Gagnon-Laparé en mode olympique

Le Magogois Jérémy Gagnon Laparé enfilera l'uniforme unifolié... (Archives La Presse)

Agrandir

Le Magogois Jérémy Gagnon Laparé enfilera l'uniforme unifolié cette semaine pour aider le Canada dans sa quête d'une qualification pour les Jeux olympiques de Rio, en 2016.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Jérémy Gagnon-Laparé n'a peut-être disputé que 18 minutes de jeu réparties en deux rencontres avec l'Impact de Montréal cette saison, mais le milieu de terrain conserve néanmoins un agenda très chargé.

Après avoir complété la saison avec le FC Montréal, le club-école de l'Impact avec qui il a joué 16 rencontres dans la United soccer league (USL), le Magogois troquera son uniforme bleu et noir pour le rouge et blanc cette semaine afin d'aider le Canada à se qualifier pour les Jeux olympiques de Rio de Janeiro l'an prochain.

« Le club (l'Impact) se dit que c'est mieux puisque j'aurai plus de temps de jeu et j'étais très content de la nouvelle, a déclaré Gagnon-Laparé, qui a pris la route de Kansas City hier avec ses coéquipiers canadiens. C'est vraiment quelque chose de gros, une qualification pour les Olympiques, et de savoir qu'on avait un camp de préparation avant les matchs c'était intéressant, parce qu'on pouvait former des automatismes avant le premier match. »

Les Canadiens de moins de 23 ans - la limite d'âge des équipes de soccer aux Olympiques - sont dans un groupe composé des États-Unis, du Panama et de Cuba. Ils seront confrontés d'entrée de jeu aux Américains jeudi, avant de faire de même avec les Panaméens samedi et les Cubains mardi.

Le groupe B comporte le Honduras, le Mexique, le Costa Rica et Haïti. Les deux équipes finalistes du tournoi de la CONCACAF seront automatiquement qualifiées pour les Jeux olympiques, tandis que le vainqueur du match de la médaille de bronze devra disputer un match éliminatoire contre la Colombie pour déterminer la dernière équipe à obtenir son billet pour Rio.

Compétition serrée

« Tout peut arriver, soutient l'athlète de 20 ans. C'est seulement trois matchs et après ça se résume à un match de demi-finale, donc n'importe qui pourrait passer. »

« On est avec les huit meilleures équipes de l'Amérique du Nord et Centrale. La compétition va être très serrée, mais on ne veut pas être là en spectateurs. Tout le monde sait à quel point les Olympiques peuvent être tout un événement dans la carrière d'un joueur et c'est certain qu'on aimerait bien le vivre », renchérit-il.

Le rôle de Jérémy Gagnon-Laparé au sein des U23 sera légèrement différent qu'à Montréal. Avec cinq camps en compagnie de l'équipe nationale senior et une participation aux derniers Jeux panaméricains derrière la cravate en plus de son expérience acquise auprès de l'Impact, le milieu de terrain devra assumé un certain leadership dans la troupe de l'entraîneur Benito Floro.

« Il veut coacher d'une certaine façon et d'avoir déjà eu des camps avec lui, ça me donne déjà une bonne base, opine Gagnon-Laparé. Sur le terrain, j'essaye donc de faire passer son message aux autres joueurs, parce que c'est toujours plus facile et les choses doivent se faire rapidement dans ce type de tournoi. »

« La compétition va être très serrée, mais on ne veut pas être là en spectateurs. »

Quant aux forces et faiblesses de la formation canadienne, il faudra attendre à jeudi avant d'être fixé, croit le Magogois.

« On a toujours une idée de ce qu'on peut apporter sur papier, mais en réalité, c'est sur le terrain que ça va se jouer et qu'on va avoir une véritable idée de notre identité », résume-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer