Marc-Antoine Pivin... et les autres

Marc-Antoine Pivin a capté 48 ballons jusqu'ici (1er)... (Imacom, Julien Chamberland)

Agrandir

Marc-Antoine Pivin a capté 48 ballons jusqu'ici (1er) pour des gains de 913 verges (1er, près de 400 verges devant le deuxième) et six touchés (2e).

Imacom, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Pas de doute, le receveur de passes Marc-Antoine Pivin, des Cougars du Collège Champlain, est l'un des plus beaux espoirs collégiaux pour les programmes universitaires partout au pays. Et à sa dernière saison en division 1 du football collégial, Pivin s'est assuré jusqu'à présent d'en mettre plein la vue.

L'ancien joueur des Harfangs de l'école secondaire du Triolet a capté 48 ballons jusqu'ici (1er) pour des gains de 913 verges (1er, près de 400 verges devant le deuxième) et six touchés (2e). Les mains magiques de Pivin sont un des principaux atouts offensifs des Cougars cette saison, la combinaison formée par Pivin et le quart Michael Arruda se révélant la plus productive du circuit.

Pivin fait saliver toutes les équipes universitaires; et même si certains de ses coéquipiers ont déjà confirmé où ils évolueraient l'an prochain (Adam Auclair ira à Québec, Arruda a choisi Ottawa), le Sherbrookois veut attendre.

« Je vais faire connaître ma décision à la fin de la présente saison. Je veux me concentrer à aider à l'équipe à remporter le Bol d'or, ce qu'on a raté de peu, l'an dernier, lorsqu'on a perdu en finale contre les Spartiates du Vieux-Montréal. J'ai d'ailleurs encore ce match sur le coeur, car je l'ai raté, je m'étais blessé en demi-finale contre Vanier. Ce fut vraiment frustrant de regarder les gars jouer sans que je puisse les aider », a indiqué le jeune homme qui étudie en criminologie, à Champlain.

« Je n'étais pas prêt à prendre une décision quant à mon avenir, l'été passé. J'ai avisé les différents programmes et tout le monde a été très respectueux là-dedans. Ça me permet de me concentrer sur ma saison. Présentement, je ne sais pas encore quel programme académique m'intéresse le plus et c'est là-dessus que je m'informe. C'est une grosse décision et je veux prendre le temps. Il n'y a pas que le football, il faut avoir aussi d'autres options », a-t-il dit.

Et les États-Unis ne sont toujours pas écartés du portrait, insiste Pivin, même s'il se dit très lucide par rapport à ses chances d'évoluer au sud de la frontière.

« Les gens de football de l'Université Purdue ont mis la main sur mon vidéo de présentation et ils m'ont invité à un camp, l'été passé. J'ai aussi disputé deux autres camps, tant qu'à être dans cette portion des États-Unis. Je ne me fais pas d'illusions, c'est très difficile pour un receveur ou un quart-arrière de percer là-bas. »

Si Pivin récolte les succès, c'est qu'il est la cible préférée de Michael Arruda. Ce dernier est le meilleur pivot de la division 1 avec ses 1877 verges de gain et ses 17 passes de touché. Tout ça en seulement sept rencontres.

« J'ai la chance de jouer avec le meilleur quart collégial au Canada; lui et moi, on est ami depuis qu'on se côtoie à Champlain, on s'entend bien et ça se traduit sur le terrain. On se parle, on s'ajuste et surtout, on se fait confiance », a dit Pivin.

« Le fait que je connaisse aussi très bien notre coordonnateur à l'attaque Pat Boies, qui m'a dirigé avec Équipe Québec, est aussi une belle chance. Il me fait confiance et il trouve toujours les bons jeux. »

Forts d'une fiche immaculée de 7-0, les Cougars du Collège Champlain accueillent les Nomades de Montmorency, samedi après-midi à Lennoxville.

Les Nomades sont présentement installés au septième rang du classement de la division 1, avec une fiche de 3-4. Il s'agira du premier affrontement entre les deux équipes.

« Ça va vraiment bien cette saison, on a un excellent esprit d'équipe. Tout le monde est sur la même page. Notre ligne offensive fait tout un boulot pour nous aider à trouver du temps pour exécuter les jeux, alors que notre défense est la meilleure de la ligue. On connaît une bonne saison, mais ça ne voudra rien dire si on ne gagne pas le Bol d'Or. »

Le match démarre à 13 h.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer