Vivre son rêve, avec ses hauts et ses bas

Nicolas Guay doit travailler fort pour garder sa... (Photo fournie)

Agrandir

Nicolas Guay doit travailler fort pour garder sa place dans l'alignement des Saguenéens de Chicoutimi.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) Le Magogois Nicolas Guay a réalisé un rêve en perçant l'alignement des Saguenéens de Chicoutimi à 16 ans. Un rêve qui aurait pu tourner en cauchemar alors que les Saguenéens, l'équipe la plus jeune de la LHJMQ, a subi neuf revers d'affilée en lever de rideau. Mais lâcher prise n'a jamais fait partie du vocabulaire de l'ancien porte-couleurs des Cantonniers et aujourd'hui tout est rentré dans l'ordre pour Guay et ses coéquipiers des Saguenéens.

À un point tel qu'après cette longue séquence infructueuse et presque gênante de neuf défaites, voilà que les Sags viennent de coller sept victoires.

« Je n'ai jamais fait partie d'une équipe qui a rebondi de la sorte. C'est lors d'un périple à Val-d'Or et Rouyn-Noranda, même si nous venions d'ajouter deux revers, qu'on a commencé à voir la lumière au bout du tunnel. On s'est mis à croire en nous et soudain notre fiche nous dérangeait moins. Le vent a finalement tourné pour de bon et les complexes sont derrière nous », a commenté Guay qui a contribué à cette remontée en amassant six points à ses six dernières parties.

« Les points, c'est un bonus. À 16 ans dans le junior majeur, surtout quand tu n'es pas le plus costaud et le plus rapide, tu dois apprendre à te débrouiller défensivement parlant. Ma contribution à l'équipe se situe davantage à ce niveau. Mais c'est vrai aussi que je me sens de plus en plus à l'aise en zone ennemie », d'ajouter celui qui évolue sur le même trio que son ancien coéquipier des Cantonniers, Zachary Lavigne.

À Chicoutimi pour y rester

Les équipes de la LHJMQ ont toujours le loisir de retourner des jeunes de 16 ans dans le midget AAA. Cela se produit surtout après les Fêtes. Qu'on se le dise, Nicolas Guay ne veut même pas en entendre parler.

« Depuis mon repêchage par les Saguenéens, je ne pense qu'à jouer dans la LHJMQ, J'aurais pu me décourager en début de saison quand les défaites s'accumulaient et que je ne jouais pas sur une base régulière. Malgré cela, c'était clair comme l'eau de roche dans ma tête que ma place était à Chicoutimi, pas ailleurs. J'ai toujours voulu faire un joueur de hockey et je n'allais pas m'écraser au premier obstacle. Mon adaptation est loin d'être terminée et il pourrait y avoir d'autres moments où je devrai me retrousser les manches pour garder ma place dans l'alignement. Ça fait partie de l'apprentissage d'un 16 ans. Mais moi je préfère cela à jouer midget AAA même si j'étais employé à toutes les sauces », explique Guay.

En contact

Tout en poursuivant sa carrière à Chicoutimi, Nicolas Guay continue de suivre son ancienne équipe midget AAA du coin de l'oeil. « Je connais encore plusieurs gars chez les Cantonniers. D'ailleurs, je communique régulièrement avec certains d'entre eux via les réseaux sociaux. Je suis leur progression et je ne suis pas du tout étonné de leurs succès. Il y a des bons joueurs chez les Cantos et tôt ou tard on va se croiser quelque part dans le junior majeur », convient Nicolas Guay.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer