• La Tribune > 
  • Sports 
  • > Traversée : Damian Blaum appuie le retour du 42 km 

Traversée : Damian Blaum appuie le retour du 42 km

Damian Blaum est le seul nageur à Magog... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Damian Blaum est le seul nageur à Magog cette semaine qui a connu les deux époques de la Traversée internationale du lac Memphrémagog, soit celle du 42 km entre Newport et Magog et l'aller-retour Magog-Georgeville-Magog de 34 km instauré en 2004. L'an dernier, il avait pris le deuxième rang derriÈre Joanes Hedel.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MAGOG) 34 ou 42 km? La question est sur toutes les lèvres depuis que le comité organisateur de la Traversée internationale du lac Memphrémagog a évoqué la possibilité il y a quelque temps de revenir à la charge en 2016 avec un marathon de 42 km comme ce fut le cas jusqu'en 2003. Damian Blaum, le seul nageur à Magog cette semaine qui a connu les deux époques, soit celle du 42 km et l'aller-retour Magog-Georgeville-Magog de 34 km instauré en 2004, est loin de trouver farfelue l'idée de ramener l'épreuve de 42 km avec le départ à Newport, Vermont, aux États-Unis.

Blaum était présent lors des trois dernières éditions du 42 km en 2001, 2002 et 2003 et avait enregistré d'excellents chronos variant entre 8 h 56 min et 9 h 6 min. «Je me souviens que les conditions étaient idéales avec un léger vent de dos chaque fois. Et même si j'en conservais des moins bons souvenirs, je donnerais mon appui de la même manière à un retour du 42 km. Une véritable traversée, c'est ça. On part à un endroit et on termine à l'autre bout du lac. En plus, quand on y pense, toutes les pièces du casse-tête sont réunies pour faire une traversée unique avec le départ dans un pays (États-Unis) et l'arrivée dans un autre (Canada). En plus, un véritable marathon, c'est 42 km», fait valoir Blaum.

FINA

La possibilité que le prochain marathon de la TILM pourrait être organisé en dehors des cadres de la FINA est le dernier des soucis de Blaum. «Je ne nage pas pour la FINA, mais pour Damian Blaum. Je ne suis pas dans le secret des dieux, mais je vous prédis que de plus en plus de compétitions longue distance en eau libre se détacheront de la FINA. Il y a déjà eu d'autres circuits sur la planète et la TILM avait été une des instigatrices de ce qui s'appelait la Série mondiale de nage en eau libre il y a une quinzaine d'années. Ça peut encore se produire et sachez que nous sommes déjà plusieurs nageurs à participer à des courses sanctionnées par la FINA et d'autres qui ne le sont pas. La FINA ne peut nous suspendre pour ça. Alors, s'il y avait un 42 km à Magog l'été prochain, FINA ou pas, je vous assure que les athlètes seraient au rendez-vous, moi le premier. On veut tous venir au Québec pour le lac St-Jean et Magog», maintient le nageur argentin.

Triste

Même s'il a plus ou moins bien apprécié la manière qu'il a été informé de la décision de la TILM de larguer le marathon de 34 km cette année, Blaum n'en veut pas à ses dirigeants. «Ce sont les mêmes gens qui avaient fait de cet événement un des plus beaux et des plus prestigieux au monde au fil des années. Là, ils tentent de se relever après certaines difficultés financières si je comprends bien. Je leur souhaite de réussir. La nage en eau libre a besoin de cette traversée à Magog et je pense que Magog a largement bénéficié de cet événement aussi. Il faut que ça revienne. Ce que je vois cette semaine m'attriste. Il y a tellement eu de beaux moments ici, des moments magiques. J'ai traversé des tempêtes et du beau temps dans mes marathons. Je me suis toujours battu pour rester debout. Je suis certain que ça va s'appliquer à la traversée ici», confie Blaum.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer