Mario Durocher passionné depuis 1992

Mario Durocher... (Imacom, Jessica Garneau)

Agrandir

Mario Durocher

Imacom, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Mario Durocher en a fait du chemin depuis ses débuts derrière un banc de la LHJMQ avec les Faucons de Sherbrooke lors de la saison 1992-1993. Maintenant entraîneur-chef des Foreurs de Val-d'Or, le Sherbrookois se dit encore animé par la même passion.

« Tant que j'aurai des défis à relever, je serai entraîneur, avance-t-il Cette année, on est vus comme les favoris pour gagner le championnat et c'est motivant. C'est certain que l'Estrie, c'est encore chez nous, mais je suis bien traité à Val-d'Or et j'ai du plaisir ici. »

L'ancien pilote des Cantonniers possède un bagage d'expérience bien rempli et des souvenirs plein la tête en tant qu'entraîneur.

« Toutes les conquêtes de championnat ont été mémorables, informe-t-il. J'ai adoré mon expérience avec les Cantonniers et je me souviendrai toujours de notre victoire au tournoi de la coupe Memorial avec les Tigres de Victoriaville en 2002 et les Foreurs en 2014. J'ai bien aimé aussi faire partie de l'équipe canadienne de hockey junior. J'ai appris beaucoup durant les championnats du monde même si on a perdu en finale en 2003 et 2004. »

Après toutes ces années dans le métier, rêve-t-il encore d'une carrière chez les professionnels?

« La porte est toujours ouverte. Je pensais après mon expérience avec Équipe Canada qu'une chance se présenterait à moi et ce n'est jamais arrivé. Je suis heureux dans ce que je fais et si une occasion survient, j'y penserai », admet celui qui possède toujours sa propre compagnie en ingénierie forestière.

Et finalement, quel est le secret pour durer aussi longtemps dans un milieu qui peut parfois se montrer cruel?

« On doit être animé par une passion et j'aime encore ce que je fais. J'aime amener les jeunes à devenir des joueurs professionnels, mais aussi de meilleures personnes à travers le hockey. Je n'ai pas d'enfant, mais j'aime dire que j'en ai 24 chaque saison. En les côtoyant, ça me permet de rester jeune », clame le pilote de 52 ans.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer