Maude-Aimée Leblanc vise toujours la LPGA

Même si Maude-Aimée Leblanc a terminé en force... (Archives, La Presse)

Agrandir

Même si Maude-Aimée Leblanc a terminé en force sa première saison complète sur le circuit satellite Symetra, la fin de semaine dernière au Championnat du circuit, à Daytona en Floride, elle n'a pas réussi à terminer dans le top 10 des boursières, concluant plutôt en 14e place.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Certes, le chemin aurait pu être plus simple. Mais le golf est un sport parfois, souvent, imprévisible.

Même si la Sherbrookoise Maude-Aimée Leblanc a terminé en force sa première saison complète sur le circuit satellite Symetra, la fin de semaine dernière au Championnat du circuit, à Daytona en Floride, elle n'a pas réussi à terminer dans le top 10 des boursières, concluant plutôt en 14e place, avec un cumulatif financier de 50 561 $.

Un top 10 lui aurait valu automatiquement une carte d'accès pour la LPGA pour la saison 2016; mais tous les espoirs ne sont pas perdus. Leblanc accèdera directement à la dernière étape du tournoi de qualification de la LPGA, programmé pour décembre, toujours à Daytona, en Floride.

C'est à ce même tournoi, où elle avait décroché une septième place en 2011, que Leblanc avait pu goûter à la LPGA pour la première fois.

La longiligne golfeuse s'accordera quelques semaines de vacances en Estrie avant de reprendre le collier pour cet ultime tournoi.

« Ça va bien, le moral est bon malgré tout, je suis surtout contente d'avoir terminé la saison sur une très bonne note. J'ai uniquement travaillé sur l'approche mentale de mon jeu, je me suis concentrée à contrôler plein de petits détails et franchement, ça a bien marché. »

Leblanc a conclu le Championnat Symetra à égalité en cinquième place, avec un cumulatif de 278 (73-65-71-69), à quatre coups de la Thaïlandaise Sherman Santiwiwatthanaphong.

Cette saison 2015 lui aura permis d'amasser 50 561 $ et le 14e rang au classement des boursières.

L'Américaine Rachel Rohanna a terminé en 10e position et dernière place donnant accès à une carte LPGA avec un cumulatif de 53 867 $.

« Quand tu regardes ça de plus près, j'ai raté ma carte par deux petits coups; si je termine le dernier tournoi à -12, j'entre dans le top 10 et je passe. Si on ajoute à cela que le circuit a décidé de ne pas comptabiliser le tournoi disputé en Illinois, où on n'avait joué que 18 trous à cause des pluies abondantes, c'est encore plus fâchant d'être passée aussi proche. J'étais alors deuxième de ce tournoi; ils nous ont donné les bourses, mais le tournoi ne comptait pas. »

Leblanc a terminé dans le top 10 à huit reprises en 2015; côté statistique, elle fut la plus longue cogneuse du circuit avec une moyenne de 273,9 verges et deuxième pour le nombre d'oiselets réussis (242).

Sa précision sur ses coups de départ (59 %, 139e rang) et la moyenne de coups roulés par ronde (30,11, au 29e rang), de même que les verts atteints en régulation (70 %, 26erang), sont certainement des statistiques qu'elle voudra améliorer pour l'an prochain.

« Lorsque je regarde le portrait complet de ma saison, je suis contente. J'ai maintenant la chance d'accéder directement à la dernière étape du Q-School; terminer dans le top 20 donne une carte à temps plein pour 2016, alors que terminer dans les positions 21 à 40 donne un statut conditionnel. Les autres joueurs retournent sur le Circuit Symetra. »

Contrôler sa respiration

Les bons résultats de son dernier tournoi sont en partie redevable à la vétéran golfeuse canadienne Lorie Kane.

« Elle s'est toujours montrée ouverte à discuter avec moi, à m'aider, à me donner quelques conseils. Ça m'est revenu à l'idée, il y a quelques semaines, et je l'ai contacté. On est allées souper ensemble. Elle a beaucoup de vécu, d'expérience sur le circuit de la LPGA; elle en connaît les hauts et les bas. À preuve, elle doit elle aussi passer par le Q-School pour avoir sa carte pour l'an prochain », a dit Leblanc.

« Mon principal objectif n'est pas technique, mais psychologique; je dois distraire mon esprit, je pense trop; une ronde de golf, c'est cinq heures sur un terrain, et il n'y a pas beaucoup d'action. Lorie m'a suggéré de me concentrer sur ma respiration, de compter dans ma tête, afin de rester dans le moment présent, sans m'égarer et trop penser en avant. Ç'a bien été à mon dernier tournoi, j'ai hâte de l'appliquer à la qualification. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer