Un optimisme modéré

Alors que débute samedi la saison de chasse... (La Tribune, Luc Larochelle)

Agrandir

Alors que débute samedi la saison de chasse au chevreuil à l'arme à feu, les indicateurs pointent vers le haut sur une partie du territoire de l'Estrie, suggérant un retour à la récolte prolifique de 2013. Les projections varient toutefois d'une zone à l'autre.

La Tribune, Luc Larochelle

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Luc Larochelle</p>
Luc Larochelle
La Tribune

L'arsenal de caméras déployé sur le bord des champs et en forêt vous fournit une lecture bien plus pointue de l'activité du gros gibier dans votre secteur de chasse que toutes les statistiques que je pourrais compiler pour tenter de vous éclairer.

À quelques jours de la saison du chevreuil à l'arme à feu, qui commence samedi et qui est assurément celle qui résonne le plus fort en Estrie, examinons tout de même le portrait général pour la région.

Les chasseurs ont de quoi être modérément optimismes. Après avoir légèrement régressé l'automne dernier, la récolte de cerfs devrait rebondir en Estrie pour nous ramener aux 15 000 bêtes enregistrées lors de la saison 2013. Rappelons que ce seuil n'a pas été atteint depuis 2009.

Le recul était imputable à l'hiver 2013-2014, qui a été 30 pour cent plus rigoureux que la normale. Le taux de mortalité y a alors été plus élevé. Les cerfs ont cependant été moins éprouvés l'hiver dernier avec un indice d'enfoncement à 113 pour cent.

Le cheptel de la zone 4, le plus exposé aux aléas de la saison froide, a ainsi pu récupérer.

«Il y avait eu un bon rebondissement après l'hiver dévastateur de 2011 et comme le choc d'il y a deux ans a été moins sévère que le précédent, la récolte devrait augmenter dès cette année dans la zone 4. La transition du prélèvement des cerfs sans bois vers l'arme à feu devrait également se poursuivre. Tout en suivant cela, nous surveillerons l'accroissement de la pression sur les mâles», cadre pour ce territoire le biologiste responsable de la grande faune en Estrie, Éric Jaccard.

Rappelons que le prélèvement des cerfs sans bois est maintenant restreint aux seuls détenteurs de permis spéciaux dans la zone 4 durant les saisons à l'arme à feu et à la poudre noire.

La contrepartie du nouveau mode de gestion est la pression additionnelle sur les mâles. Dans ce segment, la récolte a grimpé de 7 pour cent l'automne dernier en raison du prélèvement effectué avec les armes à chargement par la bouche, chasse qui était autorisée pour la première fois.

Comme la densité cible est pratiquement atteinte dans la zone 6 nord, le ministère de la Faune a réduit le nombre de permis de cerfs sans bois de 5000 à 4500 cette année. Il faut à cause de cela doser les attentes dans cette portion de l'Estrie fondue avec une partie du Centre-du-Québec.

Il n'est toutefois pas impossible que les chasseurs reprennent là aussi ce qui avait été perdu.

«Historiquement, le redressement du cheptel a toujours été rapide dans cette zone où la nourriture est abondante. Mais, ne perdons pas de vue que nous ne sommes plus aux densités d'autrefois», précise M. Jaccard.

Selon ce dernier, il faut par ailleurs s'attendre à une stabilité dans la zone 6 sud, du fait que celle-ci a été à contre-courant l'automne dernier. La récolte y a été la meilleure des cinq dernières années.

«Le prélèvement de cerfs sans bois y est important et il n'y a toujours pas de mesures de contingentement. Il faut se montrer prudent face à cela étant donné que c'est la zone la plus disparate. À certains endroits, nous peinons à contenir l'explosion du cheptel alors que dans d'autres secteurs, nous sommes pratiquement au seuil de la précarité», précise le biologiste.

Le temps maussade des derniers jours a été utile pour souffler les feuilles qui sont restées accrochées aux arbres plus longtemps cet automne. Les chasseurs auront de meilleurs corridors de tir.

Rappelez-vous par contre que les sites trop à découvert deviennent vite déserts lorsque gronde le tonnerre des coups de feu et que la poudre se répand dans l'air.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer