• La Tribune > 
  • Sports 
  • > Iron Man: Geneviève Bélanger qualifiée pour le Championnat du monde à Hawaii 

Iron Man: Geneviève Bélanger qualifiée pour le Championnat du monde à Hawaii

Geneviève Bélanger... (Photo fournie)

Agrandir

Geneviève Bélanger

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La persévérance propre aux marathoniens a bien servi Geneviève Bélanger, qui s'est qualifiée «à sa grande surprise» en fin de semaine pour le Championnat du monde Iron Man qui aura lieu à Kailua-Kona, à Hawaii.

La persévérance propre aux marathoniens a bien servi... (Photo fournie) - image 1.0

Agrandir

Photo fournie

Recouvrant d'une blessure qui l'a ennuyée une bonne partie de l'année, notamment en l'empêchant de courir pendant trois mois entre février et avril, la triathlonienne de Magog a tout de même décidé de participer à son premier Ironman, une épreuve de plus de 255 km à la nage, en vélo et à la course à Lake Placid, dans l'État de New York. Non seulement Geneviève Bélanger a-t-elle été la meilleure Canadienne avec un sixième rang au général, mais elle a terminé en tête des femmes de son groupe, chez les 25 à 29 ans.

«Ça a super bien été à la nage et je me suis retrouvée à vélo pleine d'énergie à la sortie, a expliqué Bélanger. On nous disait de ne pas démarrer trop rapidement le premier tour, mais je l'ai entamé à pleine vitesse et j'ai pu garder le rythme par la suite. Je n'avais aucune idée de mon temps, jusqu'au moment où les gars que je passais me disaient que j'étais à deux minutes de la 4e femme, ça m'a encouragée.»

«Je ne pensais jamais performer de cette façon, parce que je n'ai même pas pu aller au marathon d'Ottawa à cause de ma blessure.»


L'athlète de 29 ans a finalement conclu les 3,8 km de nage, 180 km en vélo et 42 km de course à pied en 10 h 44 min, bon pour le 76e meilleur temps parmi les plus de 2000 marathoniens (hommes et femmes confondus) présents à la compétition.

«Je n'en revenais pas, c'était fou. J'étais inscrite, mais je ne pensais jamais performer de cette façon, parce que je n'ai même pas pu aller au marathon d'Ottawa à cause de ma blessure. Je n'avais aucune attente. Je voulais simplement finir le parcours et si possible le faire en bas de 11 h. Je suis vraiment contente!»

Geneviève Bélanger pourra maintenant réaliser «le rêve de tout le monde».

«Le rêve de tous les triathlètes! se reprend-elle en riant. Le Championnat du monde d'Hawaii, c'est le summum. Ce sont les meilleurs au monde qui y sont et plus tu vieillis, plus ça devient difficile et ça va être encore plus coriace l'an prochain.»

Parce qu'il y aura un après-Hawaii pour Geneviève Bélanger. La Magogoise aimerait se qualifier de nouveau à Lake Placid en 2016, cette fois en compagnie de son père Gilles, qui a néanmoins complété son Ironman en marchant, blessé également. D'ici là, la triathlonienne n'entend pas changer trop la recette qui lui a permis d'obtenir une aussi belle performance lorsqu'elle s'élancera dans les eaux salées du Pacifique, le 10 octobre.

«J'ai deux mois pour me préparer, mais je ne veux pas me mettre trop de stress, parce que c'est ce qui m'aura permis de bien faire à Lake Placid. Je vais bien m'entraîner, bien dormir et bien manger. Il me manque seulement des commanditaires.»

Le message est lancé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer