Bussières a toujours la PGA dans la mire

Marc-Étienne Bussières... (La Tribune, Yanick Poisson)

Agrandir

Marc-Étienne Bussières

La Tribune, Yanick Poisson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) Marc-Étienne Bussières a essayé de se qualifier pour la PGA à trois reprises, sans succès, mais il n'a pas abandonné son rêve.

Et s'il poursuit sur sa lancée actuelle, c'est avec le réservoir de confiance bien rempli qu'il tentera de se classer pour le circuit Web.com, antichambre de la PGA, en novembre prochain.

S'il est loin d'être un novice sur le circuit compétitif, le pro du Club de golf Longchamp en met plein la vue depuis le début de la saison sur le circuit de l'AGP.

Et sa deuxième place acquise le week-end dernier à Victoriaville à la Coupe Canada Sani-Marc l'a définitivement mis sur la carte des golfeurs québécois à surveiller d'ici la fin de la saison.

Avec des gains de 28 050 $, dont 18 000 $ à Victoriaville, Bussières est désormais troisième au classement des boursiers de l'AGP, derrière Dave Lévesque (42 195 $) et Lee Curry, vainqueur de la Coupe Canada (36 000 $).

Originaire de Gatineau, Bussières a joué son golf universitaire à l'Université South Alabama, d'où il est diplômé en finances, avant d'essayer, à trois reprises, de se qualifier pour la PGA. Un processus long, exigeant, et coûteux.

«J'ai joué trois ans sur le circuit NGA Tour (anciennement le Hooters pro golf tour, NDLR) où j'ai connu de bonnes années. J'ai essayé de me qualifier à trois reprises pour la PGA et la dernière fois, j'ai raté ma carte par trois coups seulement; c'en était trop, ce fut un gros choc. Je voulais avoir un break de la compétition», a-t-il indiqué hier, à son poste au service des clients du Longchamp.

Bussières ne demeurera pas longtemps loin des allées et des verts; c'est un peu par hasard qu'il met la main sur l'offre d'emploi d'assistant pro au prestigieux club de golf Memphrémagog. Devant son c.v., le pro David Boucher n'a pas hésité une seconde.

Bussières a travaillé un an au Memphrémagog, réussissant ici et là à disputer quelques tournois de l'AGP, dont il est membre depuis 2010.

L'offre de services de Marc Viens, tout nouveau copropriétaire du Longchamp, est arrivée à point.

«Marc me laisse toute la latitude nécessaire pour jouer et ça paraît dans mes performances. Ce que je vis jusqu'à présent, c'est un peu ce à quoi je m'attendais; j'ai toujours été en mesure de livrer de bonnes rondes lorsqu'il y a de pression. J'ai appris ça aux États-Unis, où la compétition est très féroce», a dit le jeune homme de 28 ans.

À preuve, ce coup roulé d'une vingtaine de pieds qu'il a calé au 18e trou de la quatrième ronde de la Coupe Canada, qui lui a assuré la deuxième place en solo.

«Mon caddy, un gars de Victoriaville, m'a dit vise dans le coeur et fais-toi plaisir! Je suis content de mon tournoi, surtout de ma carte de 64 samedi, tout allait très bien. J'étais un peu plus nerveux, dimanche, lorsque j'ai débuté, mais j'ai terminé en force. J'avoue que c'était un peu plus stressant, car c'était la première fois que je jouais devant autant de monde.»

Son objectif est clair; être le numéro un au Québec. «C'est un peu l'objectif de tout le monde, alors je ne suis pas si différent», dit-il, modestement.

Bussières disputera cette semaine les qualifications pour le «match-play» individuel de l'AGP, demain au Château Bromont, le tournoi se déroulant à la fin du mois. 50 000 $ seront alors à l'enjeu, dont 10 000 $ au gagnant.

S'il est satisfait de ses résultats jusqu'ici, Bussières a déjà l'automne dans sa mire et avec celui-ci, les qualifications pour le circuit satellite de la PGA, le Web.com.

«Je ne retournerai pas sur la PGA canadienne, il y a beaucoup de voyages et de dépenses impliqués. Les bourses sont intéressantes pour les premiers, mais ça dégringole vite par la suite. Pour le Web.com, ça se passe en novembre et je passerais directement à la première ronde de qualifications, en sautant les préqualifications. Tout ça va dépendre du financement, c'est 4500 $ pour le coût d'entrée», a-t-il évoqué.

Les Québécois ne sont pas légion, sur la PGA, de fait, il n'y en a jamais eu.

Marc-Étienne Bussières refuse de se laisser décourager et espère parvenir à son rêve par un autre chemin.

«Mon rêve n'est pas mort. À 28 ans, je ne rajeunis pas, mais on dit souvent que les bons golfeurs atteignent leur peak à 35 ans. Ça me donne quelques années. D'ici là, je dois continuer à travailler sur mon jeu court. Mes coups roulés vont bien, et ma force, ce sont mes fers. Mais bon, on peut toujours s'améliorer.»

SAISON AGP 2015

Invitation Prescott-Russell 25e position 73-74 350$

Classique Acura 3e égalité 68-73 2750$

Omnium du Québec 7e égalité 71-68-73-71 2750$

Promutuel Assurances

Tournoi des maîtres Etchemins 2e 63-69 4200$

Coupe Canada Sani Marc 2e 69-70-64-69 28 050$

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer