans les arrêts de jeu, ont été les autres marqueuses pour le Rouge et Or. Myriam Guay a sauvé l'honneur pour Sherbrooke avec un but dans les arrêts de jeu également.

Une confiance intacte

Malgré la défaite cinglante subie aux mains du Rouge et Or dimanche, c'est avec confiance que le Vert & Or s'envolera mardi en direction de Vancouver pour affronter les meilleures équipes au pays.

«Ç'a été un match difficile, mais j'ai fait de mon mieux même si ce n'est pas toujours ce qui fait la différence malheureusement, mais on va se reprendre aux Canadiens. Ça nous a ramené les pieds sur terre et on va arriver prêtes pour affronter les autres équipes», a souligné la gardienne sherbrookoise Alexandra Girouard.

«Les filles vont devoir digérer la défaite c'est sûr, mais les Canadiens, c'est un autre championnat, alors je ne pense pas qu'elles soient affectées par cette défaite. Aujourd'hui c'est un match seulement sur les 16 qu'on a disputés et on a été performant à chacun d'eux. C'est un incident de parcours et il faudra simplement se reconditionner», croit l'entraîneur-chef Alfred Picariello.

«On va retravailler nos principes de jeu, faire quelques rappels et faire confiance au joueuses, parce qu'elles sont capables de faire des choses extraordinaires dans le cours d'un match», a renchéri celui qui en est à sa première saison à la barre de l'équipe.

«C'est quand même contre les championnes canadiennes en titre qu'on vient de perdre, nuance Marie-Ève Jacques. Elles ont de l'expérience qu'on n'a pas encore et ça ne peut être que bénéfique d'avoir une claque dans la face de leur part pour nous préparer aux défis qui nous attendent à Vancouver.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer