• La Tribune > 
  • Sports 
  • > Commotions: des observateurs présents dans chaque aréna de la LNH 

Commotions: des observateurs présents dans chaque aréna de la LNH

La LNH a décidé que des observateurs seront assignés dans chacun des 30... (Photo PC)

Agrandir

Photo PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montréal

La LNH a décidé que des observateurs seront assignés dans chacun des 30 amphithéâtres de la ligue pour identifier les éventuels signes visibles et les symptômes associés aux commotions cérébrales.

En vertu du protocole de dépistage des commotions cérébrales instauré par la LNH, les équipes pouvaient déjà compter sur des observateurs présents aux matchs. Cependant, le commissaire adjoint Bill Daly a souligné que certaines formations avaient éprouvé de la difficulté à retenir les services d'une seule personne sur la route dont la tâche consistait à garder un oeil sur les joueurs qui pourraient avoir subi une blessure à la tête.

La décision de retirer ou non un joueur du match revient toujours aux thérapeutes et au personnel médical d'un club, mais il y a désormais une garantie qu'une paire de yeux supplémentaire supervisera les procédures.

«C'est un effort afin d'offrir un outil supplémentaire ou une autre alternative à nos clubs afin qu'ils s'acquittent plus facilement de la fonction d'observateur, a expliqué Daly en entrevue téléphonique mercredi. L'objectif de l'observateur est d'aider le thérapeute et le reste du personnel médical, qui pourraient avoir raté la séquence de jeu ou une partie de celle-ci, afin de leur expliquer ce qui s'est véritablement produit sur la patinoire.»

Les observateurs regarderont les matchs de différents endroits dans l'amphithéâtre, selon la configuration du bâtiment. Daly a souligné que la chose la plus importante pour eux conciste à avoir accès à une télévision en direct ainsi qu'aux diverses reprises vidéos.

Il n'est pas nécessaire qu'ils fassent partie du personnel médical, bien qu'ils devront étudier des documents écrits et suivre des cours de perfectionnement à distance qui soient approuvés par la LNH.

Dans la NFL, les observateurs ont maintenant l'autorité nécessaire pour interrompre un match s'ils jugent qu'un joueur démontre des signes visibles d'une commotion cérébrale. Daly a confié que ce sera différent dans la LNH parce que l'emphase est généralement mise sur la fin d'une séquence de jeu, alors que le joueur est déjà retourné au banc.

«Il ne se retrouvera pas vraiment en position d'interrompre un match, a commenté Daly. Mais de toute évidence, s'il y a des signes visibles d'une commotion, alors le club devra retirer le joueur du match pour qu'il soit examiné.»

La ligue est la partie défenderesse dans une poursuite déposée par d'ex-joueurs qui stipulent qu'elle était au fait et disposait des ressources nécessaires pour identifier les blessures à la tête. Ils la blâment également de ne les avoir pas prévenus adéquatement des risques associés à ce genre de blessures, et considèrent qu'elle a délibérément fait la promotion de la violence qui a entraîné ces blessures. Bettman a déclaré que cette poursuite était «sans fondement».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer