• La Tribune > 
  • Sports 
  • > Guillaume Boucher veut faire mieux avec la défensive du Vert & Or 

Guillaume Boucher veut faire mieux avec la défensive du Vert & Or

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) L'une des principales stabilités chez le Vert & Or de l'Université de Sherbrooke au cours des dernières années fut certainement le rendement de son unité défensive. Et foi de Guillaume Boucher, ce sera encore une fois le cas en 2015.

Guillaume Boucher... (Imacom, Jocelyn Riendeau) - image 1.0

Agrandir

Guillaume Boucher

Imacom, Jocelyn Riendeau

Le coordonnateur défensif, qui en est à une deuxième année, veut une brigade hargneuse, qui crée des revirements, mais surtout, tout en haut de la liste, une unité qui joue avec discipline.

Si la défensive des Verts a bien fait au cours des dernières années, elle a cependant fait preuve d'indiscipline à de trop nombreuses reprises, ce qui a forcé Boucher a adopté des mesures, disons, plus strictes pour éviter que les punitions ne s'accumulent.

En 2014, le Vert & Or a été puni à 89 reprises pour des pertes de 862 verges, soit une moyenne de 107,8 verges par match. Environ la longueur d'un terrain de football, en gros

« L'accent est résolument mis sur la discipline pour 2015. Ça nous a coûté cher, l'an dernier, à plus d'une reprise, on a vu une corrélation directe avec nos défaites. On matraque ça chaque jour depuis le début du camp, il faut être disciplinés. Et il y a des sanctions pour les gars qui ne respectent pas ça », a indiqué Boucher, sans vouloir entrer dans les détails desdites sanctions.

Transition plus simple

De son propre aveu, Guillaume Boucher vit une transition plus simple, depuis le début du camp, comparativement à l'an dernier. Au moins une vingtaine de vétérans connaissent son système de jeu et sont à même d'aider les recrues à apporter les correctifs nécessaires.

« Cela me libère beaucoup de temps pour l'organisation, je ne suis plus obligé de faire autant d'éducatifs et d'entrer dans les détails. Des gars comme Mathieu Quirion, Olivier Goulet-Veilleux, Alexandre Gagné, Olivier Langlois ou Gaël Bernard-Perron font tout un travail de transmission et d'éducation. »

On a constaté, lors du match préparatoire contre les Ravens de Carleton, il y a deux semaines, que l'unité défensive du Vert & Or était prête à offrir sensiblement le même rendement que l'an dernier.

En 2014, elle fut la troisième meilleure unité au Québec avec une moyenne de 339 verges accordées par match, derrière Laval (251) et Montréal (301), en plus d'afficher un différentiel sur les revirements de +8 (2e au Québec) et une troisième place contre la passe (204 verges par match).

Elle a cependant terminé au 4e rang contre la course avec une moyenne accordée de 134 verges par match, mais seulement cinq touchés accordés.

« On veut améliorer nos forces, et combler nos faiblesses. C'est certain qu'on doit faire mieux au sol, car plus de 130 verges par match, c'est beaucoup trop. Ce que je veux des gars, c'est que dans la red zone (zone critique) on force davantage de placements plutôt que des touchés et continuer à provoquer des revirements. »

Et Boucher est plus confiant que jamais avec le front défensif qu'il a sous la main, avec la présence des vétérans de cinquième année Rami Saintus et Francis Guay, du longiligne Alex Gagnon et du Français Jordan Dablé, qui fut invité au match Est-Ouest, l'hiver dernier.

« Notre front n'a rien à envier à personne au Québec et on n'est pas gênés de le dire. Je crois que ce sera une force pour nous cette saison. »

« C'est certain qu'on doit faire mieux au sol. »

- Guillaume Boucher

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer