Unir le parc et la montagne

John MacKay... (Photo fournie)

Agrandir

John MacKay

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Luc Larochelle</p>
Luc Larochelle
La Tribune

La Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq) a depuis quelques mois un nouveau PDG, John MacKay, un ingénieur ayant précédemment été gestionnaire à la Régie du bâtiment du Québec ainsi qu'à la Société d'habitation du Québec.

« Avant d'arriver en poste, j'avais des parcs nationaux la perception typique du citoyen ordinaire. Amateur de pêche et de petite chasse, je fréquentais régulièrement les réserves fauniques. Les parcs, un peu moins. À les parcourir, je découvre un trésor exceptionnel », confie-t-il en entrevue.

C'est justement pour favoriser ce premier contact que les 24 parcs du Québec seront accessibles gratuitement, samedi prochain, dans le cadre de la journée des parcs nationaux. Les activités proposées par les parcs du Mont-Orford, Mont-Mégantic, Frontenac et Yamaska sont répertoriées sur le site internet de la Sépaq (www.sepaq.com).

« Nous souhaitons en faire profiter les familles, les écoles, etc. Notre réseau de parcs est le plus grand gymnase, le lieu par excellence pour pratiquer l'activité physique à son rythme. Si les athlètes de performance sont servis à souhait en Gaspésie, nous avons aussi tout ce qu'il faut ailleurs pour les personnes un peu moins en forme ayant le goût du plein air », fait voir M. MacKay.

Tenue un samedi, la journée nationale des parcs est peu propice aux sorties scolaires. Toutefois, la gratuité étant offerte en tout temps aux jeunes de 17 ans et moins, la Sépaq propose un accompagnement aux groupes d'écoliers à longueur d'année.

« La bataille pour la protection du parc du Mont-Orford a démontré l'attachement des Québécois aux parcs nationaux et c'est à nous de poursuivre la mise en valeur de ces espaces fantastiques », juge le nouveau PDG la Sépaq.

Parlant d'Orford, les élus de la MRC Memphrémagog responsables de l'exploitation du golf et du ski ont récemment exprimé la volonté de tendre vers une planification conjointe de la station touristique et du parc.

« Je n'ai pas encore la fine connaissance de tous les dossiers, mais je m'aperçois qu'on peut travailler à rehausser l'image de marque des parcs nationaux. C'est sans doute vrai à Orford, comme ailleurs », répond à ce sujet M. MacKay

« Nos opérations sont pour le moment assez cloisonnées. Il y a des améliorations possibles de ce côté. Ensemble, nous pourrions rendre l'entrée du parc nettement plus visible, en faire un point d'identification commun. Le partage d'infrastructures n'est pas exclu non plus, pourvu que le cadre de financement soit réaliste », enchaîne Martin Soucy, le vice-président responsable du réseau des parcs.

La Sépaq est en attente du signal de Québec pour prendre en charge l'ensemble des terres devant être greffées au parc du Mont-Orford.

« Lorsque le gouvernement aura complété le processus d'acquisition et le changement de vocation de ces terrains, nous rendrons rapidement les choses concrètes. Nous dévoilerons le plan d'ensemble sur lequel nous avons travaillé avec les membres du comité d'harmonisation », affirme M. Soucy.

Il y aura dix ans en mars prochain que le gouvernement provincial a promis de doubler la superficie du parc.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer