Même le Drakkar fait la loi

Même si les Sherbrookois ont dominé pendant la... (Photo fournie)

Agrandir

Même si les Sherbrookois ont dominé pendant la majorité de la rencontre, ils ont la plupart du temps frappé un mur nommé Keven Bouchard.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Baie Comeau) Ça va de mal en pis pour le Phoenix de Sherbrooke, qui n'a pu vaincre la pire équipe de la LHJMQ mercredi à Baie-Comeau. Le Drakkar a obtenu sa troisième victoire de la saison, cette fois par la marque de 3 à 1.

Même si les Sherbrookois ont dominé pendant la majorité de la rencontre, ils ont la plupart du temps frappé un mur nommé Keven Bouchard. Ce dernier a bloqué 32 des 33 tirs dirigés vers lui.

Il s'agit de la neuvième défaite en treize rencontres pour les Oiseaux, qui ne répondent pas du tout aux attentes élevées en ce début de saison.

« On ne pensait pas subir une défaite contre le Drakkar, mais il a travaillé plus fort que nous, a constaté Judes Vallée, en admettant ne plus savoir quoi répondre pour expliquer les revers successifs. On a été malchanceux aussi. On a manqué de finesse et de cohésion. Les gars ont obtenu beaucoup de chances de marquer. Plusieurs attaquants comme Kay Schweri, Vincent Deslauriers et Guillaume Gauthier ont subi une blessure. Ce n'est rien pour aider. »

Un autre match difficile

La première période aura été l'affaire des gardiens de but Evan Fitzpatrick et Keven Bouchard.

Alors que les unités spéciales des deux formations se montraient anémiques, les portiers, eux, n'ont rien concédé en bloquant respectivement 11 et 9 tirs.

« Notre avantage numérique ne fait rien depuis cinq matchs », remarque Vallée.

Les Sherbrookois ont subi une lourde perte lorsque leur défenseur format géant Alexis Vanier s'est blessé au bas du corps. Il n'est pas revenu dans la rencontre par la suite.

Chase Harwell a tenté de secouer sa troupe en livrant un combat de poids plume à Matt Jones. Plusieurs coups ont rapidement été portés, principalement par Harwell.

Quelques minutes plus tard, Jason Imbeault a obtenu la meilleure chance de marquer du Phoenix en interceptant une rondelle à la ligne bleue et en frappant le poteau de plein fouet.

« Les troisième et quatrième trio ont bien joué et ils ont obtenu beaucoup de temps de jeu », souligne le pilote sherbrookois.

À la surprise générale, c'est le Drakkar qui a pris les devants dans ce match grâce à Simon Chevrier, qui a battu Fitzpatrick dans la lucarne avec un lancer balayé alors qu'il se trouvait dans l'enclave.

« On ne lâchera pas »

Le calvaire du Phoenix s'est poursuivi au troisième vingt. Le défenseur Nicolas Meloche a profité d'un avantage numérique offert par son ancien coéquipier Skylar Strumas pour donner une avance de deux buts aux siens.

Meloche a décoché un plomb de la ligne bleue, ce qui constituait son quatrième but de la saison.

Une lueur d'espoir est soudainement apparue devant le Phoenix lorsque Carl Neill a imité Meloche, réduisant l'écart à un but. Daniel Audette a été brillant lors de cette séquence en contrôlant la rondelle longuement durant un quatre contre quatre.

En fin de partie, Judes Vallée a retiré son gardien de but, ce qui n'a pas eu les effets escomptés. Vaclav Karabacek s'est amené seul devant une cage déserte pour clore le débat.

Notons que Daniel Audette et Julien Pelletier ont été mis de côté durant une bonne partie de la troisième période par Judes Vallée.

« On ne lâchera pas! » a clamé l'entraîneur.

Fitzpatrick a donc concédé deux buts en 26 lancers devant une faible foule de 1526 spectateurs. L'explication? Une partie en milieu de semaine et... le temps de la chasse!

Prochain duel impliquant le Phoenix : samedi après-midi à Victoriaville.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer