• La Tribune > 
  • Sports 
  • > Le patinage artistique à la rescousse des Harfangs 

Le patinage artistique à la rescousse des Harfangs

Jean-Philippe Miller a participé à plusieurs championnat canadien... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Jean-Philippe Miller a participé à plusieurs championnat canadien de patinage artistique, tant en solo qu'en couple. Il partage dorénavant ses connaissances avec les joueurs de hockey, question d'améliorer leur coup de patin.

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Chaque entraîneur un tant soit peu perfectionniste voudra toujours trouver le petit élément qui bonifiera le développement des joueurs de son équipe. Et parfois, cela implique de sortir des sentiers battus. Dans cette optique, l'entraîneur-chef des Harfangs catégorie bantam AA Mike Maclure, n'a pas hésité à faire appel à son bon ami, Jean-Philippe Miller.

Ce dernier a commencé à patiner à l'âge de six ans et il fut sur l'équipe du Québec en patinage artistique de l'âge de neuf ans à 18 ans. Il a participé à plusieurs championnats canadiens, tant en simple qu'en couple.

Un peu plus tôt cette semaine, il a prodigué une séance intensive de patinage aux joueurs des Harfangs, un exercice qui reviendra une fois par mois jusqu'en décembre.

Les Oilers d'Edmonton ont confirmé cette tendance en embauchant l'ancien médaillé olympique David Pelletier, il y a deux ans. Plusieurs joueurs des Maple Leafs de Toronto, dont le Sherbrookois Stéphane Robidas, ont aussi fait appel aux services de patineurs artistiques afin de renforcer leurs qualités de patinage.

« Les gars ont rigolé un peu, lorsque je leur ai parlé de mon idée; ensuite, Stéphane Robidas est venu leur parler de son expérience et disons que les visages ont changé! » a rigolé Mike Maclure.

« On enseigne à nos gars à trouver de nouvelles façons, chaque jour, de devenir meilleurs, alors c'est un peu ce qu'on tente de faire aussi en tant qu'entraîneur. Le hockey se joue maintenant dans les batailles à un contre un; le joueur doit développer des habiletés sur patin, une agilité, pour rapidement changer de position et pour éviter les mises en échec. À la différence du patineur de vitesse, qui mise surtout sur la poussée, le patineur artistique lui, c'est l'agilité, être rapide en espace restreint. »

Jean-Philippe Miller n'est pas à ses premières armes avec des hockeyeurs; il doit toutefois adapter ses enseignements.

« Les joueurs sont toujours un peu curieux, les premières fois. Je me présente, je dis un peu d'où je viens, ce que j'ai accompli et comment je pense pouvoir les aider. Les gars sont réceptifs, attentifs et ils travaillent fort », a-t-il dit après une intense séance de patinage de plus d'une heure.

« Les gars savent patiner, ils sont capables d'aller très vite, mais ils ont besoin de certaines qualités de patinage pour maximiser leurs efforts, des techniques que les plus jeunes apprennent en patinage artistique. Ils ne sont pas entièrement efficaces. »

« Le patinage artistique permet d'améliorer la qualité de virage, les déplacements latéraux; ça se fait de plus en plus, même dans la LNH, les gars vont chercher de l'aide extérieure pour avoir plus de vitesse, être plus stable et avoir davantage d'explosion dans toutes les directions. »

Bon début de saison

La troupe de Maclure connaît un bon début de saison, avec 14 points récoltés en cinq matchs, ce qui la positionne au premier rang de la section centre du bantam AA. Au compteur, les Harfangs ont quatre victoires et un match nul, avec 16 buts marqués contre neuf buts accordés.

« On est jeunes, on a 12 joueurs de première année avec nous sur un total de 17. La cuvée 2002 est très forte. L'an dernier, c'était l'année de repêchage LHJMQ pour la cuvée 1999 et ce fut très bon. Si ça continue, on pourra en dire autant de la cuvée 2002 » , a dit Mike Maclure.

« La chimie est bonne, il n'y a pas de clique, on fait des pratiques le fun, on a un pool de hockey, des cours de danse, et les gars travaillent fort sur la glace, ils ont une éthique de travail irréprochable. Notre but est d'accéder à la Coupe Dodge et après, tout est possible. »

Alexandre Doucet, Frédéric Doyon-Lussier et Marshall Lessard s'illustrent depuis le début de la saison, dit l'entraîneur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer