L'effet Josée Bélanger

Avec ses succès sur les scènes nationale et... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Avec ses succès sur les scènes nationale et internationale, Josée Bélanger est devenue un modèle pour les jeunes joueurs de soccer. La jeune femme originaire de Coaticook se fait donc un devoir de transmettre à ses admirateurs les valeurs qui lui ont permis de réaliser ses exploits.

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(COATICOOK) À peine Josée Bélanger a-t-elle posé le pied sur le site du Tournoi provincial des Frontières que les petits radars de tous âges s'activent, parents inclus. Celle dont on a admiré les exploits à la télé lors de la Coupe du monde féminine de soccer est là, en chair et en os. La démarche assurée, le regard confiant, Josée accueille les demandes d'autographes et de photos avec générosité, tentant d'échanger quelques mots avec les jeunes joueurs muets d'admiration.

«Josée vient de Coaticook, elle joue à la FIFA et j'aimerais devenir comme elle», résume d'un trait Maëva Tanguay, membre de l'Éclipse U10 de Coaticook. Maëva est d'ailleurs bien loin d'être la seule à rêver de faire sa place au sein de l'équipe canadienne dans 15 ou 20 ans. Tous y croient. Josée Bélanger n'est-elle pas la preuve concrète et tangible que le rêve peut devenir réalité? Qui pourrait réussir à les en dissuader? Très certainement pas Josée qui a choisi de profiter de l'impressionnante visibilité médiatique que lui a offerte la Coupe du monde afin de porter son message à la relève au Québec comme ailleurs.

«Je me suis donné comme mission d'être un modèle accessible pour les jeunes, d'où le fait que je me déplace dans divers événements comme celui de Coaticook, explique Josée. Je donne également de petites conférences sur mon parcours, car les jeunes ont souvent la pensée magique qu'il suffit d'être talentueux pour atteindre ses objectifs et que c'est un parcours en ligne droite. La réalité est toute autre. C'est pourquoi j'essaie de partager certaines de mes valeurs, dont celles de jouer avec passion, de travailler très fort et de persévérer malgré les obstacles.»

Ce dont elle ne se doute peut-être pas, c'est que son message l'a précédée et fait déjà son oeuvre. À preuve, selon l'équipe féminine U12 du Nitro de Windsor, pour ressembler à Josée ça prend : de la persévérance, de la pratique pour devenir meilleure, de la confiance, un très bon esprit d'équipe et ne pas se laisser décourager devant l'échec. «Jusqu'à présent on a perdu tous nos matchs, mais on s'amuse et on ne lâche pas!» lancent en choeur les joueuses. «On a donné de la misère aux autres équipes et on leur a mis des bâtons dans les roues», conclut la jeune capitaine Allison Vegas-Letendre avec un large sourire, bien déterminée à remporter le prochain match.

«Si on joue avec passion, sans stress et avec beaucoup de plaisir, qu'on travaille fort et qu'on donne notre 110 pour cent, peu importe ce qui arrive, on peut être fier de soi», a tenu à rappeler Josée lors de son passage très marqué au Tournoi provincial des frontières.

Les équipes masculines coaticookoises se distinguent

Quatre équipes masculines du club Éclipse Coaticook-Compton sont montées sur le podium ce weekend, dont une médaille d'or pour le U9 M classe A, l'argent pour U12 M local, ainsi que des médailles de bronze pour les équipes U9 M local et U12 M classe A. Malheureusement, les équipes féminines coaticookoises ont moins bien performé cette année. Une contre-performance qui, suivant la philosophie de Josée Bélanger, doit les pousser à persévérer. Ce n'est donc que partie remise!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer