Volontaires : Les Nordiques gâchent la fête

Le receveur des Volontaires Anthony Brisebois a été... (Imacom, Maxime Picard)

Agrandir

Le receveur des Volontaires Anthony Brisebois a été le joueur par excellence de la rencontre pour Sherbrooke avec trois touchés seulement en première demie.

Imacom, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Faille
La Tribune

(SHERBROOKE) Les prouesses offensives du receveur Anthony Brisebois n'ont pas été suffisantes pour offrir au nouveau groupe d'entraîneurs des Volontaires du Cégep de Sherbrooke une victoire à leur premier match sur les lignes de côté.

Les Volontaires se sont inclinés 55 à 35 lors de leur match d'ouverture samedi, au parc Sylvie-Daigle, contre les Nordiques du Collège Lionel-Groulx. Après avoir bien amorcé la rencontre en prenant les devants 8-3 après un quart, les hommes de Marc-André Desrochers n'ont pas été en mesure de maintenir la cadence durant le reste de la partie.

Il faut dire que l'indiscipline a été un facteur déterminant pour Sherbrooke qui n'a jamais réussi à imposer son rythme en raison des nombreuses pénalités écopées tant par l'unité offensive que défensive. Seulement en première demie, 18 pénalités ont été décernées aux Volontaires pour des pertes de plus de 200 verges, soit 100 de plus que leur adversaire.

« C'est fâchant quand tu te bats toi-même, a reconnu après la rencontre l'entraîneur Marc-André Desrochers. C'est certain qu'il va falloir baisser notre nombre de pénalités. En tant qu'équipe, on doit être plus constant, mais il ne faut pas oublier qu'on affrontait l'attaque la plus expérimentée de la division. »

Brisebois sans complexe

L'ancien quart des Volontaires devenu receveur cette saison, Anthony Brisebois, a été magistral dans la défaite. Le numéro 2 a inscrit trois des cinq touchés des siens, tous en première demie, en plus de réaliser plusieurs longs jeux grâce aux passes précises du quart Maxime Bouffard.

« La chimie s'est vite installée, affirme Brisebois, mais c'est encore nouveau et il y a toujours une adaptation à faire. »

Brisebois a toutefois été l'objet d'une couverture défensive doublée dans la seconde moitié du match, ce qui a considérablement réduit le nombre de passes décochées en sa direction.

« Il nous a fait mal en première demie et ce qu'on s'est dit c'est qu'on ne voulait pas se faire battre par lui », reconnaît l'entraîneur des Nordiques, Eric Marier, qui a vanté les qualités du receveur sherbrookois.

Défensive malmenée

Les 55 points inscrits par l'attaque des Nordiques indiquent bien les difficultés vécues par l'unité défensive sherbrookoise dans ce match, particulièrement sur les jeux au sol. Le porteur de ballon Donovan Martel - membre de l'équipe d'étoiles offensive de la dernière saison en deuxième division - a percé le front défensif sherbrookois à plusieurs reprises et inscrit deux touchés, tout comme son quart Félix Garand-Gauthier qui a cumulé les dérobades.

S'il est évident que des ajustements devront être apportés tant sur le plan stratégique que technique, les Volontaires ont démontré beaucoup de caractère en bataillant ferme pour revenir de l'arrière durant toute la rencontre, estime l'entraîneur.

« On tirait de l'arrière 28-14 et on a réussi à créer l'égalité en marquant sur le dernier jeu de la première demie et sur la première séquence du troisième quart », souligne-t-il.

Les Volontaires ont maintenant une semaine pour s'ajuster en vue de leur affrontement contre les Triades de Lanaudière, le 5 septembre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer