Le Phoenix en quête de vengeance

Après s'être incliné 5 à 4 en fusillade... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Après s'être incliné 5 à 4 en fusillade la semaine dernière contre l'Océanic, le Phoenix cherchera à se venger vendredi soir en arrachant les deux points à Rimouski.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Après avoir vu l'Océanic revenir de l'arrière la semaine dernière au Palais de sports et rafler les deux points au 16e tir de la fusillade, le Phoenix veut cette fois venger sa défaite de 5 à 4.

« On a une revanche à aller chercher vendredi à Rimouski, confie d'entrée de jeu l'entraîneur Judes Vallée. On n'a pas été constants jeudi contre l'Océanic. La victoire est à notre portée. Il faudra simplement maintenir le même rythme en évitant les temps morts. »

Le Phoenix a obtenu neuf points sur une possibilité de 12 lors des six derniers matchs. Les récents succès du Phoenix ne sont d'ailleurs pas inexplicables.

« Notre jeu à cinq contre cinq s'est amélioré et c'est sécurisant. Si nos unités spéciales continuent de faire le travail, on devrait être en mesure d'obtenir encore plus de points. Notre séquence est très motivante », affirme Vallée.

Une défensive imposante

Comme l'an dernier, l'Océanic possède une lourde brigade défensive. Le plus petit défenseur mesure 6'1. Cinq atteignent les 6'3 et plus.

« Ils sont imposants et il faudra utiliser notre vitesse pour les déjouer en étant les premiers à récupérer la rondelle en fond de patinoire », estime l'attaquant Julien Pelletier.

« Ils ont de gros joueurs à la ligne bleue et il sera préférable de les contourner à un contre un plutôt que de tenter de les déjouer en les défiant », croit quant à lui le défenseur Jérémy Roy.

« On a montré la semaine dernière aux joueurs de l'Océanic que le Phoenix pouvait rivaliser contre eux, maintenant on doit les battre à Rimouski! » ajoute Roy.

Beaucoup de route pour un seul match

L'autobus du Phoenix devra traverser 1000 kilomètres en une seule journée afin de permettre aux Sherbrookois de disputer la partie de vendredi soir contre l'Océanic puisque le club quittera Sherbrooke le matin pour ensuite revenir immédiatement vers le Palais des sports aux petites heures de la nuit.

« Ce sera une partie difficile parce qu'on voyagera toute la journée, convient Pelletier. Il faudra trouver un moyen pour se motiver et arriver bien préparés. Je suis certain que tout le monde voudra la victoire. »

« On misera sur une bonne activation afin de contrer les effets du voyage de 5 h pour que nos jambes soient prêtes dès la première période », renchérit Jérémy Roy.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer