Première compétition de roller derby

Des filles attachées à des patins quads au style rétro, habillées de bas... (IMACOM, MAXIME PICARD)

Agrandir

IMACOM, MAXIME PICARD

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

Des filles attachées à des patins quads au style rétro, habillées de bas résille, de cuissards colorés et de chandails identifiés par des noms tous plus originaux les uns que les autres dans l'aréna du mont Sainte-Anne. Surprenant? Pas quand on sait qu'on assiste au premier match de roller derby qu'ait accueilli Sherbrooke.

Samedi se tenait la première partie locale de roller derby de la ligue sherbrookoise créée il y a un peu plus d'un an. Près de deux cent cinquante personnes s'étaient déplacées pour l'occasion, curieuses de voir comment se déroule ce type de sport. L'ambiance très festive qui entoure la pratique du roller derby en a surement convaincu plus d'un.

Pas du tout traditionnel, ce sport offre aux filles l'occasion de jouer un sport de contact. Pour ceux qui n'auraient jamais entendu parler de Roller Derby, la visualisation d'un vidéo parle d'elle-même, mais grosso modo, il s'agit de deux équipes formées de quatorze joueuses montées sur des patins quads qui s'affrontent sur une piste ovale. Cinq joueuses de chaque équipe s'installent sur la piste pour deux périodes de 30 minutes, divisée en sous-périodes, les jams, de deux minutes. Les équipes sont le plus souvent formées de quatre bloqueuses et d'une jammeuse, celle qui marque les points en dépassant les joueuses adverses qui forment le peloton. Le tout est supervisé par les yeux d'au moins sept arbitres. L'équipe gagnante est celle qui a marqué le plus de points au terme des deux périodes.

Au Québec depuis 2006

On peut lire sur le site de Roller Derby Québec qu'il existe seulement sept ligues de ce sport dans la belle province. La ligue montréalaise est celle qui a lancé le bal en 2006, alors créée par Georgia W. Tush. Ça en a fait la toute première ligue de flat track roller derby nord-américaine. En 2013, le sport fait parler de lui à travers les différents médias, ce qui l'aide à devenir populaire à l'extérieur de la grande région métropolitaine et qui donne l'idée à Mylène Purcell et Myriam Richer d'introduire le sport à Sherbrooke en fondant la ligue en mai 2014.

« Pour l'instant, on a qu'une équipe, Les Rebelles, on n'a pas d'entraineur officiel bien que Mylène occupe ce poste pendant qu'elle est enceinte. On n'a pas non plus d'arbitres à Sherbrooke. Ceux qui sont là aujourd'hui viennent de l'extérieur. Ça nous prend plusieurs bénévoles pour faire ça », explique Maryse Côté Lambert, l'une des joueuses et organisatrices de cette première partie jouée à Sherbrooke.

À l'issue de cette expérience, les Rebelles de Sherbrooke ont perdu 214 à 109 face aux Scies-Reines de Rimouski. Alors que la partie s'avérait pourtant serrée pendant la première moitié, l'équipe adverse a su cheminer vers la victoire en faisant usage de ruse face à leurs adversaires. Somme toute, l'équipe semblait quand même satisfaite de leur performance à domicile. « Nous sommes assez fières de nous, étant une nouvelle équipe », conclut Maryse Côté Lambert.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer