«Gardez la mémoire vive»

La première cérémonie d'intronisation du Panthéon des sports... (Imacom, Julien Chamberland)

Agrandir

La première cérémonie d'intronisation du Panthéon des sports de Sherbrooke s'est déroulée mardi soir au Pavillon Armand-Nadeau, devant un parterre rempli de ces acteurs du milieu sportif sherbrookois, toutes générations confondues.

Imacom, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Ils sont venus des États-Unis, de l'Ontario, de l'Ouest du Canada et d'un peu partout au Québec. Ils ont autrefois fait résonner le nom de Sherbrooke par leurs prestations sportives inspirantes, par leurs idées novatrices, par leur désir de dépassement, leur passion. Ils repartent chez eux, désormais immortels.

La première cérémonie d'intronisation du Panthéon des sports de Sherbrooke s'est déroulée mardi soir au Pavillon Armand-Nadeau, devant un parterre rempli de ces acteurs du milieu sportif sherbrookois, toutes générations confondues.

Des athlètes, des bâtisseurs, des organisateurs d'événements, au total, une première cohorte d'une dizaine de ces héros ou moments inspirants du passé sportif sherbrookois, immortalisée dans le granit dans ce qui devient le premier musée sportif en plein air au Canada, situé le long du lac des Nations.

« Plutôt que de faire entrer les gens dans un musée, c'est le musée qui s'ouvre sur le monde. La Halte des nations est l'endroit tout désigné pour honorer ces athlètes, ces bénévoles, ces entraîneurs et autres personnes du milieu sportif d'ici qui ont permis à Sherbrooke de se faire voir partout. Et quoi de mieux que l'endroit le plus achalandé de la ville pour le faire? Je crois que ce concept est raffiné, novateur, et je ne serais pas surpris qu'il soit repris ailleurs », a lancé avec confiance le maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny, président d'honneur de la soirée.

Sylvie Daigle

L'ancienne patineuse de vitesse Sylvie Daigle fut la première surprise lorsqu'elle a entendu l'ancien maire de Sherbrooke et actuel président du CA du Panthéon des sports de Sherbrooke Jean Perrault, la surnommer la « Reine de Sherbrooke », avant son intronisation, mercredi.

« Ça lui a sorti comme ça, c'est drôle! », s'est d'abord exprimé l'ancienne double médaillée olympique (Albertville et Lillehammer) et quintuple championne du monde de patinage de vitesse courte piste.

« Moi, quand j'ai entendu parler de ça (le Panthéon des sports de Sherbrooke, NDLR) pour la première fois, je croyais que c'était les gens du comité qui étaient les premiers intronisés! Ces gens-là pourraient être autant intronisés que nous! Ça démontre la qualité des gens d'ici », a exprimé celle qui a un parc à son nom depuis 1995 et qui pratique désormais la médecine d'urgence dans Lanaudière.

Andréa Blackwell

« Lennoxville et Sherbrooke ont été des terres d'accueil formidables, ce fut une belle place pour grandir et faire du sport. Chaque fois que je reviens, je me remémore mes belles années à Bishop's. C'est un honneur extraordinaire pour moi, ma famille, et pour Bishop's. J'ai rencontré mon futur mari ici et j'y ai encore beaucoup d'amis. C'est vraiment spécial, comme émotion », a indiqué Andrea Blackwell, qui a connu une carrière internationale de 12 ans en basketball (Italie, Grèce, Belgique), après avoir joué et dirigé l'équipe féminine des Gaiters entre 1979 et 1990.

Elle fut également élue meilleure joueuse universitaire au Canada en 1984, en plus de participer à deux Jeux olympiques (1984 et 1996).

André Viger

« André, il était plus grand que nature, il a réellement transcendé son sport; pour les athlètes handisports, au Canada, il y a Rick Hansen et André Viger. Pour moi, c'est sûr que mon ami André fut un incroyable pionner pour notre sport. C'était un perfectionniste dans l'âme », a avancé l'ancien athlète en fauteuil roulant Marc Quessy, venu recevoir l'hommage posthume au nom d'André Viger.

« Quand les gens vont voir la plaque en son nom, ils vont se rappeler ses exploits, et pas juste les gens de Sherbrooke. Il fut le premier à faire un marathon, en Beauce, avec un fauteuil rudimentaire, qui sortait quasiment des couloirs d'hôpitaux. Tous les jours, il cherchait un moyen de s'améliorer, de se dépasser. »

« Il a été mon chum pendant longtemps, c'est lui qui m'a amené à Sherbrooke à partir de Trois-Rivières, on voyageait ensemble, on était cochambreurs, on s'entraînait ensemble. C'est un beau jour pour tous ceux et celles qui font du handisport », a-t-il résumé.

Ce fut, en définitive, une magnifique journée pour la communauté sportive sherbrookois.

Partager

À lire aussi

  • Du hockey au sommet du tennis

    Sports

    Du hockey au sommet du tennis

    Avec du recul, certains pourraient dire qu'il s'en est fallu de peu pour que le portrait de Robert Bédard soit complètement différent de celui que le... »

  • Les grands du sport de Sherbrooke immortalisés

    Sports

    Les grands du sport de Sherbrooke immortalisés

    Après plusieurs années de tractations, le Panthéon des sports de Sherbrooke prendra officiellement forme à compter de ce soir. »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer