• La Tribune > 
  • Sports 
  • > Les Gaiters de l'Université Bishop's : Travis Eman part avec une longueur d'avance 

Les Gaiters de l'Université Bishop's : Travis Eman part avec une longueur d'avance

Kevin Mackey est persuadé que son équipe peut... (Jocelyn Riendeau)

Agrandir

Kevin Mackey est persuadé que son équipe peut faire mieux que l'an dernier. Ce ne sera pas dur: une fiche de 1-7 et seulement 82 points marqués en 2014...

Jocelyn Riendeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Un tout nouveau complexe sportif, une cuvée de recrutement intéressant et une saison 2014 à oublier. Les Gaiters de l'Université Bishop' s ne risquent pas de manquer de motivation, à l'aube de la saison 2015 du football universitaire québécois.

Debout sur les lignes de côté sur le synthétique du Coulter Field de l'Université Bishop' s, l'entraîneur-chef de quatrième année Kevin Mackey sourit en voyant son équipe trimer dur, pour amorcer la deuxième semaine du camp d'entraînement de l'équipe.

En tout, 92 joueurs sont présents au camp, dont cinq ont un dossard orange, facilement distinguable entre tous. Le poste de quart-arrière partant de l'équipe n'est toujours pas pourvu et les prétendants y mettent les efforts.

Pour l'instant, Travis Eman et Alexandre Bouffard sont toujours les principaux prétendants au poste laissé vacant par Shane McDonald et Jordan Heather au cours des dernières années.

La consolidation du poste de pivot est l'un des points de mire chez les Gaiters, eux qui ont remporté un seul match en 2014 tout en produisant un décevant total de 82 points pour leurs huit rencontres.

Eman, qui s'est présenté au camp plus léger de 20 livres comparativement à l'an dernier, aurait une longueur d'avance sur Bouffard.

L'entraîneur Mackey refuse cependant de confirmer qu'un choix est fait, du moins pas si tôt dans le processus de préparation.

« On souhaite que l'un ou l'autre nous force la main; les deux font bien pour l'instant et ils ont chacun des forces différentes. On a un livre de jeux pour chacun, mais dans le meilleur des mondes, on préférerait que l'un des deux se démarque », a dit Mackey, en précisant que le coordonnateur à l'attaque Brent Bailey et lui ne détestent pas les formations « wild cat », qui préconisent l'utilisation de deux quarts lors des jeux.

Bouffard et Eman ont vu tous les deux du terrain l'an dernier, en remplacement du quart de cinquième année McDonald.

Le meilleur programme anglophone des trois

Beaucoup d'espoirs sont par contre fondés sur la jeune recrue Conner McKee. Le jeune homme de 18 ans a remporté six championnats provinciaux en sept ans avec l'école secondaire Terry Fox, en Colombie-Britannique et il a été nommé joueur par excellence à cinq reprises en plus d'être élu le quart-arrière de l'année et de faire partie de l'équipe d'étoiles de sa conférence au cours des deux dernières saisons.

« Il est en mode apprentissage pour bien des choses, dont le livre de jeux. Il doit maintenant aller au gym afin de gagner du coffre. On va prendre notre temps avec lui, on va l'intégrer doucement. Il est capable de passer comme Jordan Heather et de courir comme Jesse Andrews. C'est un excellent athlète », a souri Mackey.

Le portrait se dessine aussi un peu plus dans le champ arrière : Vincent Davignon (4e année), Vincent Pruneau (2e année) et le transfert de Concordia Jamall Hamilton (4e année) devraient mener la charge.

En défensive, Charles Bélanger, Theo Thompson, Mathieu Breton, Jeremy Drouin, David Plourde et Justin Warden, qui a participé au camp d'entraînement des Blue Bombers de Winnipeg (CFL), seront en tête de lice.

Les Gaiters ne se le cachent pas, ils ont une jeune équipe, en reconstruction. Mais cela ne freine pas leur enthousiasme et ce, même si les Gaiters sont la seule équipe au Québec à ne pas avoir de match hors-concours au programme.

« Nous voulons être le meilleur des trois programmes anglophones, participer aux séries et viser le championnat. C'est l'unique raison pourquoi on joue au foot. Le but pour nous est de rester en santé et c'est pourquoi on n'a pas de matchs préparatoires. On en fera un quand on sera prêts. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer