Le «p'tit» gars de Shawinigan

Alexis Sansfaçon... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Alexis Sansfaçon

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MAGOG) Si on vous parle du p'tit gars de Shawinigan, vous penserez sans aucun doute et avec raison à l'ancien premier ministre du Canada, Jean Chrétien. Or, les Cantonniers de Magog comptent aussi dans leurs rangs sur leur p'tit gars de Shawinigan, format géant celui-là, en Alexis Sansfaçon.

L'arrière de presque six pieds et quatre pouces écoule sa deuxième campagne avec la formation magogoise. C'est après avoir été retranché au camp d'entraînement de l'équipe de sa région l'année dernière, les Estacades de Trois-Rivières, que Sansfaçon a reçu une invitation des Cantonniers. Depuis, Sansfaçon est un Cantonnier à part entière.

«Je n'ai pas sauté de joie en étant retranché par les Estacades. Mais j'ai pris ça comme un défi personnel et je me suis dit que si une équipe me donnait l'opportunité de me reprendre, je ne raterais pas mon coup une deuxième fois. Cette deuxième chance est finalement venue des Cantonniers. Je pouvais difficilement mieux tomber. J'adore la ville, l'équipe, et jouer pour un entraîneur comme Félix Potvin, c'est possiblement ce qu'il y avait de mieux pour mon développement. Il nous prépare très bien pour le junior majeur», soutient Sansfaçon.

Choix facile

Quand est venu le temps à l'été 2015 pour Sansfaçon de décider s'il préférait retourner avec l'équipe de sa région comme le permet un règlement de la Ligue midget AAA du Québec, celui-ci n'a pas songé un seul instant à endosser un autre uniforme que celui des Cantonniers. «C'est l'équipe qui m'a donné ma chance et je leur dois ça. Pour moi c'était clair que si je ne graduais pas junior majeur à 16 ans, c'est avec les Cantonniers que je voulais poursuivre mon apprentissage», fait-il valoir.

«Je vais devoir affronter mes amis des Estacades une deuxième année de suite. En réalité, ce sont mes amis durant la saison morte, pas sur la glace. L'an dernier, je voulais trop en faire contre les Estacades. Je devrai corriger ça cette année», de renchérir celui dont les droits appartiennent aux Screaming Eagles du Cap Breton dans le circuit Courteau.

Pour le moment, Sansfaçon ne pense pas aux Screaming Eagles. «Je me concentre sur mon jeu. Je veux aider mon équipe actuelle avec de solides performances match après match. D'ailleurs, c'est ma plus grande amélioration si je compare à la saison dernière : ma constance. Si je joue bien, notre équipe en profitera et les Screaming Eagles le remarqueront.»

Quant à l'édition actuelle des Cantonniers. Sansfaçon aime bien ce qu'il voit. «Nous avons de la profondeur à toutes les positions et nous n'abandonnons jamais. Si on garde une bonne éthique de travail, on peut croire en nos chances. Mais nous ne sommes pas seuls dans la ligue. Faut s'en rappeler», maintient le p'tit gars de Shawinigan.

jrancour@latribune.qc.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer